jeudi 23 novembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)

samedi 21 octobre 2017
Le missionnaire n’est jamais seul et la (...)

lundi 16 octobre 2017
Le weekend des 07 et 08 octobre 2017 restera (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > JOUR DU SEIGNEUR > 12 JUIN 2011. DIMANC

12 JUIN 2011. DIMANCHE DE PENTECOTE ANNEE A
  • Ac 2,1-11
  • 1Co12,3-7.12-13
  • Jn 20,19-23

« Soudain il vint du ciel un bruit pareil à celui d’un violent coup de vent : toute la maison où ils se tenaient en fut remplie » (Ac 2, 2).

Cinquante jours après la fête de Pâques, nous célébrons aujourd’hui, dans la joie et la gaieté de cœur, la grande solennité de la Pentecôte qui clôture cet événement de la passion-mort et résurrection du Christ. Déjà, avant sa passion-mort, et plus encore après sa résurrection, ayant apparu à plusieurs reprises à ses apôtres, Jésus leur a promis une aide, un soutien dans l’exercice de la noble mission qu’il leur a confiée. « Je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : c’est l’Esprit de vérité(…) Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous » (Jn 14, 16.17a.18) avait-il garanti à ses disciples avant de remonter vers Dieu son Père.

Le jour de la Pentecôte, Jésus a donc tenu promesse. Il a envoyé le Défenseur, cette aide indispensable et nécessaire à ses disciples. Et justement, les textes que nous méditons aujourd’hui soulignent tous unanimement ce caractère indispensable, nécessaire de la grâce de l’Esprit Saint pour l’accomplissement de la mission de témoins, de disciples.

En effet, avant la descente de l’Esprit Saint, les apôtres n’osaient pas sortir ; « ils se trouvaient réunis tous ensemble » comme le souligne Saint Luc dans les Actes des Apôtres, et Saint Jean de faire remarquer dans l’évangile la frayeur qui les amenait à se calfeutrer : « Les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient, car ils avaient peur des juifs » (Jn 20, 19). En prière, ils attendaient donc, dans une certaine espérance, cette force, cette aide pour sortir de leur peur et de leur torpeur afin de témoigner en faveur du Ressuscité. Et voilà, l’Esprit Saint vint se poser sur eux subitement : « Soudain il vint du ciel un bruit pareil à celui d’un violent coup de vent : toute la maison où ils se tenaient en fut remplie. Ils virent apparaître comme une sorte de feu qui se partageait en langues et qui se posa sur chacun d’eux ». L’Esprit Saint était descendu sur eux. Comme un vent violent, l’Esprit Saint emporte la peur des apôtres. Comme un feu puissant, il chasse leurs ténèbres ; il illumine leur nuit. Dès lors, ils sortiront et proclameront à tous les merveilles de Dieu, la Bonne Nouvelle. Sans cette grâce, sans le don de l’Esprit Saint, il leur était donc difficile, voire impossible de proclamer que Jésus est vraiment ressuscité.

Saint Paul, dans sa première lettre aux Corinthiens le souligne fort bien : « Frères, sans le Saint Esprit, personne n’est capable de dire : ‘’Jésus est le Seigneur’’ (1Co 12, 3b). C’est également ce que nous pouvons remarquer dans l’évangile de ce jour. Aussitôt après avoir fait de ses disciples des envoyés, il répand sur eux la grâce de l’Esprit Saint : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie » (Jn 20, 21).

Nous redécouvrons donc aujourd’hui la place combien importante et nécessaire de l’Esprit Saint dans la vie des disciples, d ans notre vie dechrétiens. Sans l’Esprit Saint, nous ne pouvons jamais être de bons témoins ; sans l’Esprit Saint, nous ne pouvons jamais tenir fermes dans l’adversité. Ceci nous interpelle alors et nous invite d’une part à implorer constamment, en tout moment, dans la joie comme dans l’épreuve, cette grâce pour une vie de témoignage exemplaire. Car, très souvent, nous ne reconnaissons pas la place de l’Esprit Saint dans notre vie de chrétiens, pire, nous le méconnaissons. L’Esprit Saint est pour nous le grand inconnu, le délaissé de la Trinité. Comment le prions-nous ? Nous rappelons-nous souvent que sans lui, nous ne pouvons affirmer que Jésus est Seigneur, c’est-à-dire être de bons chrétiens ?

De l’autre, nous sommes également appelés aujourd’hui à être constamment dans des dispositions favorables à la réception de la grâce de l’Esprit Saint. Mieux, nous sommes conviés à être toujours des terrains favorables à l’éclosion de la grâce de l’Esprit Saint en nous, dans notre vie et celle de nos frères. Car Saint Paul dans sa lettre aux Corinthiens nous rappelle que « Tous nous avons été désaltérés par l’unique Esprit ». Tous, enfants de Dieu, baptisés, et plus encore confirmés, nous avons déjà reçu la grâce de l’Esprit Saint. Mais alors, en avions-nous toujours conscience ? Que faisons-nous afin que cette grâce soit vraiment efficiente dans notre vie et celle des autres ? Le manque de persévérance dans la prière, le désintérêt et plus encore le péché, la jalousie, la convoitise, la médisance, et autres, voilà autant d’obstacles à l’éclosion de cette grâce en nous et autour de nous.

En effet, au moment où Saint Paul adressait cette première lettre aux communautés de Corinthe, ces dernières étaient divisées ; il y a avait des rivalités parmi les chrétiens. Saint Paul entend alors leur montrer que l’Esprit qu’ils ont tous reçu est Amour, et il opère par ses nombreuses grâces au sein de l’Eglise, dans la paix, dans l’union des cœurs et la communion des pensées. Tous doivent alors collaborer activement à l’éclosion de cette grâce sans jalousie aucune. Aujourd’hui encore, ces jalousies, ces querelles inutiles ne manquent pas dans la communauté des chrétiens, dans l’Eglise. Tout cela s’oppose à l’Esprit Saint qui est le Rassembleur. Alors, nous sommes conviés à rechercher toujours le bien en devenant par notre tolérance, par l’acceptation de l’autre, et surtout dans la prière, des terrains favorables à la grâce de l’Esprit Saint. Car, l’Esprit Saint est amour, joie, paix et patience (Cf. Ga 5, 22).

Prions, afin que cette Pentecôte soit quotidienne pour tous les croyants par leur vie imprégnée d’amour, de joie, de paix et de patience. Amen.

Père Armand ALOWAKINNOU

Séminaire de Missérété