jeudi 21 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > DOUBLE JUBILE > 2 Mars 2012, Vendre

2 Mars 2012, Vendredi de la première semaine du temps de carême

2 Mars 2012, Vendredi de la première semaine du temps de carême

« Ermite, j’ai fini par accepter le sacerdoce à cause des urgences et avant tout pour donner le pardon de Dieu. Souvent je me suis trouvé dans des situations où je ne pouvais rien donner à mon interlocuteur, si ce n’est le pardon de Dieu. L’absoudre était la seule manière de le libérer, de lui enlever ces chaînes d’acier qui le retenaient à son passé. Or, n’étant pas prêtre, je ne pouvais le faire. Il me fallait, si j’ose dire, de médecin devenir chirurgien, afin de pouvoir pratiquer cette petite opération chirurgicale du pardon, un peu comme pour l’accidenté que l’on a relevé sur le bord de la route, et qu’on opère sur-le-champ pour qu’il ne meurt pas. Il y a ainsi des confessions qui sont de l’ordre de l’intervention chirurgicale urgente » Daniel ANGE