mardi 21 novembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)

samedi 21 octobre 2017
Le missionnaire n’est jamais seul et la (...)

lundi 16 octobre 2017
Le weekend des 07 et 08 octobre 2017 restera (...)


En vrac !
vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > JOUR DU SEIGNEUR > 04 SEPTEMBRE 2011 :

04 SEPTEMBRE 2011 : 23ème DIMANCHE ORDINAIRE ANNEE A.

-* Ez 33,7-9

-* Rm 13, 8-10

-* Mt 18,15-20

« Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux ». Frères et sœurs, Nous sommes ici présents, plus que deux ou trois. Grâce à la présence de chacun de nous, nous sommes sûrs « qu’Il est là, au milieu de nous ». Cette assurance de la présence bienveillante de l’autre est la trame de ce qu’on appelle la foi. Nous nous disions souvent que la foi est un dialogue entretenu au-delà de tous les critères que requiert toute relation humaine. L’évangeliste Matthieu rappelle les paroles de Jésus sur les relations fraternelles. Le pardon est le point crucial de son comportement vis-à-vis des autres avant de devenir son enseignement. Pour lui, il ne s’agit pas d’une simple relation sociale dans le cadre de la vie de tous les jours. C’est la clé de toute réussite de la vie commune. Quand Jésus confie à ses disciples le pouvoir de « lier » et de « délier », il leur confie le secret de la relation humaine qui peut nous amener à la vie en Dieu. Tout ce que Jésus nous fait connaître de Dieu est dans cette clé de relation. Dieu est Relation. Dieu Père, Dieu Fils, Dieu Esprit, Dieu est Relation en Personne. Les clés, dans la Bible, représentent la souveraineté de Dieu, le pouvoir de grâce, le pardon de Dieu, l’image de sa miséricorde qui s’étend à l’infini. Cette image des clefs doit se référer à toutes les paraboles de la miséricorde de Dieu que Jésus cherche à formuler pour dire le cœur de Dieu qui seul peut savoir et comprendre : La brebis perdue, la drachme retrouvée, la mesure du pardon, soixante-dix sept fois sept fois, la femme adultère, la Samaritaine, le débiteur impitoyable, la vie de Zachée, de Matthieu et la mort du larron crucifié à son côté, celle de chacun de nous, pour aboutir enfin à l’image de la personne du Christ, Verbe de Dieu, expression du Don Parfait de Dieu pour tous les hommes, son Pardon. Tous les croyants deviennent d’autres christs, des oints de Dieu. Et tout ce qu’ils feront sur la terre, en se laissant guider par leur foi, va désormais avoir une répercussion dans les cieux, c’est-à-dire engager Dieu, d’une certaine manière. La responsabilité que Jésus a confiée à Pierre, il en charge tous ses disciples, leur disant dans les mêmes termes ce qu’il n’a dit qu’à Pierre : « Tout ce que vous aurez lié sue la terre sera lié dans les cieux » et de même pour tout « ce que vous aurez délié ». Lier c’est créer des liens. Une démarche de dialogue de tous ceux qui croient. La foi est le lien qui nous lie au Christ, et du Christ, nous sommes liés à Dieu. Ce lien crée la communauté d’Eglise. Et délier, c’est défaire des liens ; non pas cette fois des liens qui unissent, mais des liens qui entravent. Délier, c’est libérer les autres de ce qui les empêche d’être pleinement vivants dans L’Eglise. La vie que Jésus vient nous donner, la vie divine, la vie éternelle, n’est pas un « après » par rapport à notre vie actuelle. Nous vivons en ce moment de la vie de Dieu. Dieu est réellement, concrètement avec nous, et il me rend présent au milieu des hommes, grâce à la Présence de Jésus mort et ressuscité. Les sacrements sont des gestes-événements du Christ Vivant qui nous font communier à son corps et font de nous ensuite des témoins de son évangile, et pour ouvrir à notre monde des perspectives nouvelles. Les clés confiées à l’Eglises donnent accès au Royaume de Dieu Porteurs d’un tel pouvoir confié par le Christ lui-même, les hommes, responsables de la vie de l’Eglise sont appelés, comme dit Ezéchiel, à être des veilleurs qui guettent le moindre signe de Dieu pour l’annoncer à son peuple. Frères et sœurs, puisse cette Eucharistie affermir notre foi et nous aider à poser véritablement les gestes d’amour envers les autres. Amen

Père Charles CAKPPO

Ucao / Abidjan