dimanche 22 octobre 2017



A c t u a l i t é s
samedi 21 octobre 2017
Le missionnaire n’est jamais seul et la (...)

lundi 16 octobre 2017
Le weekend des 07 et 08 octobre 2017 restera (...)

mardi 26 septembre 2017
Créée en 1932, la communauté catholique de Zian, (...)

jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)


En vrac !
mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > DOUBLE JUBILE > 8 Juillet 2012, (...)

8 Juillet 2012, quatorzième dimanche du temps ordinaire Année B

8 Juillet 2012, quatorzième dimanche du temps ordinaire Année B

« Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa famille et sa propre maison » Le message de l’évangile n’est pas toujours accueilli. Les envoyés de Dieu sont souvent affrontés à l’indifférence ou aux moqueries. Dans certains pays, ils sont arrêtés et mis en prison. Mais rien ni personne ne peut les empêcher de témoigner de l’espérance qui les anime. La Parole de Dieu doit être annoncée à temps et à contretemps dans le monde entier. C’est ce qui se passe dans l’évangile qui vient d’être proclamé. Nous y voyons Jésus revenu à Nazareth. A l’époque, ce n’était qu’un simple village où tout le monde se connaissait. Jésus y avait passé trente années de sa vie dans le silence d’une vie ordinaire. En grandissant, il avait appris le métier de charpentier. Personne n’imaginait qu’il pouvait être autre chose qu’un simple petit artisan. C’est vrai pour nous aussi. Nous croyons bien connaître les gens et nous avons tendance à les classer et à les enfermer dans des catégories dont ils ne peuvent sortir. Mais un jour, Jésus est parti. Il a quitté sa famille et ses amis pour accomplir la mission que le Père lui a confiée. Il s’est mis à parcourir toute la Galilée et même au-delà. Il enseignait tous ceux qui venaient à lui ; il guérissait les malades. On venait de partout pour écouter l’enseignement nouveau qu’il donnait. Dans l’évangile de ce jour, nous le voyons revenir à Nazareth. Il ne veut pas laisser de côté ceux parmi lesquels il a vécu. Le jour du Sabbat, il se rend donc à la Synagogue comme tout bon juif pratiquant. Là, il leur partage ce qui remplit son cœur. Mais les gens ne comprennent pas. Cet homme n’est que le fils du charpentier. Il n’est pas différent d’eux. Ceux qui l’entendent n’acceptent pas qu’il puisse leur parler avec autorité de leur vie et de leur conduite. Qui est-il pour se mettre au dessus des autres et prétendre les enseigner ? Jésus constate qu’un prophète n’est méprisé que dans son pays et sa propre famille. A ce sujet, une précision s’impose : le prophète ce n’est pas celui qui prédit l’avenir. C’est d’abord quelqu’un qui parle de la part de Dieu ; c’est celui qui dénonce le péché de son peuple et l’invite à se convertir. Les prophètes d’autrefois ont eu beaucoup à souffrir. La première lecture nous montre Ezéchiel face à un peuple rebelle et obstiné. Pour lui, cela n’a pas été facile. Mais rien ne peut l’arrêter dans sa mission : "qu’ils écoutent ou qu’ils n’écoutent pas, ils sauront qu’il y a un prophète au milieu d’eux." L’apôtre Paul est également affronté à de grandes épreuves. Il est accablé de difficultés et d’humiliations de toutes sortes. "Ce sont des gifles de Satan" dit-il. Mais le Seigneur lui a répondu : "Ma grâce te suffit." Quoi qu’il arrive, l’amour de Dieu est toujours présent ; il nous est acquis une fois pour toutes. Ce qui nous est demandé, c’est tout simplement de l’accueillir de bon coeur. Cela ne sera possible que si nous arrêtons de nous enfoncer dans nos certitudes. Le Seigneur est là pour nous montrer le chemin. Il veut chaque jour nous encourager à faire un pas de plus sur le chemin de la conversion. La bonne nouvelle de ce dimanche, c’est cette présence du Seigneur. Comme à la synagogue de Nazareth, il nous rejoint pour nous annoncer la bonne nouvelle de l’Evangile. Ses paroles sont parfois déroutantes mais ce sont celles de la Vie éternelle. C’est lui que nous sommes invités à suivre et à écouter. Il vient à nous pour nous révéler la Vérité sur Dieu, sur nous-mêmes et sur notre monde. Parfois ce message dérange parce qu’il vient bousculer nos habitudes, nos traditions et nos idées. Mais cette vérité, nous devons l’accueillir parce qu’elle vient de Dieu et parce qu’elle nous est transmise par l’Église.