vendredi 22 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > JOUR DU SEIGNEUR > 18 MARS 2012 : (...)

18 MARS 2012 : 4ème DIMANCHE DE CAREME / ANNEE B.

1ère lecture : 2 Ch 36, 14…- 23

Graduel : Ps. 136

2ème lecture : Eph. 2, 4-10

Evangile : Jn 3, 14-21

Chers amis, Ce quatrième dimanche de carême nous fait continuer, de façon graduelle, notre ascension spirituelle vers la cime de la perfection qui est la croix du Christ que nous contemplerons bientôt à Pâques. Cette grande croix de bois sur laquelle saigne un corps d’homme torturé, c’est un sommet de douleur et de mort, mais aussi un sommet de révélation divine.

La croix du Christ qui sera au centre de notre dévotion pascale achèvera de parfaire et d’accomplir le serpent de bronze élevé par Moïse dans le désert. Il nous faut regarder vers elle de tous nos yeux, de tout notre cœur pour déceler l’amour extrême qui brûle au cœur du Christ, lui qui se laisse mourir pour nous. « Car il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime ». Mais cet amour extrême qui dévore Jésus, est lui-même le signe d’un autre amour extrême, celui du Père. En effet, « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique ». (Jn3, 16).

Dans la deuxième lecture tirée de la lettre aux Ephésiens, Paul le pécheur pardonné, apôtre par la grâce de Dieu, témoigne de cet amour du « Dieu riche en miséricorde » (Rom 9, 16) qui nous fait revivre avec le Christ, alors que nous étions morts par suite de nos péchés. Le temps du carême est un temps fort d’expérimentation de l’amour et de la miséricorde de Dieu. C’est le temps des conversions et des retours à Dieu qui, sans cesse, attend le retour dans son giron de tout homme pécheur. Comme le suggère le 2ème Livre des Chroniques dans la 1ère lecture, chacun de nous, en son temps, a multiplié les infidélités en profanant le temple de Dieu qui est en lui. Mais le Dieu des miséricordes a toujours envoyé des messagers, évêques, prêtres, catéchistes, religieuses, fidèles laïcs pour nous rappeler le chemin de la fidélité. Il reste à éviter de tourner en dérision ceux que Dieu nous envoie, mais à nous repentir et à pleurer nos fautes comme les fils d’Israël regrettaient leurs péchés dans leur exil : « Aux bords des fleuves de Babylone, nous étions assis et nous pleurions, nous souvenant de Sion ; aux saules d’alentour, nous avions pendu nos harpes. » (Ps. 136).

Dieu a toujours quelque compte à régler avec ses créatures ! Il n’y a rien d’extraordinaire à cela. Mais lui n’est pas un justicier qui nous prépare une sentence de condamnation. Il est le Dieu d’amour qui a envoyé son Fils unique pour nous sauver. « Ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle ». (Jn 3, 16). Dieu ne suspend pas sur notre tête une épée de Damoclès pour nous punir de nos fautes mais il étend sur nous sa main miséricordieuse pour accueillir notre repentir.

Puissions-nous saisir cette main divine et recevoir la bénédiction dont elle porteuse pour nous.

Père Nicolas HAZOUME

Recteur du Grand Séminaire Saint Paul de Djimè