jeudi 20 septembre 2018



A c t u a l i t é s
mercredi 5 septembre 2018
Le Dimanche 02 Septembre 2018la communauté (...)

samedi 30 juin 2018
La sœur Elisabeth Etèdjihounkpé TOSSE, le (...)

vendredi 22 juin 2018
Ce mardi 19 juin 2018, les populations (...)

vendredi 15 juin 2018
Son Excellence Monseigneur Aristide GONSALLO (...)


En vrac !
dimanche 3 juin 2018
Je me surprends à rêver ce matin ! Paraphrasant (...)

mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > JOUR DU SEIGNEUR > 16ème Dimanche Ordina

16ème Dimanche Ordinaire Année C

Accueillir la Parole de Dieu et entrer dans une relation plus intime avec le Seigneur

Chers frères et sœurs, la première lecture et l’évangile de ce 16e dimanche du temps ordinaire de l’année liturgique C nous présente une vertu que l’on dit ’être à tort ou à raison typiquement africaine : il s’agit de l’hospitalité. En effet, c’est un devoir sacré pour tout africain de bien accueillir le visiteur ou l’étranger. Ce sens de l’hospitalité est poussé à l’extrême dans certaines aires culturelles où celui qui accueille donne l’une de ses femmes à son hôte pour la nuit. Qualité humaine, l’hospitalité est l’art de bien accueillir des visiteurs, de les mettre à l’aise au tant que possible. Les textes d’aujourd’hui, la première lecture et l’évangile nous présentent l’hospitalité d’Abraham, celle de Marthe et celle de Marie.

Chez nous en Afrique, la première chose qu’on offre à l’étranger quand il arrive, c’est l’eau. Pour étancher sa soif mais on ne s’arrête pas là. Quelque soit l’heure du jour, l’on se met en quatre sinon plus pour trouver un repas acceptable ou un festin pour l’hôte. Enfin, on veille à ses petits besoins : toilette, lieu où dormir etc. Je ne crois pas que cela serait différent chez les juifs. Il faut noter que l’eau sert aussi à laver les pieds au visiteur, geste de Marie sœur de Lazare a fait à Jésus non plus avec de l’eau et une serviette mais avec du parfum et ses cheveux. Nous voyons clairement que l’hospitalité telle que définie en ces gestes d’accueil et de soin à donner à l’hôte, est l’hospitalité d’Abraham et de Marthe. C’est une hospitalité qui s’exprime par des gestes extérieurs d’accueil et de soins à donner. Cette hospitalité est très importante car elle soulage et apaise l’hôte du poids de la fatigue du voyage. Elle est importante mais elle n’est que le début de l’hospitalité. Car ces gestes d’accueil de soins à donner à l’hôte peuvent être faits sans aucun amour pour le visiteur. Il doit vous être déjà arrivé lors d’une visite de voir que celui chez qui vous êtes allé vous sourit mécaniquement, que sa gentillesse, son rire, son sourire, tout le contenu de son accueil est juste de la singerie. Ces gestes d’accueil sont bons en eux-mêmes mais peuvent ne pas être portés par une bonne intention. Abraham comme Marthe accueillait avec un bon cœur et leur intention est bonne mais Le Seigneur tourne nos regards et le leur vers l’hospitalité de Marie.

J’avoue avoir toujours été un peu choqué par la réponse de Jésus à Marthe. Ah ! Seigneur, les mots que tu nous dis, nous étonnent et parfois nous renversent. La question qui surgit chaque fois en moi est de savoir si le Seigneur après sa réponse à Marthe a mangé le repas et il me semble que la réponse est oui. Et avec appétit. Bien sûr Marie aussi. Jésus ne refuse pas ce que Marthe fait mais il lui dit que ce que Marie fait est mieux car elle accueille le Seigneur non seulement dans sa maison mais dans son cœur. L’hospitalité de Marie est accueil de Jésus dans la profondeur de son âme. Elle se fait ouverture, disponibilité, accueil. Marie est dans la posture du disciple, de celui qui écoute, de celui qui apprend. Elle accueille Jésus dans sa vie. Et en ce sens elle est modèle pour tous les chrétiens.

Chers frères et sœurs, chers amis, nous avons déjà cent cinquante ans d’évangélisation et nous pouvons nous demander si l’Afrique, le Bénin et vous qui me lisez avez vraiment accueilli le Christ. Ne serions nous pas tous comme Marthe empressés de poser des gestes extérieurs d’accueil alors que le Seigneur demeure à la périphérie de notre vie ? Ce n’est pas dans une maison de pierre ou une église de pierre que le Seigneur veut être accueilli. Il veut être accueilli dans la maison de notre cœur. Accueillons le chaque jour comme Marthe mais allons plus loin dans notre accueil en ouvrant l’oreille de nos cœurs et la maison de notre vie au Seigneur. Ce serait triste pour nous qui nous disons chrétiens de réaliser qu’en fait des non chrétiens ont mieux accueilli le Christ que nous. Comment nous accueillons nous les uns les autres ? Comment accueillons-nous Jésus dans notre vie. Ce sont nos gestes qui donnent la réponse. Que notre comportement, notre agir de chaque jour montrent que nous avons accueilli le Christ dans notre vie.

JPEG - 28.3 ko
Père Sèyèmè Elzéar Spire ADOUNKPE