mardi 12 décembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 5 décembre 2017
C’est au sanctuaire marial à Dassa que la (...)

mercredi 29 novembre 2017
« Rendez grâce au Seigneur, éternel est son (...)

mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > JOUR DU SEIGNEUR > 4ème Dim. ordinaire

4ème Dim. ordinaire / Année C

Annoncer la parole du Seigneur sans peur dans la charité et en vérité. Chers frères et sœurs amis du Christ La liturgie de ce jour nous rappelle entre autre, l’urgence et l’importance de l’annonce de la Bonne Nouvelle. Parole reçue de Dieu, à donner sans peur aux hommes dans toute sa vérité et avec charité. Cette mission est celle de l’Eglise, mission à lui confiée par le Seigneur lui-même quand il s’en allait rejoindre le Père : ‘’Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici que je suis avec vous pour toujours jusqu’à la fin du monde." Mathieu 28, 19.20. L’ Eglise repond à cette mission par chaque fidèle qui doit être un annonciateur de la Bonne Nouvelle du Salut. Le monde de notre temps n’est pas meilleur à celui du Temps de Jésus ou avant lui. Les époques ne se valent pas mais les hommes quelque soient leurs époques ont les mêmes préoccupations et soucis : besoin de salut, de Dieu. Le chrétien a la mission de dire la parole qui sauve à tout homme. 1- Annoncer sans peur : annoncer la parole de Dieu n’a jamais été, n’est pas et ne sera jamais une sinécure. Car c’est une parole bouleversante, renversante, interpellatrice. Elle n’épargne personne. Elle n’est ni la propriété de celui qui l’annonce encore moins de celui qui la reçoit. Les deux doivent en être les fidèles messagers et serviteurs. Le Seigneur rappelle dans la première lecture à son prophète et par lui à chacun de nous qui sommes prophètes par notre baptême que nous devons annoncer la bonne nouvelle sans peur. Une parole annoncée avec force d’âme et conviction est plus vite accueillie qu’une parole hésitante et maladroite. Le Seigneur comme à Jérémie nous dit à chacun de nous : ‘’Avant même de te former au ventre maternel, je t’ai connu ; avant même que tu sois sorti du sein, je t’ai consacré ; comme prophète des nations, je t’ai établi. Ne dis pas : "Je suis un enfant !" car vers tous ceux à qui je t’enverrai, tu iras, et tout ce que je t’ordonnerai, tu le diras. N’aie aucune crainte en leur présence car je suis avec toi pour te délivrer, oracle de Yahve. Ne tremble point devant eux, sinon je te ferai trembler devant eux.’’ Il me semble que nous touchons ici à l’un des problèmes de notre temps et de notre Eglise : la tendance de plus en plus prononcée à éviter les sujets qui fâchent ou à les aborder en diagonale. Ce n’est pas les prédicateurs qui manquent à l’Eglise mais il nous faut du courage pour mettre le doigt là où ça ne va pas et porter la guérison néccéssaire. Le message ne sera que plus véridique. Mais il arrive aussi que ce qui fait peur et cause probleme, c’est la vie de témoignage de l’annonciateur de la Bonne Nouvelle lui-même : Seigneur si nos fautes parlent plus forts que nous, agis pour la gloire de ton nom. 2- Annoncer dans la charité : la parole de Dieu est une parole d’amour vécu et à transmettre. Cette parole pour etre facilement vécue doit se faire action et vie à transmettre. La parole de Dieu doit s’incarner, devenir la parole de celui qui l’annonce pour être bien transmise. Ainsi, celui qui annonce la bonne nouvelle doit être plein d’amour. Il doit rayonner l’amour dans son annonce de la Bonne nouvelle. Ce message est très important à tel point point que celui qui n’annonce pas la bonne nouvelle ou ne la connait pas mais qui donne un authentique témoignage d’amour a déjà rempli son devoir d’annonce de la bonne nouvelle. Saint Paul nous dit que l’amour est la plus grande des trois vertus théologales. Je voudrais oser dire aussi qu’il n’y a pas d’espérance sans amour et qu’il n’y a pas de foi sans amour. L’amour porte en lui la foi et l’espérance. La parole de Dieu n’est donc pas une parole pour blesser uniquement mais pour porter le baume rafraichissant de l’amour, après avoir ‘’ blessé ’’, touché et réveillé les consciences de leur torpeur. Aucune annonce de la Bonne Nouvelle ne sera crédible et porteuse de fruits qui demeurent si elle n’est pas faite dans l’amour. 3- Annoncer en vérité : la Bonne Nouvelle est une parole libre qui est donnée et doit être transmise dans sa vérité et comme le dirais le Pape Jean Paul II dans la splendeur de sa vérité. Et c’est aussi là, l’un des probleme de notre temps : la question de la vérité. Question profonde et difficile en notre monde qui relativise toutes les valeurs sans se trouver une qui réponde à ses multiples aspirations. La parole de Dieu dans ce cadre court le risque de n’être que la parole de l’homme. Or l’homme de notre temps après avoir désavoué Dieu et tenté de mettre l’homme à sa place n’a toujours pas une parole qui donne le bonheur. Il appartient à l’annonciateur de la Bonne Nouvelle, d’abord de bien connaitre la parole qu’il doit annoncer et de l’annoncer dans toute sa vérité. Pourquoi ? parce le monde de notre temps vit dans l’illusion de la globalisation du savoir qui fait par exemple que beaucoup connaisent le maniement de l’outil informatique mais sont incapables de faire une bonne phrase. Il y une ambiance générale qui laisse croire que tous les hommes de notre temps ont le savoir infus ou inné mais la réalité est que beaucoup ne connaissent rien de la bible et du message de Dieu. Il faut expliquer, ré-expliquer, annoncer à temps et à contre temps, monnayer la parole de Dieu dans le langage des hommes de notre temps pour la rendre , bien sûr sans l’édulcorer. Chers freres et sœurs, Dieu nous appelle, sa parole nous interpelle. Sans peur, annonçons avec amour la parole de Dieu.

