mardi 21 novembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)

samedi 21 octobre 2017
Le missionnaire n’est jamais seul et la (...)

lundi 16 octobre 2017
Le weekend des 07 et 08 octobre 2017 restera (...)


En vrac !
vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > JOUR DU SEIGNEUR > 17 Fév. 2013 : 1er

17 Fév. 2013 : 1er Dim. de Carême / Année C

Méditation du premier dimanche de carême C

- 1ère Lecture : Dt 26, 4 10

- Ps 90

- 2ème Lecture : Rm 10,8-13

Evangile : Lc 4, 1-13

Garder la foi pour rester fort dans la tentation.

Un adage commun dit que la meilleure manière de vaincre une tentation est d’y succomber. Cette phrase contient en elle à mon avis une contradiction interne voulue. La tentation est une situation sensible dans laquelle l’on est poussé intérieurement par une force incontrôlable à poser un acte moralement condamnable. La tentation est donc une situation limite dans laquelle le sujet est appelé à faire un choix entre deux ou plusieurs choses, entre - disons le simplement - entre le bien et le mal. Donc, de soi, on ne peut dire avant toute réflexion que la tentation est une bonne ou une mauvaise chose. Mais, ce dont on est sur, c’est que c’est une mauvaise chose que de ne pas résister à cette forte motion intérieure qui nous pousse à commettre un ou des actes moralement répréhensibles. Autrement dit, céder à la tentation est une mauvaise chose. D’où vient t-il alors que la meilleure manière de vaincre la tentation, c’est d’y succomber ? le monde de notre temps fonctionne inconsciemment sur des raisonnements de ce genre en beaucoup de choses et de telle manière que petit à petit, la tentation devient une chose que l’on désire pour se donner des raisons de faire ce que l’on veut. Résister devient un mot un peu négatif quand tout le monde s’empresse de succomber à la tentation. Chers frères et sœurs, au début de notre temps de carême de cette année liturgique C, le Seigneur nous rappelle que nous serons tentés. Comme le Christ l’a été, nous le serons. La finale de l’évangile nous montre clairement que la tentation n’est pas une chose que l’on vainc une fois pour toutes mais elle est là permanente. Nous sommes donc appelés à être sobres et vigilants pour garder la foi, seul bouclier devant la tentation. Celle-ci a plusieurs visages qui changent selon le lieu et l’espace mais toutes les tentations ont un dénominateur commun : exalter et flatter l’orgueil humain et nous donner une fausse idée de notre grandeur en bref enlever Dieu de notre cœur et nous mettre à sa place. Le démon insiste sur la capacité et le pouvoir que Jésus a de faire ceci ou cela. Il a fait la même chose à Adam et Eve quand il leur a dit que la consommation du fruit défendu fera d’eux des égaux de Dieu. Le démon utilise tous les appâts à sa portée pour son œuvre. Tout ce qui flatte l’orgueil est mis à contribution : les biens de la terre, or, argent terre femme et autres, et le pouvoir… Le démon a bien préparé son œuvre. D’abord il touche à l’un des points sensibles de tout homme : la capacité à faire ceci ou cela. Personne, aucun homme ne supporte de n’être capable de faire ceci ou cela. Surtout dans la situation de manque dans laquelle Jésus était. Nous sommes tous portés à vouloir montrer aux gens que nous sommes capables et à exiger leur respect par cela. Et le diable ne vient souvent que dans les moments de manque, de vide et de faiblesse. Il dit à Jésus : si tu es le Fils de Dieu... il pousse Jésus à montrer qui il est, ce dont il est capable le poussant ainsi à commettre le péché de la vanité. Mais Jésus répond en restant sur le même registre que lui. Cette réponse et les autres montrent clairement qu’on n’a pas besoin de montrer qui on est sur coup de tête ou chaque fois que l’on est touché dans son orgueil. Ce n’est pas au diable de dire à Jésus de faire des miracles. Il est maitre souverain et décide librement du moment du lieu où il fera ses œuvres. Ceci est une bonne leçon de prudence, de modestie, de pondération et d’humilité dans la parole. Ces vertus sont forts pour parer à toutes les ruses de celui qu’on appelle le malin qui réserve toujours souvent le meilleur de ses pièges à la fin quand il a fini de fragiliser notre conscience. Dans le cas de Jésus, il porte la dernière estocade et la plus redoutable quand il utilise la parole de Dieu. Nous serons aussi tentés dans notre désir de faire le bien, dans notre bon désir d’obéir à Dieu. Mais Jésus résiste calmement à cette dernière tentation par une autre parole de Dieu. Ce qui est curieux, c’est que la suite de la partie que le diable cite le condamne avec force. Il ne prend en fait que la partie du psaume qui l’arrange. La chose se voit bien dans le psaume du jour qui est d’ailleurs celui que le diable cite. Il cite les versets 11 et 12 du psaume 90 [11] il a pour toi donné ordre à ses anges de te garder en toutes tes voies. [12] Sur leurs mains ils te porteront pour qu’à la pierre ton pied ne heurte ; Mais omet le verset suivant qui dit : [13] sur le fauve et la vipère tu marcheras, tu fouleras le lionceau et le dragon. Nous voyons donc que nous avons affaire à forte partie, car l’adversaire connait l’un de nos moyens les plus éfficaces : la parole de Dieu et il la manipule à sa guise. Chers freres et sœurs, nous pouvons retenir en ce premier dimanche de carème que la tentation est une chose permanente pour le chrétien et surtout pendant ces quarante jours de privations et de jeûne. Gardons donc la foi en Dieu et nous serons toujours vainqueurs du mal. Et pour garder la foi, gardons la parole de Dieu, connaissons-la comme Jésus, ou bien connaissons Jésus lui-même qui est la Parole de Dieu, restons fidèles et assidus à la prière… et comme saint Pierre l’a dit dans l’une de ses épitres soyons sobres et vigilants. ‘’ Sobrii estote vigilate quia adversarius vester diabolus tamquam leo rugiens circuit quaerens quem devoret[9] cui resistite fortes fide… 1P 5,8-9a Soyez sobres, veillez. Votre partie adverse, le Diable, comme un lion rugissant, rôde, cherchant qui dévorer.[9] Résistez-lui, fermes dans la foi, 1P 5,8-9a Seigneur ne nous soumets pas à la tentation mais elle arrive délivre nous du mal Amen.

Père S. Elzéar Spire ADOUNKPE