jeudi 14 décembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 5 décembre 2017
C’est au sanctuaire marial à Dassa que la (...)

mercredi 29 novembre 2017
« Rendez grâce au Seigneur, éternel est son (...)

mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > JOUR DU SEIGNEUR > 09 OCTOBRE 2011 (...)

09 OCTOBRE 2011 : 28ème DIMANCHE ORDINAIRE ANNEE A

-* Is25,6-9

-* Ps22

-* Ph4,12-14

-* Mt 22, 1 – 14

Le Royaume des Cieux est comparable à un roi qui organise un festin de noces pour son fils. Le Père nous invite à une fête. Dieu nous invite à sa table. Moi, la créature, je suis conviée à partager la joie de Dieu aux noces qui scellent l’alliance nouvelle avec son peuple. Comment n’aurions nous pas hâte d’y arriver ? Mais serons-nous prêts quand il nous appellera pour ce grand jour ? Ou bien serons-nous trop préoccupés par nos soucis ? Trop bien installés dans une vie confortable ? Ou encore, séduits par les idées du monde, serons-nous sourds à sa voix ? C’est ce qui est arrivé aux premiers invités. Ils ont ignoré son invitation. Aussi incroyable que cela puisse paraître.

A la suite de ce premier refus, le Seigneur s’est fait plus pressant. Désirant de tout son cœur attirer, séduire ses invités, il leur a envoyé une invitation spéciale : « Voici, j’ai apprêté mon banquet, mes taureaux et mes bêtes grasses ont été égorgés, tout est prêt, venez… ».

Nous viendrait-il à l’esprit de refuser l’invitation d’un personnage important en prétextant que nous avons mieux à faire ? Ne serions-nous pas fiers d’avoir été choisis ? N’irions-nous pas ne serait-ce que par curiosité ou pour pouvoir nous en vanter ensuite ?

Et pourtant, au cours de l’édification du Royaume des Cieux, il y a eu et il y a toujours eu des refus de répondre à l’invitation du Seigneur. Refus dans l’histoire de l’humanité. Refus aussi dans nos vies personnelles.

Le Seigneur désire tellement que nous soyons associés à son bonheur qu’il accepte avec patience nos manques d’attention et nos égarements. Il ne prend pas ombrage quand faisons la sourde oreille, malgré les occasions qu’il nous donne de nous reprendre. Oui, le Seigneur nous lance de nombreux appels. Peu sont entendus. Il nous envoie de nombreux témoins. Pas forcément des saints. Toute personne qui nous provoque à sortir de nous-mêmes, à changer notre regard, est l’un de ses témoins dont il se sert pour nous faire un clin d’œil. Ce peut être une lecture, un spectacle ou un événement qui nous incitent à un examen de conscience. Il en sera ainsi tout au long de notre vie. « Le Seigneur réitérera son invitation. Elle pourra se faire plus pressante, à travers peut-être une épreuve, pour nous « réveiller » et nous rappeler que l’heure de la rencontre approche. Pour venir au bout de son amour, il faudra vraiment une volonté formelle et obstinée de le refuser.

A la place du Seigneur, nous serions humiliés, découragés voire dégoûtés par l’attitude de ceux qu’il veut invités à sa table. Une troisième fois, ses serviteurs partent à la rencontre de ses invités. Son plan d’amour ne peut être mis en échec. Cette fois-ci, ils ont mission de ramener tous ceux qu’ils rencontreront : bons et mauvais, justes et pécheurs. Son appel s’adresse à tous sans distinction. Comme dans la parabole du filet de pêche, le tri ne se fera que plus tard.

Mais une fois invité à table, on ne peut plus rester le même. Imaginons un roi qui inviterait les mendiants de son Royaume. Ceux-ci ne ferait-ils pas tout leur possible pour être présentables en sa présence ? C’est ce que n’a pas fait l’invité renvoyé. Il n’a pas revêtu l’habit de fête, c’est-à-dire qu’il n’a rien voulu changer à son comportement ni à sa vie.

Il ne suffit pas en effet de répondre à l’invitation dans un élan. Il ne suffit pas de croire. Il faut témoigner par toute une façon d’agir et d’aimer que nous répondons à son appel, que nous acceptons son invitation. Cet habit que chaque invité doit revêtir, c’est la foi et la charité dont il habille son cœur. C’est la réponse qu’il donne aux exigences de l’évangile. C’est la nécessaire conversion de sa vie pour la faire correspondre à l’enseignement et à l’exemple du Seigneur.

Père Delphin TOSSE

Grand séminaire Saint Gall / Ouidah