samedi 29 avril 2017

COMMUNIQUE :

Pour redynamiser l’évangélisation des enfants par les enfants sur nos différentes paroisses, son Excellence Mgr Aristide GONSALLO, évêque de Porto-Novo, invite tous les mouvements d’enfants (MADEB, CHORALE DES ENFANTS, SAMUEL, ADS, SAINT ENFANT JESUS, SCOUT ENFANT, LECTEUR JUNIOR, LEGION DE MARIE JUNIOR etc…) à la 8ème édition des Journées Diocésaines de l’Enfance Missionnaire, les 27 et 28 Décembre 2016 sur la paroisse Saint Vincent de Tchaada.

Pour la réussite desdites journées et pour la participation massive de vos enfants, nous comptons, chers parents et chers Pères, sur votre aide et votre sensibilisation.

Le Coordonnateur diocésain de l’EM, Abbé Georges GAYET

Programme des dites journées

50 ans de la paroisse Sacré-Coeur :

En cette année Sainte de la Miséricorde, va se célébrer le jubilé d’or (50 ans) de création de la paroisse SACRE-CŒUR de Ouenlinda (Porto-Novo). A cet effet une grand-messe se célébrera le dimanche 05 Juin 2016 à 10H00, en la dite église. Elle sera présidée par son excellence, Mgr Aristide GONSALLO, évêque de Porto-Novo.

Le reste du programme des manifestations

Concert de la Ressurection : 2016 :

Sous le parrainage de son Excellence Mgr Aristide GONSALLO, évêque de Porto-Novo, l’Aumônerie diocésaine des chorales des jeunes et la Coordination des chorales des jeunes de Porto-Novo

vous invitent à la 6ème édition du CONCERT DE LA RÉSURRECTION.

- Date : dimanches de Pâques, 27 mars 2016
- Heure : 16H00
- Lieu : Stade Charles de Gaulle de Porto-Novo
- Entrée : libre et gratuite

Ce sont plus d’une quinzaine de chorales qui se succèderont.

MERCI DE LES SOUTENIR



A c t u a l i t é s
mardi 18 avril 2017
« Le Seigneur est vraiment ressuscité, comme il (...)

mercredi 5 avril 2017
" Le Puissant fit pour moi des merveilles" (...)

mercredi 5 avril 2017
« Je désire … que les familles aient l’occasion (...)

mercredi 22 mars 2017
La ville de Natitingou a abrité, les 11 et 12 (...)


En vrac !
mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)

mardi 20 décembre 2016
Frères et sœurs en Christ, L’annonce à Zacharie (...)

mardi 20 décembre 2016
Frères et sœurs en Christ, Fils et filles (...)

jeudi 15 décembre 2016
Émerveillement pour tout ce que Dieu accomplit (...)

vendredi 9 décembre 2016
Frères et sœurs en Christ, En ce temps de (...)

mercredi 7 décembre 2016
Ni hypocrites ni rigides, ayant le sens de la (...)

dimanche 20 novembre 2016
Le passage de l’Évangile que nous venons (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)


QUE DIT LE PAPE AUX JEUNES DANS L’EXHORTATION APOSTOLIQUE AFRICAE MUNUS (n°60-64)

L’exhortation apostolique post-synodale, signée hier à la Basilique de Ouidah et transmise aujourd’hui aux Evêques d’Afrique, s’adresse à tous les fils d’Afrique. Toutefois elle réserve des paragraphes spécifiques pour des groupes précis de personnes. Voici ce que le Pape y dit aux jeunes.

60.Les jeunes constituent en Afrique la majorité de la population. Cette jeunesse est un don et un trésor de Dieu dont toute l’Église est reconnaissante au Maître de la vie . Il faut aimer cette jeunesse, l’estimer et la respecter. Elle « aspire profondément, malgré de possibles ambiguïtés, aux valeurs authentiques qui ont dans le Christ leur plénitude. Le Christ n’est-il pas le secret de la vraie liberté et de la joie profonde du cœur ? Le Christ n’est-il pas l’ami suprême et en même temps l’éducateur de toute amitié authentique ? Si le Christ est présenté aux jeunes avec son vrai visage, ils le voient comme une réponse convaincante et ils sont capables de recevoir son message, même s’il est exigeant et marqué par la Croix ».

