jeudi 21 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > DOUBLE JUBILE > 5 Mars 2012,Lundi

5 Mars 2012,Lundi de la deuxième semaime du carême

5 Mars 2012,Lundi de la deuxième semaime du carême UNE PARABOLE DE LA RÉCONCILIATION Du frère qui était perdu... « Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : "Père, donne-moi la part de fortune qui me revient" », raconte Jésus en décrivant la dramatique histoire de ce jeune : le départ de la maison paternelle vers l’aventure, le gaspillage de tous ses biens dans une vie dissolue et vide, les jours sombres de l’éloignement et de la faim, mais plus encore de la dignité perdue, de l’humiliation et de la honte, et enfin la nostalgie de sa maison, le courage d’y revenir, l’accueil du père. Celui-ci n’avait certes pas oublié son fils, il lui avait même conservé intactes son affection et son estime. Aussi l’avait-il toujours attendu, et maintenant il l’embrasse, tout en donnant le signal de la grande fête du retour de « celui qui était mort et qui est revenu à la vie, qui était perdu et qui a été retrouvé ». RECONCILIATIO ET PAENITENTIA DE JEAN-PAUL II