jeudi 21 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > JOUR DU SEIGNEUR > 18 DECEMBRE 2011 :

18 DECEMBRE 2011 : 4ème DIMANCHE DE L’AVENT ANNEE B

-* 2Sam 7,1-8.8-12,14.16

-* Rom 16,25-27

-* Lc 1, 26-38

Chers frères et sœurs en Christ,

Mon premier mot en ce quatrième dimanche de l’avent est celui sorti du cœur immaculé de Marie et que Saint Luc nous livre dans son Evangile : « mon âme exalte le Seigneur, mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur ! » Excellente exclamation qui nous situe très bien dans l’action de grâce d’un dimanche qui nous rapproche de la naissance du Messie. Avant toute considération, je voudrais tout d’abord saluer la longue marche des chrétiens et chrétienne dans l’attente de l’Emmanuel, Dieu parmi nous. Quatre semaines de préparation à la fois joyeuse et pénible. Mais encore quelques jours et nous chanterons tous « Gloria in excelsis Deo »

L’Evangile du 4ème dimanche de l’Avent (Lc 1, 26-38), est providentiellement celui du 8 décembre passé, fête de l’Immaculée Conception. Saint Luc, dans son Evangile nous montre le dialogue amoureux mais combien éloquent entre Marie et l’Ange Gabriel. Comme dans un discours de demande en mariage d’une fille par ses beaux parents, Gabriel présente à Marie le plan de Dieu sur elle comme celui d’un fiancé sur sa bien-aimée. Le discours est franc et sans hypocrisie et j’admire de façon spéciale le courage de la petite fille d’Israël qui a osé demander à un ange de Dieu : « comment cela se fera-t-il puisque je ne connais pas d’homme ? » (Lc 1,34). Ce ne devait pas être facile puisqu’en aucun cas, et surtout dans la mentalité juive, le Dieu très haut ne pouvait se corrompre dans une humanité encore moins dans la chair d’une pauvre fille qui avait à peine l’âge de raison. La réponse de l’ange devait surprendre plus Marie puisqu’en bonne femme israélite, elle ne peut avoir d’enfant que d’une relation avec un homme connu et autorisé par la loi juive. Marie est donnée en mariage à Joseph certes mais ils ne se sont pas encore connus, et l’ange Gabriel n’a pas dit que l’Enfant sera de Joseph. Et c’est là, la raison de l’embarra de la pauvre fille de Nazareth. Car n’étant pas mariée, avoir un enfant serait le fruit fragrant de l’adultère. Et elle risquerait alors la lapidation jusqu’à la mort. Mais au-delà de cette inquiétude, Marie a pu dire « OUI » dans un abandon total à la volonté de Dieu « voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole » (Lc 1, 38). Ce courage de Marie me séduit en même temps qu’il m’étonne. Selon les grands théologiens de l’Eglise comme l’actuel pape (Benoît XVI), le oui de Marie est la conséquence directe de sa conception immaculée, c’est-à-dire de la préparation de son être sans tache ni rides dès le ventre de sa mère et de son état virginal à accueillir le Sauveur du Monde. Voila ce que nous admirons en ce 4ème dimanche de l’avent et c’est pourquoi j’ai fait allusion, au début de ma réflexion, à la fête de l’Immaculée conception du 08 Décembre.

Chers amis en Christ ! L’exemple de Marie est pour nous une interpellation. Dieu nous demande de lui ménager une demeure en nous ; une demeure aussi réelle que celle offerte par Marie. Vous savez bien que faire une place où Dieu puisse habiter dans nos vies n’est pas facile. Comme Marie, nous connaissons aussi le doute, le désarroi et la solitude. Mais comme elle aussi nous devons apprendre à coopérer, à nous rendre disponible, à mettre notre faiblesse, notre pauvreté au service de la réalisation du dessein de Dieu sur l’humanité. Ainsi le Christ pourra naître chez nous en nous et pour nous. Cette naissance que je souhaite joyeuse pour chacun de vous. Le vœu le plus cher que je porte pour vous en ce dernier dimanche de l’avent et surtout en cette veille de la naissance du Christ est que tout votre être soit au service de Dieu par votre disponibilité à faire le bien en ce monde en perte de repères.

Comme le roi David dans la première lecture de ce jour, le Seigneur nous a certainement « accordé des jours tranquilles en nous délivrant de tous les ennuis qui nous entourent » (1Sam 7, 1b) ! Pensons maintenant à construire une demeure pour le Seigneur. Non pas une demeure dans le luxe de nos bâtiments ou de nos châteaux, mais dans la pauvreté et la simplicité de nos cœurs comme Marie par notre disponibilité à faire rien que la volonté de celui qui nous appelle à la connaissance de son mystère par l’obéissance de la foi. (Cf. la deuxième lecture : Rom 16, 25-27). C’est seulement en faisant cela que Dieu pourra rendre stable notre vie pour toujours. (Cf 1Sam 7, 16). Et pour nous se réaliseront les paroles du Psaume 88 (89) :

« Avec mon élu, j’ai fait une alliance, J’ai juré à David, mon serviteur : J’établirai ta dynastie pour toujours Je te bâtis un trône pour la suite des âges… …sans fin je lui garderai mon amour, Mon alliance avec lui sera fidélité…. »

Alors nous dirons avec Saint Paul « Gloire à Dieu, qui a le pouvoir ‘’nous’’ rendre forts conformément à l’Evangile que ‘’nous’’ proclamons en annonçant Jésus Christ… Gloire à Dieu, le seul Sage, par Jésus Christ et pour les siècles des siècles » (Rom 16, 25.27). Amen !

Père Olatoundji-Benoît ODOUNSI