jeudi 14 décembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 5 décembre 2017
C’est au sanctuaire marial à Dassa que la (...)

mercredi 29 novembre 2017
« Rendez grâce au Seigneur, éternel est son (...)

mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Actualités > 11 AVRIL 1997 : (...)

11 AVRIL 1997 : LE LINCEUIL DE TURIN ECHAPPE AUX FLAMMES

Personne ne sait encore comment ce 11 avril 1997, un gigantesque incendie partit de 4 ou 5 foyers, tous localisés dans une chapelle de la Cathédrale Saint Jean Baptiste de Turin qui abritait le Saint Suaire. Mais le précieux coffre d’argent renfermant le Linceul, qui aurait dû se trouver au coeur de l’incendie, dans cette chapelle qui l’abrite depuis plus de trois siècles avait été transféré jusqu’au maître-autel à cause de récents travaux de restauration. L’incendie était cependant très puissant et il anéantira la chapelle Guarino Guarini, le dôme baroque du XVIIe siècle, ainsi que la galerie de bois qui unissait la cathédrale et le palais royal de la Maison de Savoie.

Lorsqu’il semblait que tout était perdu, un pompier nommé Mario Trematore s’est élancé au péril de sa vie parmi les flammes, une masse à la main, alors même qu’autour de lui tout s’écroulait, éclatait et brulait, pour briser le coffre-fort constitué par 8 épaisseurs de verre ultra-résistant qui protégeait le Saint Suaire.

« Je sentais dans mon bras la puissance des deux milliards de chrétiens qui vénèrent le Linceul. J’ai frappé cent coups peut-être, et Dieu m’a donné la force de rompre ces vitres à l’épreuve des balles. J’ai réussi à les briser quand même. C’est quasiment un miracle (...) Enfin quand toutes les plaques de verre ont cédé, et pendant que les poutres tombaient d’en haut, j’ai réussi à saisir des deux mains la châsse contenant le Saint-Suaire et à la porter à l’extérieur en toute hâte. Quelques prêtres se sont approchés de moi. Et presque tous pleuraient ».