vendredi 15 décembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 5 décembre 2017
C’est au sanctuaire marial à Dassa que la (...)

mercredi 29 novembre 2017
« Rendez grâce au Seigneur, éternel est son (...)

mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Actualités > Consécration épiscopa

Consécration épiscopale du 4ème évêque de Natitingou

4ème évêque de l’Eglise-Famille de Natitingou après Patient Redois, Nicolas Okioh et Pascal N’Koué, Mgr Antoine Sabi est sacré évêque ce samedi 17 Mai 2014 en la Cathédrale Saint Sauveur de Natitingou. L’eucharistie de cette messe d’ordination épiscopale a débuté à 9h 30 (heure locale) par une procession très priante depuis l’ancienne cathédrale Notre Dame de l’Immaculée Conception avec 17 évêques parmi lesquels on pouvait noter tous les membres de la conférence épiscopale du Bénin, le nonce apostolique près le Bénin et le Togo, des évêques venant du Niger, du Burkina Faso, du Togo, d’Aix en Provence , le vice président du SCEAM, le Symposium des Conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar sans oublier Mgr Barthélémy Adoukonou, délégué du Saint-Siège et Nestor Assogba, archevêque émérite de Cotonou et administrateur apostolique dans le passé du diocèse de Natitingou.

A l’intérieur de la cathédrale, une foule immense de fidèles, de sympathisants, des membres du gouvernement et des institutions de la république, des animistes, des frères et sœurs d’autres églises chrétiennes sans oublier la forte délégation des musulmans et le parterre assez impressionnant des religieuses. Tout ce monde se leva comme un seul homme pour accueillir cette procession qui a démarré sous le regard priant et admiratif d’autres fidèles massés aux abords extérieurs de la cathédrale pour suivre sur des écrans géants cette célébration afin d’y participer activement.

Au total, près de 2000 personnes aux cotés desquelles on pouvait dénombrer près de 300 prêtres venus du Bénin et de ses pays limitrophes.

Une fois l’ouverture de la célébration proprement dite, l’assemblée a écouté attentivement la lettre de nomination du nouvel évêque lue par l’abbé François Tiando. Une lettre qui remercie le nouvel évêque nommé d’avoir accepté la charge de l’épiscopat et qui en même temps le rassure de la proximité pastorale et priante du Saint Père, le Pape François. Toujours dans cette lettre, le Souverain Pontife demande au clergé de l’Eglise-Famille de Natitingou et aux fidèles d’être de véritables collaborateurs du nouvel évêque pour l’annonce de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ dans son diocèse.

Dans son homélie, le consécrateur principal du nouvel évêque, Mgr Pascal N’Koué, archevêque de Parakou s’est fortement inspiré de la marche à la fois historique et missionnaire de cette église-famille de Natitingou pour l’exhorter à renouveler son engagement et sa fidélité au Dieu de Jésus Christ. Et la toute première attitude spirituelle à laquelle il a invité les fidèles est ce devoir de mémoire et de reconnaissance au seigneur qui depuis des années chemine avec son peuple dans l’Atacora pour le conduire vers son Royaume.

Se souvenir pour rendre grâce et repartir avec le Christ qui appelle chaque jour de nouveaux pasteurs à conduire dans la fidélité son peuple. C’est la démarche spirituelle qui a fortement donné tout son contenu à l’intuition à la fois pastorale et liturgique de mgr Pascal N’Koué. En effet, L’archevêque de Parakou a d’abord précisé que la date du 17 mai choisie pour la consécration épiscopale du 4e évêque de Natitingou, n’est pas le fait du hasard. Cette date rappelle la naissance du tout premier évêque de Natitingou, mgr Patient Redois né le 17 mai 1925. Cette même date est celle de la canonisation de Sainte Thérèse de l’Enfant –Jésus, la Patronne des Missions. Et mgr Pascal N’koué de conclure qu’ « il n’y a pas de hasard là où l’Esprit de Dieu conduit les hommes ». C’est dans cette fidélité au Dieu de l’histoire qu’il s’est proposé de préciser à l’assemblée, la signification à la fois liturgique et pastorale des différents rites et des symboles qui marquent la consécration épiscopale d’un évêque. D’abord les armoiries du nouvel évêque à savoir la croix et l’hostie Elles rappellent à tout chrétien qu’il ne doit pas fuir la croix sans laquelle le Christ ne l’aurait pas sauvé. La passion pour la mission ne porte du fruit que sur l’arbre de la croix vivifié par la source fondamentale qu’est l’eucharistie. Il a remercié le nouvel évêque qui, pendant 2 ans et demi, s’est entraîné à la charge épiscopale. « Cher confrère Antoine, en dehors de vos armoiries, je n’ai pas de conseil à vous donner. Vous connaissez votre diocèse, vous l’avez parcouru, vous l’aimez. Prenez soin du troupeau. Votre force est en Jésus Christ. Le champ à moissonner est immense. Ayez assez de patience. Dieu aime notre pays. Il aime surtout l’Atacora. C’est la toute première fois qu’un Pape nomme un évêque par le bais d’un nonce noir voire africain. Et aujourd’hui, c’est un fils de l’Atacora qui ordonne après 16 ans, un autre fils de l’Atacora. Il y a un Dieu pour les pauvres » a –t-il souligné.

Abordant les armoiries qui distinguent l’évêque des prêtres, il a précisé que

  • la croix épiscopale invite l’évêque à imiter le Christ ;
  • l’anneau lui rappelle son alliance avec le Christ et son diocèse ;
  • la crosse, un bâton pastoral pour rassembler le troupeau
  • et enfin la mitre, expression de la royauté du Christ venu pour servir et non pour se faire servir.