61.En pensant aux jeunes, j’avais écrit dans l’Exhortation apostolique post-synodale Verbum Domini : « C’est durant la période de la jeunesse qu’émergent de façon irrépressible et sincère les questions sur le sens de la vie personnelle et sur l’orientation à donner à sa propre existence. Seul Dieu sait apporter une véritable réponse à ces questions. Cette attention au monde des jeunes implique le courage d’une annonce claire ; nous devons aider les jeunes à acquérir l’intimité et la familiarité avec les Saintes Écritures, pour qu’elle soit comme une boussole qui leur indique la route à suivre. C’est pourquoi ils ont besoin de témoins et de maîtres, qui marchent avec eux et qui les forment à aimer et à communiquer à leur tour l’Évangile surtout aux jeunes de leur âge, devenant ainsi eux-mêmes des annonciateurs authentiques et crédibles ».

62. Dans sa Règle, saint Benoît demande à l’abbé du monastère, d’écouter les plus jeunes, en disant : « Souvent le Seigneur inspire à un plus jeune un avis meilleur ». N’omettons donc pas d’impliquer directement la jeunesse dans la vie de la société et de l’Église, afin qu’elle ne s’abandonne pas à des sentiments de frustration et de rejet devant l’impossibilité de prendre en mains son avenir, particulièrement dans les situations où la jeunesse est rendue vulnérable par le manque de formation, le chômage, l’exploitation politique et toutes sortes d’addictions … .

63. Chers jeunes, des sollicitations de toutes sortes : idéologies, sectes, argent, drogue, sexe facile, violences…, peuvent vous tenter. Soyez vigilants : ceux qui vous font ces propositions veulent détruire votre futur ! En dépit des difficultés, ne vous laissez pas décourager et ne renoncez pas à vos idéaux, à votre application et à votre assiduité dans la formation humaine, intellectuelle et spirituelle ! Pour acquérir le discernement, la force nécessaire et la liberté de résister à ces pressions, je vous encourage à mettre Jésus-Christ au centre de toute votre vie par la prière, mais aussi par l’étude des Saintes Écritures, la pratique des Sacrements, la formation à la Doctrine sociale de l’Église, ainsi que par votre participation active et enthousiaste aux rassemblements et aux mouvements ecclésiaux. Cultivez en vous l’aspiration vers la fraternité, la justice et la paix. L’avenir est entre les mains de ceux qui savent trouver de fortes raisons de vivre et d’espérer. Si vous le voulez, l’avenir est entre vos mains, car les dons que le Seigneur a déposés en chacun de vous, façonnés par la rencontre avec le Christ, peuvent apporter une espérance authentique au monde !

64. Quand il s’agit de vous orienter dans votre choix de vie, quand la question d’une consécration totale se pose à vous – par le sacerdoce ministériel ou la vie consacrée –, appuyez-vous sur le Christ, prenez-le pour modèle, écoutez sa Parole en la méditant régulièrement. Durant l’homélie de la messe inaugurale de mon pontificat, je vous ai exhortés par ces paroles qu’il me semble bon de vous redire car elles sont toujours actuelles : « Celui qui fait entrer le Christ dans sa vie, ne perd rien, rien – absolument rien de ce qui rend la vie libre, belle et grande. Non ! Dans cette amitié seulement s’ouvrent largement les portes de la vie. Dans cette amitié seulement, se libèrent réellement les grandes potentialités de la condition humaine. […] Chers jeunes : n’ayez pas peur du Christ ! Il n’enlève rien, et il donne tout. Celui qui se donne à lui, reçoit le centuple. Oui, ouvrez, ouvrez tout grand les portes au Christ – et vous trouverez la vraie vie ».

JPEG - 10.7 ko
Le Pape Benoît XVI au Bénin
RECEPTION OFFICIELLE DE L’EXHORTATION APOSTOLIQUE AFRICAE MUNUS A PORTO-NOVO : LA JEUNESSE AU RENDEZ-VOUS

Le pèlerinage marial annuel de Maria-Tokpa, célébré les 18 et 19 février 2012 a connu un cachet particulier. En effet, Mgr René-Marie EHOUZOU notre évêque a décidé de procéder à la remise officielle de l’exhortation apostolique Africae munus à la famille chrétienne diocésaine représentée à divers niveaux. Étaient concernées les représentations des doyennés, des religieuses, de la jeunesse, Centre Songhaï, des cadres et personnalités politiques, de la catéchèse. Chaque fois passaient le curé doyen ou le père aumônier et deux fidèles, les religieuses à leur tour.

