lundi 25 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Notre Eglise > 110 Mgr Aristide > Homélie de Mgr GONSAL

Homélie de Mgr GONSALLO : Voeux "Présence et vie"

Frères et sœurs en Christ,

Permettez-moi avant tout propos de vous souhaiter un bon temps pascal et une sainte fête de la Miséricorde divine. Cette fête de la Miséricorde Divine a été instituée par Saint Jean-Paul II rappelé à Dieu le 2 avril 2005, voici exactement onze ans jour pour jour. Quelle heureuse coïncidence de cette date avec l’événement de ce jour. Bonne fête de la Miséricorde divine à vous tous. En effet, dans l’Eglise, les solennités commencent la veille au soir et le temps présent est indiqué avec cette célébration solennelle pour entrer de plain-pied dans la solennité de la Miséricorde divine qui revêt un caractère particulier en cette année du Jubilé de la Miséricorde. Quelle grâce de vivre une profession de vœux temporaires en pleine année du Jubilé de la Miséricorde. Béni soit le Seigneur, le Père des Miséricordes qui appelle sans cesse ses fils et ses filles à la vigne. L’Eglise se réjouit car Dieu lui fait miséricorde et grâce en accueillant toujours de nouveaux enfants dans la foi, des enfants qui par la suite prennent l’engagement de donner leur vie toute entière à Dieu en choisissant un état de vie qui les conduit à la sainteté. C’est le sens profond de l’eucharistie qui nous rassemble aujourd’hui. C’est au cœur de cette eucharistie de l’octave de Pâques que notre fille, notre sœur, notre amie Pricette fait son engagement temporaire. Dieu soit béni. Que la lumière de Pâques inonde et irradie l’événement de ce jour.

Certains se demandent pourquoi émettre des vœux temporaires ? La réponse est toute simple. Puisque que l’engagement de la novice dans la vie consacrée implique un choix de vie radicale et une alliance définitive, la novice a droit à une période d’essai. Et comment entrer dans l’économie de cet engagement temporaire si nous ne recourons pas à la parole de Dieu ? Et la particularité de l’événement de ce jour, que je dois à la sagesse des responsables de l’Institut séculier Présence et Vie, c’est d’avoir tout simplement gardé les textes du jour pour les offrir à notre réflexion et à notre méditation. Je loue cette délicatesse qui consiste à ne pas bousculer l’ordre des choses et à se laisser tout simplement interpeller par les textes du jour comme le psalmiste qui déclare : « J’écoute ! que dira le Seigneur ? »Les sœurs de l’Institut nous proposent d’approfondir ces textes merveilleux pour elles comme pour nous qui sommes témoins de l’engagement que sœur Pricette va prendre.La question est donc la suivante : qu’est-ce que le Seigneur veut bien nous signifier à travers la liturgie de la Parole de ce jour ? Il s’agit pour nous de relire l’événement d’aujourd’hui à la lumière des textes qui nous sont proposés depuis toujours dans l’octave de Pâques par la sagesse de l’Eglise.

Dans la première lecture (Ac 4, 13-21), nous voyons comment la Bonne Nouvelle de la résurrection s’est répandue en temps de persécution. On ne peut réduire un si grand mystère au silence car c’est la source même du salut de l’humanité entière. C’est la mission de chaque baptisé, mais c’est la mission particulière de Pricette que nous accompagnons de notre prière aujourd’hui. Il est dit des apôtres que l’on reconnaissait en eux des compagnons de Jésus. C’est à ce beau témoignage que le Seigneur convie aujourd’hui sœur Pricette. Quelle belle mission de témoigner que nous sommes des compagnons de Jésus au regard des actions bienfaisantes que nous accomplissons ! Dans la Règle de vie de l’Institut séculier « Présence et Vie », il est écrit : « notre mission est de communiquer la vie par notre présence, une présence d’amour, une présence qui aime » (RV §9). C’est à ce prix qu’on ne pourra rien trouver à dire ou à redire contre celle qui s’engage aujourd’hui comme ce fut le cas jadis pour les apôtres Pierre et Jean au moment où on voulait s’en prendre à eux à cause du miracle qu’ils avaient accompli au nom de Jésus.