Et Mgr pascal de poursuivre en ces termes : « la croix épiscopale et l’anneau que vous recevrez, cher Mgr Antoine, sont de Mgr Patient Redois. Il les a laissés au diocèse de Natitingou pour le tout premier évêque de ce diocèse qui serait originaire de l’Atacora. La crosse est du Cardinal Bernardin Gantin. Il me l’a donnée. J’ai un attachement affectif vis –à-vis de cette crosse. Je l’avais emportée à Parakou mais aussitôt vote nomination connue, je l’ai ramenée pour vous l’offrir. Il y 40 ans que ce diocèse a été consacré à la Vierge Marie mais le titre de Marie Notre Dame de l’Atacora a été donné à la Vierge présente dans cette Cathédrale par le Cardinal Gantin. Il y a longtemps qu’il voyait venir ce jour béni pour l’œuvre d’évangélisation dans ce diocèse ».

L’archevêque de Parakou a conclu son homélie par la prière par laquelle le Cardinal a achevé l’homélie de sa consécration épiscopale en 1998 : « Marie notre Dame de l’Atacora, c’est sous ton regard que nous allons confier la grâce de la mission au dernier né de notre famille, soutiens-le Amen ».

Les participants ont suivi plusieurs interventions et écouté plusieurs messages. L’évêque d’Aix en Provence s’est dit très heureux d’être présent à cette célébration avec une forte délégation en cette année qui consacre le 33ème anniversaire du jumelage de son diocèse avec celui de Natitingou. Il a émis le projet de commencer à envoyer des séminaristes en formation et des prêtres en mission dans le diocèse de Natitingou. Le Nonce apostolique près le Bénin et le Togo Mgr Brian Udaigwe, lui aussi était très heureux que Natitingou soit en ce 17 mai 2014, le cœur, le centre du Bénin. Il a demandé au nouvel évêque d’avoir beaucoup de patience et de beaucoup dialoguer avec les prêtres et les fidèles de son église-famille pour une meilleure collaboration pastorale et un engagement missionnaire sans cesse renouvelé de tous. Il a enfin remercié le nouvel évêque d’avoir accepté cette charge pastorale.

- Mgr Antoine Ganyé, archevêque de Cotonou et président de la conférence épiscopale du Bénin s’est exprimé en ces termes : « Antoine mon frère, vous n’avez rien demandé à l’église, vous n’avez rien exigé du Christ ; vous avez ouvert les yeux et vous avez vu les besoins du diocèse ; vous avez ouvert les oreilles pour écouter le message que le chef invisible de l’Eglise ( le Christ ) voudrait vous faire parvenir par le chef visible de la même église ( le Pape ). C’est pour cela que nous vous remercions … Que nous vous saluons très sincèrement. Nous souhaitons vivement que vous donniez à votre ministère épiscopal , sa clé la plus importante que le nonce vient de vous rappeler à savoir le dialogue avec vos prêtres et vos fidèles. C’est dans le dialogue que les personnes s’aiment dans leur cœur. Nous vous souhaitons cette grande patience pour écouter et pour parler. Le Seigneur vous bénisse. Le Seigneur vous accompagne. Bon vent ».

- Au nombre des messages reçus par le nouvel évêque, on pouvait noter celui de Mgr Marcel Agboton, de l’ancien nonce près le Bénin et le Togo, Mgr André Dupuis, du cardinal Toran, du président de la république le docteur Thomas Boni Yayi empêché et surtout celui du Préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples qui demande au nouvel évêque d’avoir beaucoup de patience, d’être un homme de prière et d’espérance, de se rendre proche du peuple par des visites pastorales, de se donner un plan pastoral adéquat pour la formation des prêtres, de susciter un esprit de collaboration avec les prêtres par le dialogue, de s’investir pour les vocations et notamment la vocation au sacerdoce, de suivre les vocations déjà existantes et enfin l’obligation de résidence dans son diocèse sauf en cas d’empêchement.

- Dans son mot de remerciement, mgr Antoine Sabi Bio a salué et remercié tous ses confrères évêques, les prêtres, les religieux et religieuses , les autorités politiques et administratives, l’Imam de Natitingou qui est en même temps le président des dignitaires religieux du bénin. Il a ensuite abordé l’essentiel du message de l’exhortation apostolique du Pape Benoît XVI sur la réconciliation, la justice et la paix pour souligner que la signature de ce document par le Pape au Bénin est une forte interpellation aux fils et filles de ce pays . Il s’est enfin intéressé à l’urgence pour l’Eglise et l’Etat de continuer à collaborer de manière étroite pour que la paix règne toujours dans le pays et dans les cœurs. Aux prêtres de l’Eglise-Famille de Natitingou, il a fait savoir que les félicitations adressées à l’évêque sont partagées par ses prêtres car l’évêque n’existe que parce qu’il a des collaborateurs que sont ses prêtres. Il leur a enfin demandé d’être des prêtres « costaud » spirituellement , moralement et physiquement.

Somme toute, cette célébration est l’expression d’une grande communion pour avoir rassemblé aux pieds des montagnes de l’Atacora en ce mois marial de mai, des peuples aux colorations culturelles différentes qui ont compris que leurs richesses se trouvent dans la prise de conscience de leurs diversités pour une redécouverte de leur unité autour du Christ.

Prions beaucoup pour Mgr Antoine Sabi Bio et pour son diocèse. Prière, prière et prière.

Abbé Cyriaque Guédé.