jeudi 21 juin 2018



A c t u a l i t é s
vendredi 15 juin 2018
Son Excellence Monseigneur Aristide GONSALLO (...)

dimanche 3 juin 2018
Pèlerinage du clergé de Porto-Novo à Gbékandji

dimanche 20 mai 2018
La paroisse Saint Antoine de Padoue d’Ekpè a (...)

mardi 15 mai 2018
Réunis autour de son Excellence Mgr Aristide (...)


En vrac !
dimanche 3 juin 2018
Je me surprends à rêver ce matin ! Paraphrasant (...)

mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)


LE MERCREDI DES CENDRES : UNE AUTRE EDUCATION.

Le mercredi des cendres est le premier jour du carême, que les chrétiens ne doivent point rater. Se conformer aux exigences du temps de carême, ne ressort pas d’un effort humain. Il faut sagement se confier à la grâce de Dieu. C’est pourquoi la liturgie du Mercredi des cendres n’est pas facultative. Il faut bien commencer le carême pour bien le vivre, d’où l’importance de la célébration eucharistique de ce premier jour de carême.

Cepandant on constate malheureusement que certains chrétiens, préoccupés par leurs propres affaires boycottent cette célébration liturgique marquant le début du carême, et viennent uniquement pour la réception des cendres. Ils sont prêts à réveiller le prêtre pour qu’il leur impose les cendres.

Certains préfèrent s’occuper de leurs affaires avant de venir accomplir ce devoir chrétien. D’autres sont prêts à se présenter même le jeudi pour la réception des cendres au risque de faire créer à l’Eglise « un jeudi des cendres ».

Pour d’autres encore, la cendre est un remède : soit une pincée dans l’eau à boire ou dans la sauce.

Pour ceux qui y participent, le moment de l’imposition des cendres est souvent malheureusement vécu dans un grand brouhaha indescriptible. L’église se transforme en un véritable marché avec tohubohu inénarrable. Devant Jésus présent dans le tabernacle, on bavarde au lieu de prier ; on rigole sans gêne au lieu de méditer, de se reconnaître pauvre pécheur et d’implorer la grâce de la conversion : convertissez-vous et croyez à l’Evangile.

Chers frères et sœurs en Christ prenons Jésus au sérieux, prenons l’Eglise au sérieux, prenons votre conversion au sérieux. Que Jésus nous donne de vivre ce temps carême dans la dignité, dans la fidélité, dans la vérité, dans le respect et dans la paix. Que Dieu vous bénisse.

Père Georges GAYET.