lundi 15 octobre 2018



A c t u a l i t é s
mercredi 5 septembre 2018
Le Dimanche 02 Septembre 2018la communauté (...)

samedi 30 juin 2018
La sœur Elisabeth Etèdjihounkpé TOSSE, le (...)

vendredi 22 juin 2018
Ce mardi 19 juin 2018, les populations (...)

vendredi 15 juin 2018
Son Excellence Monseigneur Aristide GONSALLO (...)


En vrac !
dimanche 3 juin 2018
Je me surprends à rêver ce matin ! Paraphrasant (...)

mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > DOUBLE JUBILE > Dimanche 7 -8- (...)

Dimanche 7 -8- 2011

Dimanche 7 -8- 2011

Le dimanche dernier Jésus avec cinq pains et deux poissons, a nourri une grande foule au désert. Ce geste extraordinaire a beaucoup impressionné les gens. Saint Jean nous dit qu’ils cherchent à se saisir de lui pour en faire leur roi. Mais Jésus s’y oppose fermement. Et c’est d’ailleurs pour cela qu’il renvoie ses disciples. Lui-même se retire à l’écart pour prier. Il a besoin de prendre du temps pour s’ajuster à ce que Dieu attend de lui. C’est aussi vrai pour nous les prêtres et pour tous les chrétiens engagés au service de la mission. Nous ne sommes pas à notre compte. Nous n’avons pas à rechercher le succès personnel. Le principal travail c’est Dieu qui le réalise dans le cœur de ceux qu’il met sur notre route. Les disciples sont donc partis en barque pour rejoindre l’autre rive. Or voilà que la tempête se lève. La barque était battue par les vagues ; le vent était contraire. Cette barque ballottée par la tempête, c’est l’Eglise. Dans le monde de la Bible, la mer c’est le repère des puissances du mal. Jésus qui marche sur la mer montre à tous que le mal d’a pas de prise sur lui. Il en est le grand vainqueur. Cette victoire sur la mort et le péché sera mise en évidence lors de la résurrection du Christ. S’adressant aux premiers chrétiens, l’évangile les rejoint dans les tempêtes qu’ils doivent affronter. Matthieu leur rappelle que même si le Christ n’est plus visible, il est toujours là. Comme autrefois, il continue à leur dire : "Confiance, c’est moi, n’ayez pas peur. Il ne cesse de nous rappeler qu’il est toujours fidèle à son amour et à son alliance avec nous. Cet appel retentit tout au long de la Bible, en particulier dans les psaumes : "Le Seigneur est mon berger, je ne manque de rien" (Psaume 22). "Le Seigneur est ma lumière et mon salut, qui pourrai-je craindre ?" (Psaume 26) "Le Seigneur est avec moi, je n’ai peur de rien" (Psaume 117). Le message de cet évangile est aussi un appel à l’espérance pour les chrétiens d’aujourd’hui. Tout au long des siècles, la barque de Pierre (l’Eglise) a été ballottée par des tempêtes. Et c’est encore ce qui se passe aujourd’hui. Dans plusieurs pays, la vie des chrétiens est menacée. Beaucoup sont mis à mort. Les chrétiens doivent affronter l’indifférence, l’incroyance. Mais le Seigneur est là, bien present avec nous . Le mal n’aura pas le dernier mot. Le Seigneur nous tend la main pour que nous puissions avancer.