Pour représenter la jeunesse, le père aumônier Aurel AVOCETIEN était encadré de Lionelle TOMAVO (présidente de la coordination des jeunes de la paroisse SMO de Tokpota) pour représenter les jeunes filles et Pamphile HOUNWANOU (président de la coordination des jeunes de Saints Pierre et Paul de Sèkandji) pour représenter les jeunes hommes.

Pour la jeunesse ceci constitue un appel à posséder, lire et étudier de fond en comble le texte de Africae munus afin de donner l’orientation adéquate à leur engagement ecclésial.

A l’aumônerie, le travail avait déjà commencé avec la conférence de l’Assemblé générale du 10 janvier dernier : « Jeune à l’école de la réconciliation de la justice et de la paix ». La récollection de carême proposée aussi allait dans ce sens : « Dieu nous a réconciliés avec lui par le Christ et, a nous-mêmes, confie l’œuvre de la réconciliation » (Cf. 2Co 5,18).

Certainement que les prochaines activités en porteront aussi la marque. Nous sommes invités à aller toujours plus loin, toujours plus haut.

JPEG - 26.6 ko
Pamphile - P. Aurel - Lionelle

Père Aurel AVOCETIEN

HOMELIE DE L’ADMINISTRATEUR AU PELERINAGE A MARIA TOKPA

Bien aimés du Seigneur,

1. Au nom de la Vierge Marie, Mère de Dieu et notre Mère, « Auxiliatrice des chrétiens et secours des malades », au nom de Marie Notre Dame de la Lagune de Porto-Novo, je souhaite à tous et à chacun la bienvenue. Je suis particulièrement heureux de ce grand rassemblement qui me rappelle, vous vous en doutez, les nombreuses foules qui accourent à Dassa-Zoumè, au pied de Notre-Dame d’Arigbo. Jésus est le même hier, aujourd’hui et toujours ; sa Mère Marie est aussi la même, là-bas à Dassa-Zoumè comme ici à Porto-Novo. Je salue et remercie mes confrères prêtres venus nombreux à ce pèlerinage diocésain et qui, pour certains, depuis hier, sont au service des fidèles pour le sacrement de la réconciliation. Merci à vous prêtres, de vous unir à moi pour qu’ensemble, au pied de Marie, en cette année de la foi, nous exprimions avec notre Bienheureux Pape Jean-Paul II que la Journée Mondiale des Malades est pour nous « un temps fort de prière, de partage, d’offrande de la souffrance pour le bien de l’Eglise et un appel à tous à reconnaître dans les traits du frère malade la Sainte Face du Christ qui, par sa souffrance, sa mort et sa résurrection, a opéré le salut de l’humanité. » (Cf. Lettre de création de la JMM, le 13 Mai 1992, N°3).

Je salue et remercie les Religieux et religieuses ici présents ; ceux qui, par leur apostolat, s’occupent d’une façon particulière des malades. A l’image de Sainte Thérèse, du Vénérable Luigi Navarraise, de Raoul Follereau, de Thérèse de Calcutta, de Sainte Anna Schäfer, chacun de vous s’unit dans la prière et dans l’action, aux souffrances de nos frères et sœurs malades. Dieu vous bénisse ! A tous les personnels de santé de nos hôpitaux, dispensaires et cliniques, j’adresse un salut fraternel en Jésus et Marie Notre-Dame des douleurs. Le métier que vous avez choisi, au-delà de ce qu’il vous permet de gagner votre vie, vous montre en même temps combien est fragile notre existence humaine. C’est justement au service de cette fragilité que vous êtes afin de manifester, comme le Bon Samaritain que le Pape nous donne en exemple cette année, la sollicitude dont Dieu nous entoure, le grand amour dont il nous aime. Dieu vous bénisse et vous assiste !

