mardi 21 novembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)

samedi 21 octobre 2017
Le missionnaire n’est jamais seul et la (...)

lundi 16 octobre 2017
Le weekend des 07 et 08 octobre 2017 restera (...)


En vrac !
vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > DOUBLE JUBILE > Dimanche 16 Octobre

Dimanche 16 Octobre 2011, 29è dimanche du temps ordinaire

Dimanche 16 Octobre 2011, 29è dimanche du temps ordinaire

L’évangile de ce dimanche met en évidence un conflit destiné à porter Jésus sur la croix. En fait les pharisiens et les partisans d’Hérode cherchent à prendre Jésus en faute sur le terrain politique. « Est-il permis oui ou non de payer l’impôt à César ? ». Si Jésus se déclare contre le tribut, la réaction négative des Hérodiens sera immédiate, s’il se déclare en faveur du tribut il décourage ceux qui sont contre l’empereur romain et attendaient la restauration du règne davidique. Jésus essaie de s’échapper de leurs mains en déclarant « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ». Mais qu’est-ce que Jésus voudrait dire ? Si la monnaie est de César, qu’est-ce qui est proprement de Dieu ? Les pères de l’Eglise enseignent que l’image dont parle Jésus dans sa réponse évoque le récit de la création « Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa » ( Gn1,27). Donner à Dieu ce qui est à Dieu signifie alors lui donner tout l’homme qui doit se rapporter à Dieu qui l’a créé à son image. Autrement Jésus déclare la Seigneurie de Dieu sur l’homme, don et oeuvre de Dieu. Le piège tendu à Jésus est toujours bien actuel : des hommes et des femmes s’engagent pour témoigner de leur foi dans le monde d’aujourd’hui. Leur engagement au service des plus pauvres les amène à dénoncer les injustices, les magouilles, les violences. Alors ils sont persécutés. On les fait parler sans hésiter à les accuser d’actes qu’ils n’ont pas commis. Ainsi leur parole ne sera plus crédible ; ils seront donc mis hors circuit. Mais le Seigneur n’abandonne pas ses envoyés. Tout au long des Saintes Ecritures, nous lisons un message qui revient souvent : "Ne crains pas, je suis avec toi." La pièce de monnaie portait la marque de César. Nous chrétiens, nous portons la marque de Dieu. Au jour de notre baptême, nous avons été marqués de la croix du Christ ; nous sommes devenus des enfants de Dieu. C’est une marque qui doit orienter toute notre vie. Désormais, nous cherchons à nous imprégner de la présence et de l’amour de Dieu. Celui qui aime comprend qu’il doit aimer comme Dieu. Jésus invite tous les hommes à vivre en "citoyens du ciel" et en "voyageurs en marche vers le Royaume de Dieu."