vendredi 22 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > JOUR DU SEIGNEUR > 11 MARS 2012 : (...)

11 MARS 2012 : 3ème DIMANCHE DE CAREME / ANNEE B.

1ère lecture : Exode 20, 1-17

Psaume : 18

2ème lecture : 1 Co 1, 22 - 25

Evangile : Jn 2, 13 - 25

Chers frères et sœurs, amis du Christ ! Nous continuons notre marche pénitentielle vers Pâques et déjà nous voici au troisième dimanche de Carême. Avant toute chose, il urge de faire un bilan du chemin déjà parcouru afin de mieux nous relancer. Chacun doit se voir en toute vérité et se demander s’il est vraiment entré en Carême, s’il a vraiment jeûné, fait l’aumône, et prié. Chacun doit vivre la chose intérieurement mais il y a des signes qui ne trompent pas ; car si ce qui se vit intérieurement est assez intense et porteur de sens, il doit tôt ou tard surgir et jaillir dehors.

Mon frère, ma sœur, comment vis-tu ton Carême ? Es-tu vraiment entré en Carême ? Quels sont les signes palpables et visibles qui le prouvent à Dieu et aux hommes ? A chacun de répondre à ces questions. Car le temps du carême s’en va vite et pourrait finir sans que nous n’ayons pu en profiter comme cela se doit.

La liturgie de ce dimanche nous y aide en ce sens qu’elle nous rappelle en première lecture, les commandements de Dieu. Chacun doit se le rappeler car ils sont très loin, les jours où nous nous efforcions de garder par cœur ces commandements, juste pour avoir les sacrements. Il ne suffit pas de dire : ‘’ qu’ai-je fait de grave ? Je n’ai pas tué, ni volé’’ pour se donner une conscience propre. Non ! Il faut connaitre et se rappeler chaque fois les commandements de Dieu afin d’éviter le péché qui éloigne de lui.

Le peuple d’Israël était très attaché aux principes de base de l’Alliance avec son Dieu. Ces principes sont entre autre, la loi de Dieu donnée par Moïse au Sinaï, la parole des prophètes, l’arche de l’Alliance dont la représentation en Terre promise sera le Temple. Les Tables de la Loi étaient déposées dans l’Arche de l’Alliance quand Israël marchait dans le désert. Elles seront déposées dans le Temple où le peuple se rassemblait pour en écouter la lecture. Tout ceci pour dire l’importance entre autres, de la loi de Moïse et du Temple. Concernant ce dernier, nous pouvons voir la valeur que les Juifs lui confèrent dans la réplique des adversaires de Jésus : ‘’ il a fallu quarante- six ans pour bâtir ce Temple et toi en trois jours, tu le relèverais ? Il faut aussi lire les derniers chapitres du livre de l’exode pour voir la valeur du Sanctuaire pour les Juifs. La source de la controverse de Jésus avec les Juifs part du fait que Jésus semble ignorer la loi qui demande de faire des sacrifices pour ceci ou pour cela. En chassant ceux qui, dans le Temple, mettent à la disposition des gens les animaux à sacrifier, Jésus perturbe et même gène l’ordre du Temple. Il touche ainsi au caractère sacré de ce temple, c’est pourquoi il lui est demandé de quelle autorité il fait cela. Mais la réponse de Jésus montre qu’il est dans une optique parallèle ou différente. La loi qui était une chose sacrée qu’il fallait garder et pratiquer a été prétexte pour des personnes de tirer toutes sortes de profits.

Cette loi reçue au Sinaï constituait comme peuple la foule immense des fils d’Israël sortis d’Egypte. Cette loi avait comme principe premier, l’unicité du Seigneur qui ne cesse de répéter : ‘’Je suis le Seigneur ton Dieu’’. Tout bon juif savait qu’il avait le devoir sacré et même vital de respecter et faire respecter la Loi et les prophètes. Jésus par son comportement appelle un respect qui n’est plus extérieur mais intérieur.

C’est un appel à ne plus suivre la loi mais l’esprit de la loi : sacrifier des animaux oui ! Mais prétexter que la loi demande de sacrifier pour installer un commerce des animaux à sacrifier dans le Temple même, Non. Jésus opère un déplacement de sens : le Temple dont il est question n’est plus celui visible, construit de mains d’hommes, mais son corps à lui. Ce corps dans lequel il rassemblera tous les hommes par sa passion-mort et résurrection. Lui-même avait dit à la Samaritaine : ‘’le moment viendra où les adorateurs de Dieu l’adoreront en esprit et en vérité’’. La loi de Dieu ne serait plus une chose extérieure à l’homme et difficile à pratiquer pour lui. Elle serait plutôt une chose inscrite dans son cœur par l’esprit saint.

C’est pourquoi quelqu’un dit à juste titre que ‘’ la loi est venue de Dieu par Moïse et que la grâce est venue par Jésus’’. Les Juifs comme tous les hommes n’étaient pas préparés à accueillir le message de Jésus. Ils n’étaient pas préparés à accueillir un Messie qui les sauve par sa propre mort, accrochés comme ils étaient à la loi du talion et toutes les autres qui lui sont semblables. Dieu surprendra toujours l’homme par la grandeur de sa pensée et de son cœur. Il montre que sa puissance se déploie dans la faiblesse, une faiblesse d’amour pour sa créature. Il montre que même ce que l’homme peut appeler ‘’folie de Dieu’’ est encore plus raisonnable et sensé que toute réflexion et argumentation humaines. Dieu par Jésus dit à sa créature : ‘’ je suis proche de toi plus que toi-même, la loi que je te donne, je ne la laisse plus à l’extérieur de toi. Je l’inscris en toi pour que tu puisses l’appliquer. Tu n’adoreras plus ton Dieu avec les contraintes de la loi et en allant dans un temple. Je fais de ton cœur le temple qui contient ma loi, où j’habiterai et où tu m’adoreras’’.

Chers frères et sœurs, Dieu s’engage avec nous pour notre salut. Il se fait proche et nous libère de toute contrainte dans notre relation avec lui. Il fait de notre cœur, son temple. Nous devons comprendre qu’en faisant cela Dieu montre son amour mais aussi son respect pour l’homme. Apprenons donc à ne pas faire de notre cœur le temple où se vendent toutes sortes de choses impures et mauvaises. Ne faisons pas de notre cœur le temple où la loi de Dieu est interprétée pour servir nos intérêts inavoués. Que la Vierge nous y aide. Amen

Père Elzéar ADOUNKPE

Paroisse Saint Esprit d’Affamey