Par ailleurs, comme autrefois pour les apôtres Pierre et Jean, ceux et celles qui s’engagent à la suite du Christ, connaissent les menaces de tout genre. Mon fils, prépare-toi à l’épreuve, nous dit l’Ecriture. Les apôtres ont été menacés pour les contraindre à ne plus prononcer le nom de Jésus devant personne. Et pourtant, ils ont été jusqu’au bout tout simplement en obéissant à Dieu. Aussi interrogent-ils leurs persécuteurs en ces termes : « est-il juste devant Dieu de vous écouter(obéir) plutôt que d’écouter (obéir) Dieu ? ». Sœur Pricette, je ne te fais pas peur en te disant que tu seras confrontée à la rude épreuve de l’obéissance à Dieu. Je préfère t’informer dès à présent au point que quand cela arrivera, tu ne sois guère troublée. N’aie pas peur de te compromettre pour l’Evangile au nom de l’obéissance. Tu vas vivre ta consécration à Dieu dans l’obéissance. Le regard de Dieu s’est posésur toi et Dieu lui-même murmure à l’oreille de ton cœur : « viens, ma fille suis-moi, choisis la meilleure part ». C’est pourquoi, je te recommande vivement d’écouter la voix du Seigneur et de lui obéir à travers l’écoute attentivede tes responsables. Sache que celui qui obéit dans le Seigneur ne se trompe jamais. Désormais, dans l’obéissance à Dieu, tu auras comme les apôtres à dire ce que tu as vu et entendu. Et j’ai envie de te demander : « dis-nous, sœur Pricette, qu’as-tu vu en chemin ? Qu’as-tu entendu ? » Et bien la réponse est là toute simple dans l’Evangile du jour (Mc 16, 9-15). Car tu me répondrascertainement comme Marie-Madeleine dans la séquence de Pâques : « J’ai vu le sépulcre du Christ vivant, du Christ ressuscité ». Oui, tu as vu le Christ ressuscité. Tu t’appelles Pricette et je voudrais bien à lalumière de l’Evangile du jour et de ta réponse ajouter Marie-Madeleine à la liste de tes noms. « Pourquoi ? » me demandera l’assemblée. Tout simplement parce que la mission confiée à Marie-Madeleine est celle qui est confiée aujourd’hui même à sœur Pricette. En effet, « Marie-Madeleine va annoncer la nouvelle [de la résurrection] à ceux qui, ayant vécu avec lui [Jésus] s’affligeaient et pleuraient ». Sœur Pricette, tu as la mission d’annoncer la Bonne Nouvelle à ceux qui pleurent et s’affligent. Je m’inspire de ce fait de votre règle de vie qui stipule que les sœurs de Présence et Vie choisissent d’être témoins et signes d’une vie heureuse pour le service de leurs frères et de leurs sœurs, spécialement les plus démunis (cf. RV §§63 et 66). Et votre fondatrice Marcelle Veyrac ne dit pas autre chose quand elle écrit : « L’Evangile a la puissance de faire de nous des saintes, des apôtres, des disciples que le monde d’aujourd’hui attend ». Et cet appel à la sainteté retentit de façon particulière en cette année du Jubilé de la miséricorde. C’est en effet dans la mise en pratique des œuvres de miséricorde que,tes sœurs et toi, vous annoncerez l’évangile dans tous les lieux de vie : travail, atelier, famille, rue, quartier, ces lieux qui, selon votre fondatrice Marcelle Veyrac, doivent devenir un sanctuaire de sainteté pour la joie de Dieu et notre bonheur. C’est à ce prix que tu mettras en pratique l’appel du Seigneur dans la finale de l’Evangile de ce jour : « Allez… proclamez l’Evangile ». Sœur Pricette, abandonne tes insatisfactions et de tes soucis personnels pour rejoindre les autres les affligés et les éplorés en leur annonçant le ressuscité, Celui qui est la joie de ta vie et la source du bonheur tel que le Père le propose à toute personne en quête de sa Présence. Le dialogue que nous aurons dans un instant montre que Dieu nous offre le prix de l’amour et de la vérité. « Que demandes-tu à Dieu et à son Eglise ? - La miséricorde de Dieu et la grâce de le servir l’institut Présence et Vie. » En demandant la miséricorde, tu as conscience de l’absolue priorité de l’amour de Dieu. Le Père et le Fils ne cessent de s’aimer d’un amour fécond en la personne de l’Esprit Saint. Les personnes trinitairest’invitent dans leur dialogue en t’offrant le pardon de tes péchés. En t’unissant à Jésus et en embrassant sa croix que tu vas recevoir dans quelques instants, tu acceptes d’être associée à son offrande qui fait jaillir la miséricorde sur le monde. Sois courageuse, avance, car même s’il y a des risques à suivre Jésus-Christ, il n’y a jamais de déception.

Ma prière et ma bénédiction t’accompagnent.

Mgr Aristide GONSALLO