mardi 12 décembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 5 décembre 2017
C’est au sanctuaire marial à Dassa que la (...)

mercredi 29 novembre 2017
« Rendez grâce au Seigneur, éternel est son (...)

mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Actualités > FETE PATRONALE (...)

FETE PATRONALE DE SAINT ENFANT JESUS DE PRAGUE

FETE PATRONALE DE SAINT ENFANT JESUS DE PRAGUE

Le dimanche qui suit l’Epiphanie de chaque année, la confrérie de l’Enfant Jésus de Prague du diocèse de Porto-Novo se réunit pour sa fête patronale.

Cette année, la célébration diocésaine, précédée d’un triduum de prières au niveau de chaque doyenné, a eu lieu sur la paroisse de Djèrègbé, le 15 janvier 2012, et a connu la participation de plus de 600 membres.

La veille de la fête, une messe fut dite par l’aumônier de l’association, le père Grégoire TOGLOBESSE, au cours de laquelle les nouveaux membres ont prononcé leur adhésion définitive dans la confrérie. A la suite de cette messe, eut lieu la « marche aux flambeaux » à travers le village, au son des tam-tams et des pas de danses, pour magnifier l’Enfant Jésus de Prague.

Bref aperçu sur cette dévotion

Au XVIIe siècle, les guerres de religion faisaient rage en Europe et en 1617, la Bohême, calviniste sous le roi Frédéric, menaçait l’Autriche Catholique dans sa foi. A cette époque, la pieuse princesse Polyxène de Lobkowtz, sensible à la détresse des siens, offrit en 1628 une statuette de l’Enfant Jésus, qu’elle avait obtenue de sa mère lors de son mariage. Ce don fut accueilli avec reconnaissance et les religieux le mirent dans l’oratoire du noviciat, l’entourant de toute la ferveur et de toute la dévotion requise.

En 1630, la Bohême redevint un théâtre de guerres, obligeant les Carmes à s’installer à Munich (en Allemagne). Dans la précipitation, les religieux oublièrent d’emporter avec eux ce précieux trésor, ce qui eut pour conséquence la perte de la dévotion. L’année suivante, l’empereur ayant repris Prague, les carmes purent réintégrer leur couvent mais ne soucièrent point de réinstaurer le culte à l’Enfant Jésus. En 1634, une nouvelle occupation de Prague par les Suédois provoqua un nouveau départ des religieux. Leur retour définitif en 1635 se réalisa dans un contexte de misère. En la Pentecôte 1637, un des Pères Carmes, du nom de Cyrille, vint à Prague ; face au danger de l’hérésie et à la misère qui sévissaient, il se souvint de la protection jadis obtenue par l’intercession de l’Enfant Jésus. Il recommanda à son supérieur la recherche de la précieuse statue et la restauration du culte. Peu après, tout danger cessa.

La même statue dont les mains étaient brisées, fut restaurée par Mr Daniel WOLF qui était sous le coup d’un grave procès. A la suite de cette bonne œuvre, tout s’arrangea pour lui de façon inespérée. Dès de ce moment et grâce au couvent des pères Carmes et aux Franciscains, la dévotion à l’Enfant Jésus de Prague se répandit rapidement en Europe et au–delà. Au Bénin, la dévotion fut instaurée par Mr Gérard NEVIS, sur la paroisse Notre –Dame de Miséricorde de Cotonou. Certains de ces dévots, à la suite de leur transfert à Porto-Novo, constituèrent en 1944 une confrérie à la Cathédrale et y établirent le siège. Actuellement, cette confrérie, est composée de deux sessions (celle des enfants et celle des adultes). Sa devise se résume en ces termes : humilité, obéissance, et respect ; quant au charisme, il consiste en la visite aux malades, aux prisonniers, aux délaissés, l’aide aux enfants de la rue, et la récupération des fille-mères.

Sr Chantal EYEBIYI (SARC) eyebyichantal@yahoo.fr