dimanche 23 avril 2017

COMMUNIQUE :

Pour redynamiser l’évangélisation des enfants par les enfants sur nos différentes paroisses, son Excellence Mgr Aristide GONSALLO, évêque de Porto-Novo, invite tous les mouvements d’enfants (MADEB, CHORALE DES ENFANTS, SAMUEL, ADS, SAINT ENFANT JESUS, SCOUT ENFANT, LECTEUR JUNIOR, LEGION DE MARIE JUNIOR etc…) à la 8ème édition des Journées Diocésaines de l’Enfance Missionnaire, les 27 et 28 Décembre 2016 sur la paroisse Saint Vincent de Tchaada.

Pour la réussite desdites journées et pour la participation massive de vos enfants, nous comptons, chers parents et chers Pères, sur votre aide et votre sensibilisation.

Le Coordonnateur diocésain de l’EM, Abbé Georges GAYET

Programme des dites journées

50 ans de la paroisse Sacré-Coeur :

En cette année Sainte de la Miséricorde, va se célébrer le jubilé d’or (50 ans) de création de la paroisse SACRE-CŒUR de Ouenlinda (Porto-Novo). A cet effet une grand-messe se célébrera le dimanche 05 Juin 2016 à 10H00, en la dite église. Elle sera présidée par son excellence, Mgr Aristide GONSALLO, évêque de Porto-Novo.

Le reste du programme des manifestations

Concert de la Ressurection : 2016 :

Sous le parrainage de son Excellence Mgr Aristide GONSALLO, évêque de Porto-Novo, l’Aumônerie diocésaine des chorales des jeunes et la Coordination des chorales des jeunes de Porto-Novo

vous invitent à la 6ème édition du CONCERT DE LA RÉSURRECTION.

- Date : dimanches de Pâques, 27 mars 2016
- Heure : 16H00
- Lieu : Stade Charles de Gaulle de Porto-Novo
- Entrée : libre et gratuite

Ce sont plus d’une quinzaine de chorales qui se succèderont.

MERCI DE LES SOUTENIR



A c t u a l i t é s
mardi 18 avril 2017
« Le Seigneur est vraiment ressuscité, comme il (...)

mercredi 5 avril 2017
" Le Puissant fit pour moi des merveilles" (...)

mercredi 5 avril 2017
« Je désire … que les familles aient l’occasion (...)

mercredi 22 mars 2017
La ville de Natitingou a abrité, les 11 et 12 (...)


En vrac !
mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)

mardi 20 décembre 2016
Frères et sœurs en Christ, L’annonce à Zacharie (...)

mardi 20 décembre 2016
Frères et sœurs en Christ, Fils et filles (...)

jeudi 15 décembre 2016
Émerveillement pour tout ce que Dieu accomplit (...)

vendredi 9 décembre 2016
Frères et sœurs en Christ, En ce temps de (...)

mercredi 7 décembre 2016
Ni hypocrites ni rigides, ayant le sens de la (...)

dimanche 20 novembre 2016
Le passage de l’Évangile que nous venons (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Autres articles > Assise 2016 : allocu

Assise 2016 : allocution finale du prof. Andrea Riccardi

Allocution finale du prof. Andrea Riccardi

Saintetés, Illustres représentants des religions du monde,

Il y a de beaux moments, comme ce soir : on voit la paix dans le cœur de beaucoup de religions et de personnes. C’est une consolation pour ceux qui ont soif de paix : des peuples en guerre, qui fuient la violence et le terrorisme, prisonniers, torturés, des mères qui voient souffrir leurs enfants, des pauvres et des hommes et femmes appauvris par la guerre. Les religions sont vraiment des sources d’espérance pour ceux qui ont soif de paix.

Je vous remercie tous, amis d’Assise, je remercie le Pape François qui marche avec les chercheurs de paix.

Voir les leaders religieux ensemble, invoquant la paix, est une image resplendissante. Cela démasque ceux qui se servent du nom de Dieu pour faire la guerre et semer la terreur. Il en fut de même il y a trente ans, en 1986, quand Jean-Paul II eut le courage d’inviter ceux qui pendant des millénaires avaient été considérés des étrangers. Beaucoup répondirent.

Cela ne devait pas rester un événement isolé, comme le voulaient ceux qui étaient prudents : une sainte extravagance du pape. Etait-ce un événement possible seulement dans la ville d’Assise aussi belle qu’une crèche ? Etait-ce possible seulement dans des salles universitaires ou des salles de congrès ? Il n’en était pas ainsi. Cet événement est devenu l’histoire : l’histoire de villes, banlieues, peuples, d’une année à l’autre, se salissant dans la boue et la souffrance, mais aussi en faisant siennes les attentes et les espérances.

Cela fait trente ans que nous marchons dans cet esprit pour le monde. Nous avons compris que chaque communauté religieuse, qui prie, peut libérer des énergies de paix. Depuis 1986, les eaux de la paix ont débordé des fontaines des religions, en se mélangeant entre elles pour éteindre les conflits. C’est l’esprit d’Assise. Il y aurait beaucoup d’histoires à raconter ! Je me souviens de l’évêque syriaque, Mar Gregorios. Ici à Assise en 1986 et puis toujours avec nous : il croyait dans le vivre ensemble. Evêque d’Alep, ville de cohabitation interreligieuse, patrimoine de l’humanité depuis 1986. . En avril 2013, il sortit d’Alep avec l’évêque Yazigi pour une mission humanitaire. Ils ne sont plus revenus.

Alep, après les bombardements, est devenue un amas de décombres ; il ne reste que la structure des immeubles où des gens habitent. Quelle soif de paix en Syrie ! Dans ce pays, une guerre cynique a été menée, avec des armes de tous types : on a tué la cohabitation. Car la guerre est la folie des personnes avides de pouvoir et d’argent.

Celui qui fait l’expérience de la douleur de la guerre voit naître un idéal de vie : la paix. Beaucoup déplorent de nos jours la perte d’idéaux et de valeurs : mais il reste la paix ! Elle n’est pas l’apanage des hommes politiques, des experts, des militaires : tous peuvent être artisans de paix avec la force faible de la prière et du dialogue. C’est la façon de vaincre les seigneurs de la guerre et les stratèges.

Des religions, sans confusion et sans séparation, peut se lever un peuple d’artisans de paix. C’était le rêve de 1986. Les religions sont appelées à faire preuve de plus d’audace : en sortant des schémas hérités du passé, des timidités et de la résignation. Nous devons tous être plus audacieux car le monde a soif de paix. Il convient d’éliminer à jamais la guerre, qui est la mère de toutes les pauvretés. Comme on l’a fait pour l’esclavage.

L’audace de la paix repose sur la prière et le dialogue. Le dialogue, disait l’humble théologien orthodoxe Olivier Clément, est « la clef de la survie de la planète, dans un monde où l’on a oublié que la guerre n’est jamais la solution chirurgicalement propre qui permet d’extirper le mal du monde. Le dialogue est le cœur de la paix … »

Le dialogue révèle que la guerre et les incompréhensions ne sont pas invincibles. Rien n’est perdu avec le dialogue. Tout est possible avec la paix ! Source : zenit.org