Annoncer la parole du Seigneur sans peur dans la charité et en vérité.

1ère Lecture : Jérémie 1, 4-5.17-19

2ème Lecture : 1 Corinthiens 12, 31 - 13,13

Evangile : Luc 4, 21 - 30

Chers frères et sœurs amis du Christ,

La liturgie de ce jour nous rappelle entre autre, l’urgence et l’importance de l’annonce de la Bonne Nouvelle. Parole reçue de Dieu, à donner sans peur aux hommes dans toute sa vérité et avec charité. Cette mission est celle de l’Eglise, mission à lui confiée par le Seigneur lui-même quand il s’en allait rejoindre le Père : ‘’Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici que je suis avec vous pour toujours jusqu’à la fin du monde." Mathieu 28, 19.20. L’ Eglise repond à cette mission par chaque fidèle qui doit être un annonciateur de la Bonne Nouvelle du Salut. Le monde de notre temps n’est pas meilleur à celui du Temps de Jésus ou avant lui. Les époques ne se valent pas mais les hommes quelque soient leurs époques ont les mêmes préoccupations et soucis : besoin de salut, de Dieu. Le chrétien a la mission de dire la parole qui sauve à tout homme.

1- Annoncer sans peur :

annoncer la parole de Dieu n’a jamais été, n’est pas et ne sera jamais une sinécure. Car c’est une parole bouleversante, renversante, interpellatrice. Elle n’épargne personne. Elle n’est ni la propriété de celui qui l’annonce encore moins de celui qui la reçoit. Les deux doivent en être les fidèles messagers et serviteurs. Le Seigneur rappelle dans la première lecture à son prophète et par lui à chacun de nous qui sommes prophètes par notre baptême que nous devons annoncer la bonne nouvelle sans peur. Une parole annoncée avec force d’âme et conviction est plus vite accueillie qu’une parole hésitante et maladroite. Le Seigneur comme à Jérémie nous dit à chacun de nous : ‘’Avant même de te former au ventre maternel, je t’ai connu ; avant même que tu sois sorti du sein, je t’ai consacré ; comme prophète des nations, je t’ai établi. Ne dis pas : "Je suis un enfant !" car vers tous ceux à qui je t’enverrai, tu iras, et tout ce que je t’ordonnerai, tu le diras. N’aie aucune crainte en leur présence car je suis avec toi pour te délivrer, oracle de Yahve. Ne tremble point devant eux, sinon je te ferai trembler devant eux.’’ Il me semble que nous touchons ici à l’un des problèmes de notre temps et de notre Eglise : la tendance de plus en plus prononcée à éviter les sujets qui fâchent ou à les aborder en diagonale. Ce n’est pas les prédicateurs qui manquent à l’Eglise mais il nous faut du courage pour mettre le doigt là où ça ne va pas et porter la guérison nécéssaire. Le message ne sera que plus véridique. Mais il arrive aussi que ce qui fait peur et cause problème, c’est la vie de témoignage de l’annonciateur de la Bonne Nouvelle lui-même : Seigneur si nos fautes parlent plus forts que nous, agis pour la gloire de ton nom.

2- Annoncer dans la charité :

la parole de Dieu est une parole d’amour vécu et à transmettre. Cette parole pour etre facilement vécue doit se faire action et vie à transmettre. La parole de Dieu doit s’incarner, devenir la parole de celui qui l’annonce pour être bien transmise. Ainsi, celui qui annonce la bonne nouvelle doit être plein d’amour. Il doit rayonner l’amour dans son annonce de la Bonne nouvelle. Ce message est très important à tel point point que celui qui n’annonce pas la bonne nouvelle ou ne la connait pas mais qui donne un authentique témoignage d’amour a déjà rempli son devoir d’annonce de la bonne nouvelle. Saint Paul nous dit que l’amour est la plus grande des trois vertus théologales. Je voudrais oser dire aussi qu’il n’y a pas d’espérance sans amour et qu’il n’y a pas de foi sans amour. L’amour porte en lui la foi et l’espérance. La parole de Dieu n’est donc pas une parole pour blesser uniquement mais pour porter le baume rafraichissant de l’amour, après avoir ‘’ blessé ’’, touché et réveillé les consciences de leur torpeur. Aucune annonce de la Bonne Nouvelle ne sera crédible et porteuse de fruits qui demeurent si elle n’est pas faite dans l’amour.

3- Annoncer en vérité :

la Bonne Nouvelle est une parole libre qui est donnée et doit être transmise dans sa vérité et comme le dirais le Pape Jean Paul II dans la splendeur de sa vérité. Et c’est aussi là, l’un des problèmes de notre temps : la question de la vérité. Question profonde et difficile en notre monde qui relativise toutes les valeurs sans se trouver une qui réponde à ses multiples aspirations. La parole de Dieu dans ce cadre court le risque de n’être que la parole de l’homme. Or l’homme de notre temps après avoir désavoué Dieu et tenté de mettre l’homme à sa place n’a toujours pas une parole qui donne le bonheur. Il appartient à l’annonciateur de la Bonne Nouvelle, d’abord de bien connaitre la parole qu’il doit annoncer et de l’annoncer dans toute sa vérité. Pourquoi ? parce le monde de notre temps vit dans l’illusion de la globalisation du savoir qui fait par exemple que beaucoup connaissent le maniement de l’outil informatique mais sont incapables de faire une bonne phrase. Il y une ambiance générale qui laisse croire que tous les hommes de notre temps ont le savoir infus ou inné mais la réalité est que beaucoup ne connaissent rien de la bible et du message de Dieu. Il faut expliquer, ré-expliquer, annoncer à temps et à contre temps, monnayer la parole de Dieu dans le langage des hommes de notre temps pour la rendre , bien sûr sans l’édulcorer.

Chers frères et sœurs, Dieu nous appelle, sa parole nous interpelle. Sans peur, annonçons avec amour la parole de Dieu.

Père Elzéar ADOUNKPE,

Paroisse Saint Esprit d’Affamè