vendredi 15 décembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 5 décembre 2017
C’est au sanctuaire marial à Dassa que la (...)

mercredi 29 novembre 2017
« Rendez grâce au Seigneur, éternel est son (...)

mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Autres articles > Gagne sur l’indiffére

Gagne sur l’indifférence et remporte la paix

Le pape François vient de rendre officiel le thème de la 49ème Journée Mondiale de la Paix (1er janvier 2016

« Gagne sur l’indifférence et remporte la paix » : tel est le thème du Message pour la 49e Journée mondiale de la paix, la troisième du pape François.

L’indifférence par rapport aux plaies de notre temps est une des causes principales du manque de paix dans le monde. L’indifférence aujourd’hui est souvent liée à plusieurs formes d’individualisme qui produisent isolement, ignorance, égoïsme et, donc, désengagement. Plus d’information ne signifie pas plus d’attention aux problèmes si cela n’est pas accompagné d’une ouverture des consciences à la solidarité. À cette fin, il est indispensable que les familles apportent leur contribution, mais aussi les enseignants, tous les formateurs, les opérateurs de la culture et des médias, les intellectuels, les artistes. L’indifférence ne peut être vaincue qu’en faisant face ensemble à ce défi.

La paix est une conquête : un tel bien ne s’obtient pas sans effort, sans conversion, sans créativité ni confrontation. Il s’agit de sensibiliser et de former au sens des responsabilités, à propos des questions très graves qui affligent la famille humaine, tels que le fondamentalisme et ses massacres, les persécutions à cause de la foi et de l’ethnie, le piétinement de la liberté et des droits de peuples entiers, l’exploitation et l’esclavage de personnes, la corruption et le crime organisé, les guerres et le drame des réfugiés et de la migration forcée. Une telle œuvre de formation et de sensibilisation concernera en même temps les opportunités et les possibilités de combattre de tels maux : la maturation d’une culture de la légalité, l’éducation au dialogue et à la coopération sont, dans ce contexte, des formes fondamentales de réaction constructive.

Un domaine dans lequel on peut construire la paix au jour le jour en gagnant sur l’indifférence est celui des formes d’esclavage qui se manifestent aujourd’hui dans le monde, auxquelles était consacré le Message pour la Journée mondiale de la paix, du 1er janvier 2015 : « Non plus esclaves, mais frères ». Il faut approfondir cet engagement, dans une prise de conscience et une collaboration toujours plus grandes.

La paix est possible là où le droit de chaque être humain est reconnu, respecté, connu, et compris selon la liberté et la justice. Le Message de 2016 souhaite être un instrument, un point de départ afin que tous les hommes de bonne volonté – notamment ceux qui travaillent dans l’instruction, la culture et les media – agissent chacun selon ses possibilités et ses meilleures aspirations, pour construire ensemble un monde plus responsable et plus miséricordieux, et donc plus libre et plus juste.

La Journée mondiale de la paix a été voulue par Paul VI. Elle est célébrée chaque année le 1er janvier. Le Message du Pape est envoyé à toutes les chancelleries du monde, il trace également la ligne diplomatique du Saint-Siège pour l’année qui commence.