mardi 12 décembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 5 décembre 2017
C’est au sanctuaire marial à Dassa que la (...)

mercredi 29 novembre 2017
« Rendez grâce au Seigneur, éternel est son (...)

mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > DOUBLE JUBILE > Dimanche 24 Juillet

Dimanche 24 Juillet 2011

Dimanche 24 Juillet 2011

Jésus continue de nous instruire sur les paraboles. Le dimanche dernier, Jésus comparait le Royaume à du bon grain semé dans un champ ; du grain qui croît obstinément, à son rythme, sans se laisser troubler par la proximité de l’ivraie, mais attendant avec patience le temps de la moisson, où les œuvres de chacun seraient mises à jour. Aujourd’hui Jésus nous propose trois paraboles - les plus brèves de l’Evangile - pour nous dire en quelques lignes la manière dont nous sommes invités à nous approprier le Royaume. Le « Royaume des cieux » est bel et bien un « trésor », et même un trésor infiniment plus précieux que tous les « trésors » et toutes « les perles de grande valeur » du monde, puisqu’il nous donne accès au mystère de Dieu lui-même, Source de tout bien. Le paradoxe de ces deux courtes paraboles réside dans le fait qu’un trésor d’un tel prix soit accessible au cœur de notre quotidien : ces hommes ne faisaient rien d’extraordinaire : le trésor est offert comme un don gratuit à quiconque s’applique à son devoir d’état. Le Royaume n’est donc pas au-delà de nos horizons familiers, il ne se cache pas au loin dans un lieu sacré, il ne se confond pas avec des expériences surnaturelles extraordinaires. Il est là, tel un trésor, caché au fond de la vie quotidienne. Seulement pour l’acquérir il nous faut consentir à des sacrifices, à des renoncements de manière quotidienne. Il nous faut nous dépouiller de tout ce qui constitue nos biens pour l’avoir. Ce royaume qui au-delà de tout n’est pas un avoir mais un don gratuit de Dieu.