2. Quant à vous bien chers frères et sœurs malades, ce jour est le vôtre. Beaucoup parmi vous y placent tout leur espoir, toute leur confiance, toute leur espérance. Et ils ont bien raison de le faire. Ici à Maria-Tokpa, chaque année, nous vous amenons pour dire merci à Marie de vous avoir gardé dans la foi en Dieu entre deux pèlerinages ; nous vous amenons pour que vous leviez, encore une fois, vos yeux vers Marie, « secours de ceux qui risquent de mourir » (salus infirmorum) ; nous vous amenons pour que, vous aussi, vous chantiez à la gloire de Marie dont la foi et l’espérance en Dieu ont été récompensées par la Résurrection de son Fils Jésus-Christ. Depuis que le 12 Décembre 1959, Maria-Tokpa a commencé à nous recevoir sous la conduite successive de nos Seigneurs Noël Boucheix, Vincent Mensah, Marcel Agboton, René-Marie Ehouzou, nombreuses sont les faveurs obtenues par des fidèles grâce à Marie. Qu’aujourd’hui encore, à travers tout ce que nous vivons dans la foi, Marie Notre-Dame de la Lagune de Porto-Novo intercède pour nous !

3. Bien aimés du Seigneur, Dans le premier message que je vous ai adressé au début de l’Avent 2012, « La grâce de Dieu », je vous ai invités à accueillir la souffrance et la croix quelles que soient les modalités selon lesquelles elles s’offrent à nous, comme « le moyen de la communion avec Jésus, dans un don réciproque ». (N°6) Cet effort de communion est un combat comme celui de Jésus contre le diable dont l’Evangile de ce jour nous parle. Oui mes frères et sœurs, bien souvent, « ce ne sont pas contre les adversaires de sang et de chair que nous avons à lutter, dit Saint Paul ; mais contre les Principautés, contre les Puissances, contre les Régisseurs de ce monde de ténèbres, contre les esprits du mal qui habitent les espaces célestes » (Ep. 6, 12). Le texte de Saint Luc de ce jour nous montre comment Jésus a réussi son combat. Jésus jeûne pendant 40 jours et bien entendu il éprouve la faim. Le diable lui suggère de rompre ce jeûne qu’il avait librement consenti, pour marquer sa dépendance vis-à-vis de son Père. Il repousse la tentation du diable et lui oppose une parole des Saintes Ecritures : « ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit vivre » (Dt. 8, 3) Les miracles de Jésus ne sont pas des tours de magie destinés à le tirer d’un mauvais pas. Ce sont des signes destinés à susciter la foi. Jésus a pris une condition humaine semblable à la nôtre et il l’a assumée, en toutes choses, excepté le péché. Le diable revient une deuxième fois à l’assaut, en cherchant à obtenir de Jésus un acte d’allégeance en échange de la possession des royaumes de la terre, ces royaumes que Jésus est venu précisément reconquérir. La transaction est évidemment inacceptable : on ne négocie pas avec Satan. Jésus le repousse une nouvelle fois avec la parole : « Tu te prosterneras devant le Seigneur ton Dieu, et c’est lui seul que tu adoreras » (Dt. 6, 3) Mais le diable ne lâche pas prise. Il revient une troisième fois, plus subtilement ; il utilise à son profit l’arme qui a si bien réussi à Jésus : l’Ecriture. Et il ne lésine pas sur la quantité ; il étaye ses propos de deux passages de ce psaume 90 que nous connaissons bien : « si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : « il donnera pour toi à ses anges l’ordre de te garder » ; et encore « ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre ». Mais le diable a beau singer Jésus en utilisant la parole de Dieu, il ne peut qu’échouer devant la Parole de Dieu faite chair ; Jésus le repousse à nouveau et définitivement : « Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu » (Dt. 6, 16)

4. Quelle leçon pour nous aujourd’hui ? C’est l’arme de la Parole. « Enracinés dans la Parole de Dieu, et à l’école de Marie, vivons notre foi catholique ». Comme chrétiens, il nous faut apprendre à déjouer en tout temps et particulièrement en ce temps de Carême, « la tactique du diable » en imitant « la stratégie du Christ ». « Munissez-vous du glaive de l’Esprit, c’est-à-dire de la Parole de Dieu », dit saint Paul aux Ephésiens (Ep. 6, 17). S’il est vrai que nous avons tendance à pactiser avec le mal, il faut reconnaître que le bien est encore plus profondément enraciné dans notre cœur. Il faut donc se brancher sur la Parole de Dieu pour se garder du mal. Parce que la Parole de Dieu est l’expression de la volonté salvifique de Dieu, elle est nécessaire à notre survie : « Ma nourriture, dit Jésus, c’est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé » (Jn. 4, 34). Il faut que nous connaissions la Parole comme Jésus nous en donne l’exemple, afin que se vérifie en nous la grande prophétie : « la Parole est près de toi, elle est dans ta bouche et dans ton cœur pour que tu la mettes en pratique » (Dt. 30, 4)

