mardi 19 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)


8ème STATION : Les enfants sourient derrière Jésus.

Pendant le chemin de croix, chemin de conversion et d’espérance, je suis toujours impressionné par le jeu des enfants. En effet derrière, la croix de Jésus, il y a deux mondes :

  1. le monde des adultes avec leurs péchés graves et mortels, avec leurs misères doublées d’hypocrisie ;
  2. et le monde des enfants caractérisé par leur innocence et leur naïveté.

Au moment où les femmes de Jérusalem pleurent derrières Jésus, les enfants, eux, bavardent, rigolent et sourient derrière lui. Mais que dira Jésus à chacun de ces mondes ? J’imagine ! Hier les femmes de Jérusalem étaient sincères en versant de vraies larmes à la vue de la souffrance de Jésus.

Aujourd’hui, à ce monde des adultes qui verse des larmes de crocodiles derrière lui, Jésus dira : « Ne pleurez pas sur moi, ne versez plus vos larmes pour moi, pleurez plutôt vos péchés. » Il s’agit d’emblée d’un rejet parce que ce ne sont pas des larmes sincères. Ce ne sont pas des larmes de conversion mais de perversion.

Au monde des enfants, sa parole demeurera affective et inchangée : « laissez-les enfants venir à moi, ne les méprisez pas, laissez- les sourire derrière moi », car leur sourire est sincère, saint et sans arrière pensée. Leur sourire exprime tout leur être et leur volonté de suivre Jésus. C’est dire qu’on ne doit pas chasser les enfants pendant le chemin de croix. C’est leur manière de compatir à la souffrance du Sauveur. On ne doit point les brutaliser. Les discipliner et les canaliser, serait la meilleure formule. Jésus préfère accueillir leur bavardage et leur sourire plutôt que nos larmes mêlées d’hypocrisie. Ce sont des larmes circonstancielles. Les pleurs sèchent quand prend fin le chemin de croix. Regarde ces enfants qui s’amusent et sourient derrière Jésus.

  1. -Si tu n’avais pas délibérément avorté les bébés, ils seraient plus nombreux à sourire derrière ton Seigneur.
  2. - Si tu n’avais pas participé explicitement ou implicitement par ta jalousie ou par ton métier au meurtre des enfants, ils seraient plus nombreux à sourire derrière ton Seigneur.
  3. - Si tu n’avais pas décimés les enfants en masse, par les guerres et les génocides, que tu avais provoqués, ils seraient plus nombreux à sourire derrière ton Seigneur.
  4. -Si tu n’avais pas éliminé de nombreux enfants par ta méchanceté et ta sorcellerie, ils seraient plus nombreux à sourire derrière ton Seigneur.
  5. -S’ils n’étaient pas ‘’Vidomègon’’ que tu maltraites de diverses manières, ils seraient plus nombreux à sourire derrière ton Seigneur.
  6. -Si tu n’avais pas rendu plusieurs enfants malheureux par ton irresponsabilité, ils seraient plus nombreux à sourire derrière ton Seigneur.

Ne pleurons pas seulement, mais convertissons-nous sincèrement et permettons aux enfants de vivre, de sourire derrière Jésus. N’oublions surtout pas : « Le Royaume des Cieux à ceux qui leur ressemblent. » Et c’est vrai.

Père Georges W. GAYET.