vendredi 22 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Autres articles > CIMETIERE, CATHEDRAL

CIMETIERE, CATHEDRALE, TERMINUS !

Cimetière… Cathédrale, Terminus !

Le Père Mouléro Thomas Djogbénou s’est endormi dans le Seigneur le 03 août 1975 à 2 heures du matin à Cotonou. L’idée de l’inhumer à Kétou selon sa volonté exprimée, volonté confirmée par plusieurs proches à qui il s’en est ouvert, a amené les évêques à envisager ses obsèques en deux temps.

A cause du mauvais état de la route de Pobé-Kétou d’une part et du 47ème anniversaire de son ordination sacerdotale qui devait avoir lieu le 15 août 1975 d’autre part, les évêques avaient décidé de célébrer ses funérailles en deux phases. Une messe solennelle de funérailles le 15 août 1975 à la cathédrale de Porto-Novo à l’issue de laquelle le cercueil serait déposé provisoirement dans le caveau des Pères au cimetière de Porto-Novo, le temps que le voyage de Kétou serait possible pour qu’un enterrement définitif ait lieu.

Mais par la suite, le cours des choses a tourné autrement. La deuxième phase n’a jamais eu lieu jusqu’en 2011. A l’occasion du jubilé des 150 ans d’évangélisation de notre pays, célébration en cours, Mgr René Marie EHOUZOU, évêque de Porto-Novo, décide avec l’accord des autres évêques de la conférence épiscopale du transfert des précieux restes de ce digne fils de notre pays, 1er fruit sacerdotal de l’évangélisation de notre pays, de l’anonymat du cimetière pour la cathédrale le dimanche 14 août 2011 à 15H. Une date à noter dans les annales de l’Eglise du Béninoise ! Quel privilège ! Et quel honneur pour le 1er prêtre béninois, père d’une multitude qui « fut prêtre, profondément prêtre » (Homélie de Mgr Mensah, d »heureuse mémoire à la messe des obsèques du Père Mouléro le 15 août 1975 à la cathédrale). En effet dans la tradition de l’Eglise, seuls les évêques titulaires sont inhumés dans l’église cathédrale.

Avec le psalmiste exultons : « Quelle joie quand on m’a dit : nous irons à la maison du Seigneur ! Maintenant notre marche prend fin devant tes portes Jérusalem ! »

Ainsi a lieu la 2ème et définitive phase de vos obsèques, bien aimé Père Thomas Mouléro, après 36 ans d’attente. Reposez en paix, cher père. Du ciel priez pour nous, priez pour cette Eglise que vous avez aimée et servie avec zèle et une fidélité rares et qui aujourd’hui est bien éprouvée ! Priez pour le clergé béninois.

Cimetière, Cathédrale, terminus !

Père Oloudé Georges Anselme Curé de Kétou