5. Mais attention à notre usage de la Parole de Dieu ! Pas comme Satan, mais comme Jésus. Saint Paul dit : « la Parole de Dieu c’est le message de la foi que nous proclamons ». Cela signifie que la Parole de Dieu n’est utilisée à bon escient qu’en conformité avec la foi de l’Eglise Catholique. Lorsque nous méditons habituellement la Parole de Dieu, nous nous apercevons de ce que la foi de l’Eglise exprimée dans le Credo est servante de la Parole. Le premier et véritable exorcisme est là. : « Ta Parole Seigneur est vérité et ta loi délivrance. » Nous l’entendrons tout au long de ce Carême. Puissions-nous en être convaincus afin d’obtenir grâce à Marie qui l’a vécu, la guérison de l’esprit et du corps.

6. Avec la Vierge Marie, nous prenons aussi conscience que tout don reçu de Dieu est une mission de partage. Mon dernier message, « A l’école de Marie. Pour une appropriation diocésaine du message du Pape pour le Carême de l’année de la foi », montre combien sont ouverts devant nous les chantiers et boulevards de charité aussi bien vis-à-vis des malades que des prisonniers, des sans-logis, des malades mentaux, des réfugiés et autres… Aujourd’hui, notre diocèse veut marquer ce lieu de sa détermination à entendre les cris des personnes « en proie à diverses vexations » et qui accourent à Maria-Tokpa. En installant dans des locaux construits à cet effet, un prêtre pour l’accueil, l’écoute, la confession et la prière d’intercession et de guérison, je voudrais vous rassurer, chrétiens mes frères et chrétiennes mes sœurs, que l’Eglise catholique est votre Mère, que vous faites partie de sa famille et que si vous faites confiance en Jésus, l’Esprit qui est à l’œuvre dans son Eglise et dans ses ministres sacrés vous comblera de ses dons. C’est dans la foi en Dieu, la fidélité à l’Eglise et aux successeurs des Apôtres, en communion avec le Saint Père, que nous continuons d’être enfants de Marie, enfants de Dieu dans l’Eglise de son Fils Jésus-Christ. Puissions-nous grandir dans cette foi, Amen !

Père Jean-Benoît GNAMBODE

Administrateur Apostolique du Diocèse de Porto-Novo

JEUNESSE DIOCESAINE : FETE PATRONALE ET RENTREE PASTORALE.

Comme initié depuis l’an dernier, les jeunes du diocèse de Porto-Novo fêteront pour la 2ème fois leur Sainte patronne Thérèse de l’Enfant Jésus. Pour honorer ce jour ouvrable du lundi 1er Octobre, la fête sera anticipée suivant les dispositions et le programme ci-après. Elle servira de cadre au lancement de la nouvelle année pastorale.

Pour cette 2ème édition de notre fête patronale. Voici ce qui est retenu :

  • Date : Samedi 29 Septembre 2012 (Anticipation sur le Lundi 1er : Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus )
  • Lieu : Paroisse Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus d’IKPINLE.
  • Signe distinctif : Le foulard de l’aumônerie.
  • Restauration : Sous forme de pique-nique, elle est laissée à l’organisation de chaque paroisse. Toutefois, avec un peu d’argent, ceux qui le désirent pourront s’acheter à manger.
  • Cotisation : Ce jour-là, chaque paroisse doit verser sa cotisation annuelle comme nous l’avions fait l’an dernier. Elle est de 2 000 frs par paroisse. Que toutes les paroisses prennent leurs dispositions.

