jeudi 23 novembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)

samedi 21 octobre 2017
Le missionnaire n’est jamais seul et la (...)

lundi 16 octobre 2017
Le weekend des 07 et 08 octobre 2017 restera (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > JOUR DU SEIGNEUR > 1ER NOVEMBRE 2011 :

1ER NOVEMBRE 2011 : TOUSSAINT

* Ap 7, 2-4.9-41

* Ps 23

* 1Jn 3, 1-3

* Mt 5, 12

« Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice ; ils seront rassasiés ».

Tous les hommes désirent le bonheur et courent à sa recherche ; tous les hommes, même ceux dont les actes semblent aller à l’encontre d’une telle visée. Blaise Pascal disait en ce sens : « Tout le monde veut être heureux, même ceux qui se pendent ».

Le bonheur apparaît donc comme l’enjeu fondamental de tout homme, y compris du chrétien. Il n’est alors pas étonnant que le Christ en donne comme une charte dans l’Evangile des Béatitudes proposé à la méditation des fidèles en cette fête de la Toussaint.

En revanche, il est étonnant que le portrait du chrétien tracé dans les Béatitudes ne dit rien de l’amour pourtant considéré comme le socle de la vie chrétienne. Le Christ en effet exhorte sans cesse les chrétiens à placer l’amour au cœur de leur vie. Il y a un peu plus d’une semaine, il nous y invitait encore. Faisant réponse à la question du pharisien de savoir quel est le grand commandement, Jésus répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ton intelligence…et ton prochain comme toi-même ».

Dans les Béatitudes, Jésus ne mentionne nullement l’amour ; il parle de pauvreté, de douceur, de miséricorde, de pureté de cœur, de paix… Omettant l’amour, il emploie par contre deux fois le terme de justice : « heureux ceux qui ont faim et soif de la justice… » et plus loin « heureux ceux qui sont persécutés pour la justice… ».

On peut se demander pourquoi le discours indiquant l’Alliance nouvelle semble reposer non sur l’amour, mais sur la justice. En réalité, en mettant l’accent sur la justice, Jésus ne met pas de côté l’exigence de l’amour. Au contraire, l’amour tel qu’il invite à le vivre suppose la justice.

Mais d’abord qu’est-ce que la justice ? Sur quoi se fonde-t-elle ? Quelle est sa référence ? La justice se réfère au droit, à l’égalité, à l’équité. Elle établit l’égalité et l’équité entre les hommes. C’est justement en rapport à cette égalité que l’amour du prochain, c’est-à-dire l’amour de tout homme, de n’importe quel homme, l’amour du ‘’premier venu’’ comme le dirait Levinas, c’est en rapport à cette égalité que l’amour du prochain est possible. En effet, en raison de l’égalité entre les hommes, égalité fondée sur la ressemblance de l’homme à Dieu, la pratique de l’amour dépasse la sphère du cercle des amis et de la famille, pour s’étendre à tout homme, dépouillé de toutes considérations d’ordre social, intellectuel ou moral.

La justice précède et suppose donc l’amour du prochain tel que le Christ le recommande. Sans l’égalité qu’établit la justice, l’amour serait non l’amour du prochain, c’est-à-dire l’amour de tout homme et de n’importe quel homme, mais simplement un amour sélectif. On conçoit alors que dans les Béatitudes, Jésus mette l’accent sur la justice qui fonde et rend possible cet amour du prochain.

Il est à noter par ailleurs que non seulement l’amour du prochain suppose la justice, mais encore que c’est justice d’aimer son prochain, suivant ainsi l’exemple de Dieu qui nous aime tous également sans faire de différence entre les hommes. Le moindre qu’on puisse nous demander, c’est donc d’être juste. En pratiquant la justice, en étant juste envers tous sans faire acception des personnes, nous sommes inexorablement conduits sur la voie de l’amour au sens où Jésus nous l’enseigne, c’est-à-dire l’amour de l’homme, de tout homme et de manière plus radicale, l’amour de n’importe quel homme.

« Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, ils seront rassasiés ». Les saints que nous fêtons sont aujourd’hui rassasiés des béatitudes éternelles, c’est-à-dire du vrai bonheur, parce qu’ils ont couru ici-bas dans les voies de la justice et de l’amour.

Qu’ils daignent intercéder pour nous.

Amen.

Père Alexis AFFAGNON

Strasbourg / France