vendredi 22 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > JOUR DU SEIGNEUR > DIMANCHE 31 Mars

DIMANCHE 31 Mars 2013 : 1er dimanche de Pâques

"ce jour que fit le Seigneur est un jour de joie, ALLELUIA !

« Ce jour que fit le Seigneur est un jour de joie, alléluia ! »

Cette acclamation est la bienvenue en ce jour où la plus grande merveille est réalisée : la résurrection du Christ. Quel jour peut-il être encore plus merveilleux que le jour où le Christ, celui « … qu’ils ont fait mourir en le pendant au bois de supplice … Dieu l’a ressuscité le troisième jour » (Act. 10, 39c-40) afin qu’il soit le premier né d’entre les morts ? Le message de ce premier dimanche de pâques est très clair : le Christ, Dieu l’a ressuscité afin que quiconque croit en lui, reçoive par lui le pardon de ses péchés (Ac. 10, 43) Ressuscité conformément aux écritures, le Christ vient donner à notre corps mortel, une immortalité qui surpasse toute vie. Ce qui est paradoxal dans l’évangile de Jean, que la liturgie nous propose en ce jour est que dans la course vers le tombeau vide, les disciples même ne comprenaient rien dans le message que le Christ leur a laissé. Ce n’est qu’après avoir vu qu’ils ont cru. Les deux disciples, un plus âgé et un plus jeune, qui ont couru à l’annonce de Marie-Madeleine partaient comme des ignorants vers une découverte qu’ils ne comprendront qu’après avoir vu. Le monde d’aujourd’hui ne ressemble t-il pas à ces deux amis du Christ ? Nous pensons toujours comprendre les phénomènes de la vie par notre esprit cartésien ignorant la grande puissance de Dieu. Aucune science, ni avant, ni maintenant n’a pu démontrer cet excellent et plus grand miracle que le fils de l’homme a réalisé dans notre vie. Aucun homme ni avant, ni maintenant n’a pu offrir au monde cette merveilleuse renaissance de corps et de l’esprit que gratuitement celui qui a semblé tout perdre sur le bois de la croix nous a offerte.

Chers frères et sœurs, revenons un peu sur le comportement de Jean comme si c’était chacun de nous ! Comment a-t-il fait pour ne pas comprendre que le tombeau devrait être vide ? Pourtant, il a été, avec Jacques et Pierre, témoins de la transfiguration avec tout le débat qu’il y a eu sur la mort de Jésus entre Moïse, Elie et le Christ lui-même. Pourtant il a été témoin de la souffrance de Jésus et non seulement il en a été témoin, mais il y a participé jusqu’à ce que le

Biens aimés de Dieu, il est temps que chacun de nous devienne messager de la bonne nouvelle, la seule valable : le Christ est ressuscité. Madeleine l’a apportée aux disciples, les disciples l’ont reçu et l’ont témoignée comme Pierre dans la première lecture de ce jour. Même Paul qui l’a reçu comme chacun de nous sur notre chemin de Damas ? nous y invite avec insistance : "vous êtes ressuscités avec le Christ. Recherchez donc les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ assis à la droite de Dieu... Ce jour que fit le Seigneur est vraiment un jour de joie ! chantons tous alléluia car le Seigneur, la pierre rejetée des bâtisseurs est devenue la pierre d’angle, l’oeuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux. Aujourd’hui, nous pouvons annoncer que nous ne mourrons plus, nous vivrons pour annoncer cette bonne nouvelle du salut.

Que le Seigneur comble chacun de nous d’innombrables grâces de ressuscité. Amen

Père Benoît-Olatoundji ODOUNSI

POBE