Certaines paroisses n’ont pas payé celle de l’année dernière. Il s’agit de :

- Sacré-Cœur de Hlouinda,
- Sts Pierre et Paul de Donoukpa,
- St Bernard de Malanhoui,
- St Vincent de Tchaada,
- Ste Agnès de Kessounou,
- St Antoine de Padoue de Dèkin,
- Ste Thérèse de l’Enfant Jésus d’Azowlissè,
- St Michel de Gbéko,
- St Joseph d’Ahouanzonmè,
- St Cyprien de Bonou,
- Cœur Immaculé d’Ita-Djèbou,
- St Alphonse de Liguori d’Ifangny,
- Ste Thérèse d’Avila d’Ikpédjilé,
- Ste Thérèse de l’Enfant Jésus de Takon,
- Ste Thérèse d’Avila de Kétou,
- Ste Marguerite d’Idigny
- St Enfant Jésus de Prague d’Adakplamè.

Nous avions dispensé les paroisses qui venaient d’être créées Kétou 2 et Yoko. Espérant que leur jeunesse a eu le temps de s’organiser, nous les intégrons cette année. Les paroisses qui viennent d’être créées sont libres de participer à la cotisation cette année. Nous les prendrons en compte à partir de l’an prochain.

  • Aide : Ceux qui le désirent peuvent aussi venir individuellement en aide à leur aumônerie par des dons d’argent ou de matériel surtout de bureau (papier A4, chemises-dossier, écritoires, cartables…). L’année dernière un jeune a donné 10 000 frs, et d’autres du papier A4
  • Grandes lignes du programme :

- 09h 00 : Arrivée et installation

- 10h 00 : Messe

- 12h 00 : Séance d’entretien

-12h 45 : Repas – Repos – Détente

- 15h 30 : Lancement du programme d’année

- 16h 00 : Départ

D’OU VIENNENT LES CARDINAUX ?

L’origine du mot cardinal viendrait de l’adjectif latin cardinalis , lui-même issu de cardo , signifiant « pivot » : aux premiers siècles de la chrétienté, on désignait ainsi les clercs attachés à une paroisse ou à une diaconie, terme qui est resté pour désigner le clergé du seul diocèse de Rome.

Aujourd’hui encore, les cardinaux sont toujours répartis en trois « ordres » : cardinaux-diacres (titulaires d’une diaconie) ou cardinaux-prêtres (titulaires d’une paroisse romaine), auxquels s’ajoutent les cardinaux-évêques (titulaires d’un diocèse de la banlieue de Rome, dits suburbicaires) : un rattachement fictif au diocèse de Rome – tous les cardinaux sont obligatoirement ordonnés évêques – qui permet de manifester le lien spécial entre le pape et les cardinaux. Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, est ainsi cardinal-prêtre du titre de Saint-Louis des Français, c’est-à-dire curé en titre de la paroisse romaine Saint-Louis-des-Français (même si un autre prêtre exerce de fait cette fonction).

Le Sacré Collège est présidé par un doyen qui n’est pas le plus âgé des cardinaux mais un des cardinaux-évêques, élu par ses pairs puis nommé par le pape (actuellement le cardinal italien Angelo Sodano) et secondé par un vice-doyen (actuellement le cardinal français Roger Etchegaray). Les cardinaux les plus anciens de chaque ordre (cardinal protoprêtre et cardinal protodiacre) ont également des charges particulières : c’est ainsi au cardinal protodiacre (actuellement le Français Jean-Louis Tauran) qu’il revient d’annoncer, à l’issue du conclave, le nom du nouveau pape.

Le pape peut aussi choisir (notamment pour protéger celui qui est créé cardinal quand il vient d’un pays où l’Église est persécutée) de créer un cardinal in pectore (dans son cœur) c’est-à-dire de tenir son nom secret. Lorsque son nom est rendu public, le cardinal en question retrouve sa place dans le Sacré Collège à compter du jour de sa reservatio . Mais il peut arriver que le pape meure sans que le nom de l’élu soit connu, y compris de lui-même (ce qui est arrivé pour le cardinal créé in pectore en 2003 par Jean-Paul II).

NICOLAS SENÈZE

Quel est le rôle des cardinaux ?

FETE PATRONALE DES JEUNES DU DIOCESE DE PORTO-NOVO : IKPINLE ACCUEILLE LA DEUXIEME EDITION

Placés sous le patronage de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, les jeunes du diocèse de Porto-Novo, après la première édition sur la paroisse Saint François-Xavier de Porto-Novo, se sont retrouvés pour la deuxième édition de leur fête patronale à Ikpinlè.

