lundi 25 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Actualités > Contempler la crèche

Contempler la crèche à la lumière de l’Eucharistie

« Marie et Joseph ont couché l’Enfant dans une mangeoire de l’étable, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans une auberge ». Ce détail de l’évangile - la mangeoire- évoque le mystère de l’Eucharistie. En nous donnant son Fils dans une mangeoire, Dieu voulait d’avance nous orienter vers le pain eucharistique descendu du ciel pour donner la vie au monde. Dés sa naissance, Jésus se donne en nourriture.

St François d’Assise fut tellement saisi par le lien entre la venue au monde de Jésus dans une mangeoire et l’institution de l’Eucharistie, qu’il inventa la crèche. Il est le créateur de la première crèche, et cette inspiration profonde est à regarder à la lumière de l’Eucharistie.

En 1223, St François d’Assise se trouve dans une ville d’Italie, à Greccio. Un de ses amis a mis une grotte à la disposition des frères, dans la montagne : "Je veux célébrer Noël avec toi, cette année, dans la grotte, lui dit St François. Tu y installeras une mangeoire pleine de foin. Fais venir un bœuf et un âne. Il faut que cela ressemble à la crèche où est né Jésus".

Alors, ils installent le décor de la crèche, et tous les habitants de la ville viennent entourer les frères et assister à la Messe de Minuit, à la lueur des cierges. Chose étonnante, ni Marie, ni Joseph, pas même l’Enfant Jésus ne sont représentés dans cette première crèche. Comment expliquer cela ? Thomas de Celano nous éclaire ; dans sa biographie de St François d’Assise, il note qu’après s’être émerveillés ensemble, tous assistèrent à la messe qui fut dite « sur la mangeoire comme autel ». L’autel était associé à la crèche et il s’agissait simplement d’accueillir la substance du mystère célébré. Pour St François, l’Enfant est là dans le pain et le vin consacrés sur l’autel improvisé.

St François, qui assistait le prêtre à l’autel en qualité de diacre, parla si bien à la foule de la naissance de Jésus, « l’Enfant de Bethléem » comme il l’appelait, et de ce que veut dire Noël que tous furent remplis d’une grande joie. L’année suivante, les habitants de Greccio, touchés par les merveilles de cette belle nuit de Noël, se mirent à reconstituer, dans des grottes ou des étables, la scène touchante de la naissance de Jésus. Et c’est pourquoi maintenant, nous avons partout des crèches à Noël ; on dit même que le mot vient du nom de la ville de Greccio.

A la suite de St François d’Assise, regardons la crèche dans son mystère eucharistique, entrons à Bethléem, dont le nom signifie « maison du pain ». Couché dans la mangeoire, Jésus s’offre à l’Adoration Eucharistique. Il s’offre d’abord à la contemplation de Joseph et Marie, des bergers, puis des rois mages.

Couché dans la mangeoire, il s’offre en sacrifice eucharistique, la mangeoire évoquant la manducation du Corps et du Sang du Christ. Sa mangeoire est l’autel sur lequel il repose et « la paille de sa mangeoire porte l’épi de blé qui sera moulu afin de devenir le Pain de Vie. »(N. Buttet, » l’Eucharistie à l’école des saints »).

Tout petit et tout puissant dans un enfant, Jésus s’offre en communion d’amour, comme il se donnera plus tard tout petit et tout puissant, caché dans une hostie. Et c’est dans chacun de nos cœurs qu’il veut venir.

En ce temps de Noël, avec Marie Mère de l’Eucharistie, demandons au Seigneur de faire de nos cœurs d’humbles crèches pour le recevoir. Demandons au Seigneur de retrouver le vrai sens de l’Eucharistie.

P.Nestor Attomatoun,

Curé de la Paroisse de Wadon

Communauté de l’Emmanuel.