mardi 12 décembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 5 décembre 2017
C’est au sanctuaire marial à Dassa que la (...)

mercredi 29 novembre 2017
« Rendez grâce au Seigneur, éternel est son (...)

mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > JOUR DU SEIGNEUR > 10 JUILLET 2011.

10 JUILLET 2011. 15ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE / ANNEE A

Semer, c’est la preuve qu’on espère. Dieu espère en chacun de nous. Il attend que sa parole nous transforme en fécondité abondante de grâce.

-* Is 55,10-11

-* Rm 8,18-23

-* Mt 13,1-23

Que la Parole porte son fruit en nous ! Oui, la Parole de Dieu doit porter de bons fruits en nous. Voilà ce à quoi les textes de ce jour nous invitent avec insistance. La 1ère lecture, insérée dans un contexte qui appelle à la conversion, met en valeur l’efficacité souveraine de la Parole de Dieu et la réalisation de ses promesses de salut. La parole de Dieu est agissante et comme douée de personnalité. « La parole qui sort de ma bouche, dit le Seigneur, ne revient pas à moi sans effet, sans avoir accompli ma volonté et réalisé ce pour quoi je l’ai envoyée ». La promesse de salut que recèle cette parole n’est pas destinée à l’homme seul, mais à tout le cosmos, cet univers de plus en plus profondément marqué par l’empreinte divine et en quelque sorte humanisé par lui et qu’il veut transfigurer à la fin des temps. Saint Paul nous le dit dans la 2ème lecture où il fait remarquer que cette transformation se réalisation dans l’Esprit Saint. Dans l’évangile, le Christ nous conduit à la Parole qui porte du fruit. Entre la parabole du semeur, destinée aux foules, et son explication réservée aux disciples, Jésus montre pourquoi il parle en paraboles. Cette manière voilée et imagée de présenter les choses permet à ceux qui sont ouverts et réceptifs de saisir la pensée du maître, tandis que les gens mal disposés et qui se ferment ne peuvent la comprendre. Devant l’échec apparent de sa prédication, Jésus veut faire partager à ses auditeurs l’optimisme de Dieu à l’égard de la réussite finale de son œuvre. Le semeur, en dépit des éléments destructeurs qui semblent ruiner son espoir, continue à jeter la semence, sachant qu’une parcelle de bonne terre l’accueillera et lui fera porter un fruit abondant. Pour ce, la parole de Dieu pour son efficacité a besoin de notre obéissance ; pour sa fécondité, de notre témoignage. Nous devons lui offrir un terrain fécond. Au lieu de nous renfermer dans l’égoïsme et l’orgueil, en ne comptant que sur nous-mêmes et sur nos richesses, nous devons nous ouvrir avec confiance à l’amour de Dieu qui nous appelle au salut. Il nous attend patiemment pour retourner en notre cœur la bonne terre laissant espérer du fruit « en raison de cent, ou soixante, ou trente pour un ». Il y aura une large part d’échecs, mais la moisson est assurée si le grain accepte de mourir en terre

Père. Appolinaire DAH H.

Paroisse Saint Michel / Avrankou