vendredi 24 novembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)

samedi 21 octobre 2017
Le missionnaire n’est jamais seul et la (...)

lundi 16 octobre 2017
Le weekend des 07 et 08 octobre 2017 restera (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Autres articles > DÉCLARATION DU COLLOQ

DÉCLARATION DU COLLOQUE

L’ OBSERVATOIRE CHRÉTIEN CATHOLIQUE DE LA GOUVERNANCE a organisé un colloque les 27 et 28 Janvier 2016, au Chant d’Oiseau de Cotonou. Le colloque avait pour thème : "La nécessité de lutter contre la corruption électorale et ses méfaits en régime démocratique." En voici la déclaration.

COLLOQUE NATIONAL SUR LE THEME : « La nécessité de lutter contre la corruption électorale et ses méfaits en régime démocratique »

DÉCLARATION DU COLLOQUE

La pensée de l’Eglise catholique sur les méfaits de la corruption a été énoncée par plusieurs papes et reprécisée encore récemment et à plusieurs reprises par le Pape François, avec des mots forts.

« La corruption pue, la société corrompue pue », a lancé le 21 mars 2015 le Pape François aux habitants du quartier défavorisé de Scampia à Naples, en avertissant que « tous, nous avons la possibilité d’être corrompus et de glisser vers la délinquance ».

Au Brésil, enseptembre 2015, le Pape renchérit« Ceux qui prennent la voie du mal volent un morceau d’espérance à eux-mêmes, à la société, à tant de gens honnêtes, à la bonne réputation du(pays), à son économie ».

À Nairobi, Bangui comme à Kampala, en novembre 2015, il a rappelé la nécessité de vivre d’un « travail honnête » et de gérer « de manière responsable » les ressources naturelles du pays. Et d’avertir que le changement ne viendra pas que des tribunaux, il doit venir de nous tous. Voilà donc pourquoi le Pape nous appelle à la conversion.

Dans cet esprit, face au contexte national béninois, caractérisé par la corruption et particulièrement menacé par l’ampleur de la corruption électorale telle qu’elle sévit actuellement, les évêques du Bénin ont jugé nécessaire,de tirer la sonnette d’alerte. En effet, la paix est fortement menacée par des comportements de corruption attentatoires à notre démocratie. Les évêques ont stigmatisé le mal culturel de l’égocentrisme, le mal de l’argent, le mal du pouvoir, le mal du mensonge public et privé, le mal des retards et des défaillances dans l’organisation des élections. Ces maux constituent autant de menaces sur la paix dans le pays. C’est pourquoi la lettre pastorale que la Conférence épiscopale du Bénin vient d’adresser à tous les Chrétiens et à tous les Béninois de bonne volonté, appelle à la conversion des cœurs et des esprits. Dans cette même logique, depuis 48 heures, le colloque organisé par l’OCCG, sous l’égide de la CEB, a réfléchi sur la nécessité de lutter contre la corruption électorale et ses méfaits en régime démocratique. Les échanges approfondis entre la centaine de participants venus de tous les départements du pays et appartenant à diverses confessions religieuses ont tourné autour des sous thèmes suivants :

-  Le libre choix des gouvernants par le peuple, socle de toute vraie démocratie

-  Les manifestations de la corruption électorale et leur impact sur le système démocratique

-  A la recherche d’une meilleure efficacité de la lutte contre la corruption électorale

-  La pensée de l’Eglise sur la corruption électorale

A l’issue des travaux, des recommandations en vue d’actions concrètes, urgentes et immédiatement réalisables au cours de cette période de campagne électorale et post-électorale ont été formulées par chacun des trois ateliers mis en place à cet effet.

Ces recommandations sont significatives de la nécessaire conversion à laquelle l’Eglise catholique nous invite tous pour sauvegarder le bien commun et promouvoir le progrès de l’Homme et de tout l’Homme. Elles s’articulenten effet autour de l’idée centrale promue par la lettre pastorale de prier, agir et réagir en disciples du Christ. L’exhortation s’adresse à tous les citoyens épris de paix, soucieux de la dignité humaine et de la protection de la démocratie. Le colloque recommande essentiellement ce qui suit :

-  Adresser une lettre signée par Monseigneur l’Archevêque de Cotonou au Président de la République pour qu’un terme soit mis à l’utilisation des moyens de l’Etat par le candidat du pouvoir, avec ampliation au Président de la Cour Constitutionnelle ;

-  Exiger la démission du Premier Ministre, de tout membre du gouvernement et de toute autre personne en charge d’une fonction politique et administrative, candidat à l’élection présidentielle ;

-  Exiger de la CENA le respect strict de l’article 103 du code électoral

-  Impliquer les Organisations de la Société Civile dans la formation des agents électoraux et choisir des agents ayant un bon niveau d’instruction ; en conformité avec le code

S’agissant des confessions religieuses et autorités morales, le colloque recommande aux responsables de :

 Sensibiliser les fidèles à la nécessité de s’impliquer avec assiduité dans les activités de jeûnes et de prières organisées pour la promotion de la Paix. S’agissant des citoyens, le colloque recommande à chacun :

 de choisir et de voter selon sa conscience et dans la crainte de Dieu ;

 de rejeter toute sollicitation visant à faire un vote motivé par l’argent ou tout autre don, libéralités ou promesse, en faveur d’un candidat

Les recommandations issues du colloque visent ainsià lutter activement pour que le code électoral soit respecté, que les confessions religieuses s’engagent pour la sensibilisation des fidèles, et que les citoyens se déterminent à voter en toute responsabilité citoyenne et dans la crainte de Dieu.

Le colloque conclut que, vu l’urgence, le danger étant aux portes de la Nation, chacun et tous devraient agir maintenant, dès aujourd’hui avec conviction, détermination et engagement.

Fait à Cotonou le 28 janvier 2016

LE COLLOQUE