jeudi 23 novembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)

samedi 21 octobre 2017
Le missionnaire n’est jamais seul et la (...)

lundi 16 octobre 2017
Le weekend des 07 et 08 octobre 2017 restera (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Autres articles > Homélie de Mgr Gnambo

Homélie de Mgr Gnambode à la fête de la Croix Glorieuse

Samedi 14 Septembre 2013

MESSE EN L’HONNEUR DE LA CROIX GLORIEUSE DU CHRIST

Au Sanctuaire de la Croix Glorieuse de Gbojè

Textes : Nombres 21, 4-9 et Jean 3, 13-17

Chers Pères concélébrants,

Chers religieux et religieuses,

Chers séminaristes,

Frères et sœurs, fils et filles bien aimés de Dieu,

Je dois vous dire, tout mon bonheur, de vous voir nombreux, ici dans ce sanctuaire, en ce jour où notre Eglise nous fait célébrer la Croix glorieuse de Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. Avec Maria-Tokpa, ce sanctuaire constitue un poumon spirituel pour notre vie de foi et notre marche, dans la fidélité au Christ Jésus. En nous invitant, dimanche dernier seulement, à prendre notre croix pour marcher à sa suite, si nous voulons être ses disciples, Jésus ne nous indique-t-il pas ainsi que la seule route qui conduise à la gloire de la Résurrection reste le chemin de la Croix ?

Oui ! Chers frères et sœurs, soyez les bienvenus ici. Ici où se dresse devant nous le signe de notre espérance du Royaume. Ensemble nous contemplons Jésus dont la Parole que nous venons d’entendre nous éclaire sur la conscience que Jésus-Christ a lui-même du sens de sa mission. Dans l’obéissance au Père, par amour pour Lui et pour nous, il est descendu dans notre humanité pour y vivre les souffrances d’une passion que lui a valu la faute des hommes. Ceci va le conduire jusqu’à la mort. Il y fait face, de façon responsable et volontaire, pour être celui par qui Dieu sauve tous les hommes. Le bois de la croix devient le signe du salut des hommes. « Notre fierté, c’est la Croix du Christ. Sauvés par Lui, nous vivons ressuscités. »

Chers confrères et chrétiens mes frères, En ce 14 Septembre 2013, nous célébrons le cinquante huitième (58ème) anniversaire de la création de notre diocèse. C’est un réel motif d’action de grâce, en ce lieu où nous découvrons le sens du véritable lien entre nos vies et celle du Christ, d’une part, entre notre Eglise diocésaine et le Christ, « Tête et Pasteur », d’autre part. Comme je l’ai écrit dans « La Grâce de Dieu », « ce lien réside dans la part de souffrance que chacun prend, en tant que disciple, pour sa sanctification et pour la Gloire de Dieu ». Je vous remercie tous et je félicite tous les efforts en cours pour que ce sanctuaire resplendisse de la clarté de la Croix du Christ. Que la grâce de sa lumière éclaire nos vies et nous protège de tout danger et de tout mal. Amen !

En ce lieu, aujourd’hui, nous remercions Dieu qui nous donne de consolider la marche de nos fils en route vers le sacerdoce de Jésus-Christ. Certains seront bientôt admis comme candidats officiels au sacerdoce, à travers le rite d’admission et le port de la soutane. Je les exhorte à prendre la juste mesure de l’importance de cette étape qui signe leur option pour une vie à la lumière du Christ : « L’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau », nous avertit Jésus. Aimez ce que vous devenez ! Aimez votre soutane. Elle vous distingue et grâce à elle, le Christ vous protège.

D’autres séminaristes, plus en avance dans leur marche, recevront la mission du service de la Parole et de l’Eucharistie. L’institution de ces services auxquels vous êtes appelés, chers abbés, vous établit dans une charge stable et vous renvoie à des responsabilités qui débordent le cadre des célébrations liturgiques. C’est ainsi que, par exemple, le lecteur est appelé à veiller à la préparation des autres fidèles qui, occasionnellement, doivent lire la Sainte Ecriture ; de même celui qui est institué acolyte doit-il, en plus de ses fonctions liturgiques, veiller à la préparation des autres fidèles qui seraient appelés à aider le prêtre ou le diacre dans la célébration ou à les remplacer dans la présidence de l’assemblée ou la visite des malades. Il est aussi responsable de la formation de ses frères et sœurs à la prière.

Chers fils, vous le remarquez, votre mission est grande, déjà, dans l’Eglise. Vivez-la, pleinement, comme service, c’est-à-dire comme des personnes qui aiment le Christ, présent dans son Eglise. C’est dans ce service que nous découvrons combien, Dieu, par nous, continue de sauver notre monde. Notre foi en Jésus Sauveur est la sève de ce service. C’est à travers nos personnes de serviteurs que la grâce de la Croix glorieuse sera accueillie par nos frères et sœurs. Convainquons-nous de ce qu’a dit notre Pape émérite Benoît XVI, en 2012, au sanctuaire de la Verna, en Italie : « La Croix glorieuse du Christ résume les souffrances du monde, mais elle est surtout le signe tangible de l’amour, mesure de la bonté de Dieu envers l’homme. Ce n’est qu’en se laissant illuminer par la lumière de Dieu que l’homme et la nature peuvent être rachetés, que la beauté peut finalement refléter la splendeur du visage du Christ, comme la lune reflète le soleil. En jaillissant de la Croix glorieuse, le sang du Crucifié recommence à vivifier les os desséchés de l’Adam qui est en nous, pour que chacun retrouve la joie de se mettre en marche vers la sainteté, de monter vers le Haut, vers Dieu. »

Chrétiens mes frères et sœurs, notre pèlerinage est aussi l’occasion annuelle que nous saisissons pour manifester notre affection particulière vis-à-vis de nos frères et sœurs malades, de nos frères et sœurs les pauvres, de nos frères et sœurs les prisonniers. C’est le sens du don que la Caritas nous invite annuellement à faire, en nature comme en espèce. En plaçant cette démarche communautaire sous le signe de cette fête, nous réaffirmons notre foi en Jésus mort pour nous sauver sur le bois de la croix. De malédiction la croix de Jésus est devenue signe de bénédiction parce qu’elle est le lieu de la Révélation et de la communication de l’Amour, un amour victorieux des plus grandes luttes dont celles de la faim et de la maladie ; un amour victorieux de l’échec apparent ; un amour victorieux des contradictions les plus profondes. Et pour cause, cet Amour nous réconcilie avec Dieu. Rendons grâce à Dieu notre Père par son Fils Jésus dont l’Esprit nous fait vivre comme témoins sur nos chemins de souffrances dans l’espérance de la victoire définitive de Dieu.

Qu’Il nous bénisse tous ! Amen !

Mgr Jean-Benoît GNAMBODE,

Administrateur Apostolique de Porto-Novo