jeudi 23 novembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)

samedi 21 octobre 2017
Le missionnaire n’est jamais seul et la (...)

lundi 16 octobre 2017
Le weekend des 07 et 08 octobre 2017 restera (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > DOUBLE JUBILE > 17 Juin 2012, onzièm

17 Juin 2012, onzième dimanche du temps ordinaire Année B

17 Juin 2012, onzième dimanche du temps ordinaire Année B

ESPÉRER CONTRE TOUTE ESPÉRANCE

Les textes de ce dimanche nous enseignent comment Dieu agit au coeur de toute la création. Il permet la croissance de toute chose à travers sa parole de salut. Comme le disait un jour l’apôtre Pierre, les paroles du Seigneur sont celles de la Vie Éternelle. Elles nous redisent inlassablement l’amour de Dieu pour nous et pour le monde. La première lecture est un texte du prophète Ézéchiel. Il nous ramène à une période où tout va mal. Les habitants de Jérusalem ont été déportés à Babylone. Le prophète a assisté impuissant à la chute totale de son pays. Pour le peuple, c’est une catastrophe irrémédiable. Mais le prophète, lui-même exilé, intervient de la part de Dieu. Il lui annonce que le Seigneur Dieu est capable de relever son peuple et de lui offrir un avenir sûr et merveilleux. Rien ne peut ébranler sa foi au Dieu Sauveur. La petite parabole du rameau qui devient un cèdre veut redonner espoir et ténacité aux exilés. Elle est également destinée à raviver notre espérance quand tout va mal. En réponse à cette lecture, nous avons le psaume 91. Il nous faut précisément chanter la fidélité permanente et sûre du Seigneur. Nous pouvons toujours compter sur lui, même dans les situations les plus dramatiques. Même si tout semble perdu, rien ne peut nous séparer de l’amour qui est en Dieu. Ce serait bien si nous pouvions reprendre ce psaume dans la semaine pour en faire notre prière du matin ou du soir. Les psaumes ont été la prière des croyants de l’Ancien Testament. Ils sont devenus la prière de Jésus puis celle des communautés chrétiennes. Nous ne devons pas hésiter à nous associer à cette prière. L’apôtre Paul s’adresse à la communauté de Corinthe. Les chrétiens qui y vivent sont affrontés à bien des difficultés. Mais ils gardent "pleine confiance au Seigneur". Pour l’instant, ils sont comme en exil. Ils cheminent dans la foi sans voir. Mais cet exil ne durera pas toujours. Le Seigneur nous prépare une demeure éternelle. Nous nous y préparons en nous efforçant de plaire au Seigneur. Un jour, nous aurons à lui rendre compte de notre vie. Lui, le juste juge, appréciera la conduite de chacun. Il accordera la couronne à ceux qui auront accompli leur course jusqu’au bout. Ce qui compte, c’est que nous soyons pour toujours avec le Christ. Ce message a de quoi nous réconforter dans les épreuves du temps présent. L’évangile de Marc va dans le même sens. Il s’adresse à des chrétiens désemparés. Ces derniers trouvent que le règne de Dieu tarde à venir : faut-il toujours espérer un Royaume fantôme ? Aujourd’hui, Marc leur rappelle les paroles de Jésus autrefois. Il leur parle d’une semence qui germe et qui grandit toute seule. C’est une manière de dire que le Royaume de Dieu est en gestation ; il faudra du temps avant qu’il n’apparaisse clairement aux yeux de tous. Il vient aussi sûrement que le temps de la moisson. La parabole de la petite graine qui devient un arbre est là pour raviver la foi des croyants. Quand la mission devient difficile, il nous est bon de nous rappeler cette parabole. Dans son discours, Jésus précise que cette graine, c’est "la plus petite des semences de la terre". C’est la logique même de Dieu. Jésus lui-même s’est fait le plus petit et le plus pauvre. Il a été enterré au tombeau. Mais sa résurrection a été le point de départ de la naissance de l’Église. Celle-ci a commencé petitement avec, un groupe d’hommes insignifiants. Mais ce qui est folie aux yeux des hommes est sagesse de Dieu. Nous voyons des statistiques qui s’effondrent, mais rien ne peut empêcher Dieu d’être à l’œuvre. Cet évangile nous rejoint dans les questions que nous nous posons : "Comment se fait-il qu’après tant d’années de prédication, le monde soit encore si rempli de méchanceté ?" Jésus nous répond en nous disant que le Royaume de Dieu est semblable à une petite graine mise en terre qui pousse et produit son fruit. Avec lui, le mal qui nous accable n’aura pas le dernier mot. La souveraineté de Dieu sur le mal est désormais définitive. Tout cela ne nous dispense pas de nos responsabilités. Jésus nous envoie dans le monde pour y répandre le bon grain, celui de la foi, de l’amour, de la paix. Cette semence, nous la répandons par nos paroles. Nous sommes envoyés pour dire et témoigner. Mais le plus important c’est que notre vie soit éclairée par notre foi et vivifiée par l’amour de Dieu. Le Seigneur nous demande de semer, mais c’est lui qui donne à la semence de pousser et de donner du fuit.