La grande pluie de ce samedi 29 Septembre 2012 n’a pas empêché les jeunes de Porto-Novo de se rassembler sur la paroisse sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus d’Ikpinlè pour fêter par anticipation leur sainte patronne.

JPEG - 21 ko
La célébration eucharistique

Tout a commencé par une messe d’action de grâce en l’honneur de la sainte patronne présidée par l’aumônier diocésain, le révérend Père Aurel AVOCETIEN et animée par la chorale des jeunes de la paroisse. Dans son mot de bienvenue, le R. Père Bienvenu DAHOUI, curé de la paroisse, a exprimé toute sa joie et celle de son curé doyen pour le choix porté sur sa paroisse. Dans son homélie, le R. Père Aurel a insisté sur la foi, en s’inspirant de la 1ère lecture extraite du livre de Job ; et ceci, en raison du fait que l’année pastorale 2012-2013 couvrira l’Année de foi voulue par le Pape. « La foi n’est pas un commerce », a-t-il affirmé. Il a aussi exhorté les jeunes à mettre leur foi en Dieu comme Job aussi bien quand tout va bien que quand ça va moins bien. Sur un tel chemin de foi, la petite Thérèse de l’Enfant-Jésus aussi se révèle bien un modèle par son total abandon à la Providence divine.

JPEG - 29.7 ko
Restauration
JPEG - 28.2 ko
Restauration - Détente

Après l’office divin, place fut laissée à la restauration : lesjeunes ont partagé dans la fraternité ce qu’ils ont eux-mêmes apporté ou trouvé à acheter sur place. Le temps a été aussi mis à profit pour des échanges entre amis.

A 13h 45, tous se sont retrouvés autour de l’aumônier, pour un entretien d’explication sur le projet « Foi d’élite » initié par l’aumônerie. Ce n’est qu’après cela qu’ont eu lieu le lancement du programme de l’année et la remise des prix du jeu concours ‘‘Ste Thérèse de l’Enfant-Jésus’’ ; de très alléchants prix qui ne pouvaient que réjouir les jeunes dans la préparation de leur prochaine rentrée.

JPEG - 26.6 ko
Remise des prix
JPEG - 22.7 ko
L’Aumônier et le Père Valentin

Le départ à 15h a été précédé par la bénédiction du R. Père Valentin BAMIGBOLA venus soutenir les jeunes tout comme le père KOSSI KODJO, spiritain en service à la paroisse de Kpodji.

Et maintenant que l’année est lancée, nous en espérons beaucoup de fruits de foi vive pour les jeunes de notre diocèse.

Elie de Dravo WHANNOU

BIENTOT LA RENTREE PASTORALE A L’AUMÔNERIE : FETE PATRONALE

Ici et là, l’enthousiasme d’hier pour les vacances commence peu à peu à céder le pas à l’angoisse ou à la joie de la reprise.

Beaucoup s’affairent déjà à préparer leur rentrée. Votre aumônerie aussi ! Et pour elle, les couleurs s’annoncent belles et l’année prometteuse avec ce renfort considérable de l’équipe dirigeante de l’aumônerie. 4 prêtres l’animeront désormais : les Pères Aurel AVOCETIEN, Bruno DASSEKPO, David ABIODOUN et Desmond DOHOU.

Ils vous convient déjà à la rentrée pastorale de l’aumônerie qui se conjugue à la fête patronale dont nous célébrerons la 3ème édition cette année le Samedi 28 Septembre 2013 à la paroisse St Hubert de Missérété.

Date : Samedi 28 Septembre 2013 (Anticipation sur le 1er Octobre : Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus )

Lieu : Paroisse Saint Hubert de MISSERETE.

Restauration : Sous forme de pique-nique, elle est laissée à l’organisation de chaque paroisse. Toutefois, avec un peu d’argent, ceux qui le désirent pourront s’acheter à manger.

Cotisation  : Ce jour-là, chaque paroisse doit verser sa cotisation annuelle comme nous l’avions fait l’an dernier. Elle est de 2 000 frs par paroisse. Que toutes les paroisses prennent leurs dispositions. Celles qui ont des arriérées devront aussi s’en acquitter.

Aide : Ceux qui le désirent peuvent aussi venir individuellement en aide à leur aumônerie par des dons d’argent ou de matériel surtout de bureau (papier A4, chemises-dossier, écritoires, cartables…).

