vendredi 22 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > DOUBLE JUBILE > 22 Juillet 2012,

22 Juillet 2012, seizième dimanche du temps ordinaire Année B

22 Juillet 2012, seizième dimanche du temps ordinaire Année B

Les textes de ce dimanche nous invitent à méditer sur la relation Berger, disciples et foules. En effet après leur première mission, Jésus invite les siens à se reposer un peu « venez à l’écart dans un endroit désert et reposez-vous un peu » ou voyant les foules Jésus fut saisi de pitiè pour eux parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Dans la première lecture, Dieu par la bouche du prophète Jérémie, s’en prend aux mauvais pharisiens qui conduisent mal le peuple. Dieu leur révèle qu’en fait, que c’est lui le Vrai Berger, le Bon Pasteur, les brebis sont à lui. Il s’agit bien comme brebis, la maison d’Israël et tous les hommes et femmes pour lesquels Jésus est mort et à qui on annonce la Bonne Nouvelle du salut. L’appartenance des disciples et des hommes en général à Jésus, le rend sensible à leur fatigue, leurs souffrances et à leur misère. Lui qui n’a pas hésité à répandre son sang sur la croix, opérer la double réconciliation des païens et du peuple de l’alliance. On comprend que Jésus demande aux siens de venire se reposer un peu à l’écart. Cela se comprend : tous doivent se reposer du travail pour reprendre ensuite des forces afin de reprendre à nouveau le travail. Mais l’invitation de Jésus a une signification encore plus profonde qui marque un aspect spécifique de la fatigue du disciple : c’est le fait que Jésus les invite à prendre le repos ensemble avec lui. Refaire les énergies ne doit pas être seulement corporel, psycologique et naturel, mais aussi et surtout spirituel et christologique. L’énergie du disciple lui vient surtout de son intimité avec Jésus. D’ailleurs dans sa formule d’institution l’évangéliste Marc écrit : Il en institua douze pour être avec Lui Cf. Mc 3,14. Le fait de se reposer avec Jésus précède la mission d’annonce de l’évangile, de chasser les démons et de guérir les malades. Vivre avec Jésus est une loi indispensable pour la réussite de la mission, car c’est Jésus qui est au début et à la fin de toute mission. Se reposer avec Jésus, vivre avec lui, c’est reprendre le contact avec la source de la vie divine, avec l’origine de la vie divine, avec le Fils de Dieu, avec Dieu lui-même.