mardi 21 novembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)

samedi 21 octobre 2017
Le missionnaire n’est jamais seul et la (...)

lundi 16 octobre 2017
Le weekend des 07 et 08 octobre 2017 restera (...)


En vrac !
vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > JOUR DU SEIGNEUR > 5ème Dim. Ordinaire

5ème Dim. Ordinaire / Année C

Méditation du cinquième dimanche du temps ordinaire année C

- 1ère Lecture : Isaïe 6, 1-2a 3-8

- Ps 137

- 2ème Lecture 1 Corinthiens 15, 1-11

- Évangile : Luc 5, 1-11

Messager de Dieu, dispose ton cœur à annoncer la Bonne Nouvelle car le Seigneur t’y dispose déjà.

Un fait remarquable dans les prises de paroles en public est que presque souvent la réaction de l’auditoire n’est pas la même selon que le conférencier est femme ou homme. Il paraitrait que quand un homme prend la parole en public, on l’écoute et si ce qu’il dit plait, on le regarde alors. Mais quand une femme prend la parole en public, on la regarde et si elle est belle, on l’écoute. Je ne suis pas spécialiste du comportement humain, mais ceci juste pour dire que parmi les obstacles à la transmission de la parole de Dieu aux hommes, il y a un obstacle pernicieux et très dangereux : les erreurs, obstacles ou péchés de l’annonciateur de la Bonne Nouvelle. Le problème n’est pas de convaincre et de convertir. Comme une sainte l’aurait dit : ‘’ Je suis chargée de vous le dire non pas de vous en convaincre’’, le problème est juste de porter la parole et de l’annoncer. Rien que ça d’abord, l’annoncer, l’expliquer, la proposer et la ré-proposer dans sa lumière et sa clarté et celui qui guérit et convertit fera son œuvre.

Or, comment annoncer une parole qui nous blesse et nous accuse sans l’édulcorer, sans l’affaiblir, la réduire et l’annoncer autrement ? Une parole qui n’épargne ni celui qui l’annonce encore moins celui à qui elle est annoncée ? Comment annoncer aux fidèles que l’argent n’est que serviteur si l’on a besoin d’argent pour ses besoins élémentaires et qu’il n’y en a pas ? Comment leur dire de ne pas trop aimer l’argent quand on sait que bientôt à la quête, on va le leur demander ? Il y a des dimanches où l’annonciateur de Dieu, réfléchit par deux fois ou plusieurs avant de parler car il sait que son peuple connait ses erreurs, défauts, limites et péchés en tel ou tel point. L’histoire de Zachée, de la femme adultère, et d’autre partie de l’évangile sont très parlant et poussent plus d’un messager de Dieu à la réflexion et la remise en cause.

Le Seigneur nous parle aujourd’hui par le prophète Isaïe et nous dit à nous annonciateurs de la bonne Nouvelle : "Voici, ceci a touché tes lèvres, ta faute est effacée, ton péché est pardonné.« " » Il nous dispose, il dispose notre cœur perturbé par le péché, il le dispose à sa grâce qui refait et fait renaitre pour que nous allions annoncer sa parole. Il me semble que nous devrons insister sur ce point parmi les nombreux de la liturgie de ce cinquième dimanche du temps ordinaire. Mieux nous devons rappeler au monde de notre temps une grande erreur dans la pensée commune : une fausse conception de l’exemple à donner.

Le monde d’aujourd’hui efface les valeurs traditionnelles et ne trouvant pas d’autres valeurs pour les remplacer, refuse de revenir en arrière. Tout est remis en cause, la vie, le mariage, l’amour et autre. Et sur le plan moral, la perte de repères n’est en fait dû qu’au fait que l’on à refusé de voir ces repères dans leur réalité. L’homme d‘aujourd’hui semble vouloir des hommes parfaits en tout, ce qui est presque impossible. Il faut bien arriver à comprendre et accepter que les hommes qui ont le devoir d’incarner des valeurs pour nous ne sont pas plus forts ou mieux créés que nous et que plus haut et plus grand l’on est, plus fortes, plus grandes et nombreuses sont les tentations. Même une montre qui ne travaille pas indique deux fois l’heure dans une journée de 24heures. Notre conception de l’exemple doit donc murir et nous pousser à poser la question sur nous-mêmes puisque tout le monde est appelé à être exemple.

Mais seul le Seigneur qui sonde les reins et les cœurs dira vraiment qui est exemple. Il nous rappelle aujourd’hui que nous ne devons pas avoir peur ni ne devons hésiter une seule fois dans l’annonce de la Bonne Nouvelle. Sa grâce accompagne celui qui annonce sa parole. Mieux il ne dispose pas seulement le cœur de celui annonce, il dispose aussi le cœur de celui qui écoute afin de sauver celui qui annonce comme celui à qui on annonce sa parole. Il nous demande juste de nous laisser à sa grâce transformatrice et salvatrice. Dieu te dispose à sa grâce, toi aussi dispose toi à cette grâce, rends toi accessible à cette grâce pour un fécond et fructueux ministère. Comme les disciples qui ont écouté le Seigneur et jeté le filet en un lieu où ils étaient sûrs de ne pas trouver du poisson, écoutons la voix du Seigneur qui parle dans notre cœur et nous guide par le chemin que lui seul connait. Servir le Seigneur rend l’homme libre comme lui nous dit une hymne du bréviaire moi je dirais en accord avec l’évangile qu’écouter et obéir au Seigneur rend la pastorale féconde et fructueuse.

Annonciateur de la Bonne Nouvelle, le Seigneur est plus grand que notre cœur, nos erreurs, nos péchés. Il les dépasse et parfois même les utilise pour sauver les hommes mais de grâce, ce n’est parce que le Seigneur fait surabonder la grâce là ou le péché a abondé qui faut se vautrer dans le péché car il y aussi une chose très importance dans l’annonce de la Bonne nouvelle : le témoignage de vie du pasteur galvanise la brebis. Que le Seigneur nous aide tous à être de bons et fidèles serviteurs de sa parole au milieu de son peuple. Si nos fautes parlent contre nous, agis, Yahvé, pour l’honneur de ton Nom ! Jr 14,7a Amen

Père Sèyèmè Elzéar Spire ADOUNKPE.