Grandes lignes du programme :

- 09h 00 : Arrivée et installation

- 10h 00 : Messe - Remise des attestations de participation à l’École de foi

- 12h 00 : Séance d’entretien

- 12h 45 : Repas – Repos – Détente

- 15h 30 : Lancement du programme d’année

- 16h 00 : Départ

Père Aurel AVOCETIEN

Synode sur la Famille : Clôture atelier de travail préparatoire

« La famille n’est pas morte en Afrique. Elle est vivante et elle vivra mieux dans l’avenir grâce à tout ce qui se fera pour la rendre encore plus stable. Nos évêques iront porter cette bonne nouvelle au Synode. Nos prières les accompagnent. Que l’amour du Seigneur soit sur eux comme notre espoir est en Lui ». Voilà en substance la déclaration de l’atelier de travail préparatoire de Cotonou sur le Synode extraordinaire sur la famille qui se tiendra en octobre 2014 à Rome.

C’est le premier vice-président du SCEAM, Mgr Louis Portella, évêque de Kinkala / Congo-Brazzaville qui a clôturé les travaux de cette rencontre de Cotonou après l’adoption en plénière par les participants du rapport général et des comptes rendus de leurs travaux en carrefours, et dont les fruits ont été confiés au Seigneur par une messe d’action de grâce de clôture présidée en l’église Saint-Michel de Cotonou, par l’Archevêque d’Abuja au Nigeria, le Cardinal John Onaiyekan et concélébrée par l’archevêque de Parakou et secrétaire général de la Conférence épiscopale du Bénin, Mgr Pascal N’Koué, Mgr Louis Portella MBuyu, Mgr Barthélemy Adoukonou, secrétaire du Conseil pontifical de la Culture à Rome et une quarantaine de prêtres. Une messe au cours de laquelle le Cardinal–archevêque du Nigeria a invité les chrétiens de l’Afrique à accompagner leurs évêques africains de leurs prières afin qu’ils soient remplis de l’Esprit Saint, qu’ils aient sa force pour présenter au synode leur message sur le mariage et sur la famille, à partir de l’expérience de l’Afrique.

Source : diocese-cotonou.org

Ecole de la foi 2014 : 2ème Edition

COMMISSION DIOCESAINE DE LA PASTORALE DE LA JEUNESSE

A N N O N C E

L’aumônerie diocésaine de la jeunesse organise la 2ème édition de l’Ecole de foi (deux semaines de formation humaine et chrétienne) pour les jeunes.

• Date : Du Lundi 28 juillet au Samedi 09 Aout 2014. (Arrivée impérative pour 15h00)

• Lieu : Ecole Primaire Catholique N-D de Lourdes de Dangbo

• Participation : 10 000 frs CFA/personne (+1 500 pour Tee-shirt)

• Conditions de participation : Savoir lire, écrire et prendre notes ; avoir déjà reçu le sacrement de confirmation.

• Inscription : Elle se fera avec le dépôt de l’argent de participation au plus tard le dimanche 13 juillet 2014 à 22h00.

• Personnes à contacter par doyenné :

 EKPE : Daniella DOMINGO (97299965. Paroisse Marina)

 DJEREGBE : Anicet DODOU (97567224. Paroisse Djèrègbé)

 NOTRE DAME : Roger CARLOS (97481931. Paroisse Cathédrale)

 ATTAKE : Hermann ATCHE (96047970. Paroisse Attakè)

 ADJARRA : Ernest TEGNICHOLA (97095808. Paroisse Adjarra)

 AVRANKOU : Rosine VITCHOEDO (97789415. Paroisse Kouti)

 MISSERETE : Elias TONIN (97293073. Paroisse Katagon)

 DANGBO : Alphonse VODOUNOU (96924225. Paroisse Hondji)

 AZOWLISSE : Père Desmond DOHOU (94127853. Paroisse Adjohoun)

 SAKETE : Constant OKPEICHA (97241286. Paroisse Banigbé)

 KETOU : Wilfried SOVIGUIDI (96873267. Paroisse Pobè1)

NB : Pour cette deuxième expérience, seuls les cent (100) premiers inscrits seront retenus pour l’école.

Une attestation sera délivrée aux participants lors de la fête patronale.

Commission Diocésaine de la Pastorale des jeunes

Père Aurel AVOCETIEN, Coordonateur