mardi 27 juin 2017

COMMUNIQUE :

Pour redynamiser l’évangélisation des enfants par les enfants sur nos différentes paroisses, son Excellence Mgr Aristide GONSALLO, évêque de Porto-Novo, invite tous les mouvements d’enfants (MADEB, CHORALE DES ENFANTS, SAMUEL, ADS, SAINT ENFANT JESUS, SCOUT ENFANT, LECTEUR JUNIOR, LEGION DE MARIE JUNIOR etc…) à la 8ème édition des Journées Diocésaines de l’Enfance Missionnaire, les 27 et 28 Décembre 2016 sur la paroisse Saint Vincent de Tchaada.

Pour la réussite desdites journées et pour la participation massive de vos enfants, nous comptons, chers parents et chers Pères, sur votre aide et votre sensibilisation.

Le Coordonnateur diocésain de l’EM, Abbé Georges GAYET

Programme des dites journées

50 ans de la paroisse Sacré-Coeur :

En cette année Sainte de la Miséricorde, va se célébrer le jubilé d’or (50 ans) de création de la paroisse SACRE-CŒUR de Ouenlinda (Porto-Novo). A cet effet une grand-messe se célébrera le dimanche 05 Juin 2016 à 10H00, en la dite église. Elle sera présidée par son excellence, Mgr Aristide GONSALLO, évêque de Porto-Novo.

Le reste du programme des manifestations

Concert de la Ressurection : 2016 :

Sous le parrainage de son Excellence Mgr Aristide GONSALLO, évêque de Porto-Novo, l’Aumônerie diocésaine des chorales des jeunes et la Coordination des chorales des jeunes de Porto-Novo

vous invitent à la 6ème édition du CONCERT DE LA RÉSURRECTION.

- Date : dimanches de Pâques, 27 mars 2016
- Heure : 16H00
- Lieu : Stade Charles de Gaulle de Porto-Novo
- Entrée : libre et gratuite

Ce sont plus d’une quinzaine de chorales qui se succèderont.

MERCI DE LES SOUTENIR



A c t u a l i t é s
jeudi 15 juin 2017
Et consultations plus large pour les futurs (...)

dimanche 4 juin 2017
Se conclut aujourd’hui le temps de Pâques, (...)

mardi 30 mai 2017
C’est ce mardi de la 7ème semaine du temps de (...)

lundi 22 mai 2017
Le pape François présidera un consistoire pour (...)


En vrac !
mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)

mardi 20 décembre 2016
Frères et sœurs en Christ, L’annonce à Zacharie (...)

mardi 20 décembre 2016
Frères et sœurs en Christ, Fils et filles (...)

jeudi 15 décembre 2016
Émerveillement pour tout ce que Dieu accomplit (...)

vendredi 9 décembre 2016
Frères et sœurs en Christ, En ce temps de (...)

mercredi 7 décembre 2016
Ni hypocrites ni rigides, ayant le sens de la (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Actualités > Interview à Mgr (...)

Interview à Mgr François GNOHOSSOU

A la veille de l’ordination épiscopale de Mgr François GNONHOSSOU, nous nous sommes rapprochés de lui. Volontiers, il s’est confié.

1. Après le service de l’Eglise au Nigéria, au Canada… et à Rome, vous êtes envoyé au pays pour la même mission. Vos sentiments ?

+ Mgr François GNONHOSSOU : Tout d’abord, c’est un sentiment d’action de grâce et d’humilité envers de Dieu et de reconnaissance envers toute l’Église du Bénin et en particulier à l’égard de l’Église Famille de Dieu qui est dans le diocèse de Dassa-Zoumè.

Aux premiers abords, l’annonce de la nouvelle m’avait saisi de frayeur, car à vrai dire, être appelé à une si grande et noble responsabilité au service de l’Église dépasse toute capacité humaine. Je me suis senti tout petit pour porter cette grande charge pastorale. Je pense que personne ne peut se prévaloir d’être digne de l’épiscopat. Mais petit à petit la nouvelle a commencé par prendre corps en moi, et je réalise qu’avec la grâce de Dieu, et le soutien de toute l’Église du Bénin et notamment du diocèse de Dassa-Zoumè en prière, le défi sera possible à relever car rien n’est impossible à ceux que Dieu a choisis pour faire sa volonté.

2. Votre séjour hors du pays vous y a-t-il préparé ?

+ Mgr François GNONHOSSOU : Les réalités socio politiques, économiques et ecclésiales ne sont pas les mêmes dans les pays où j’ai été en mission au service de l’Église, mais au-delà de tout, le contenu de la Bonne Nouvelle reste le même et la vision de l’Église Catholique reste la même et s’adapte aux réalités partout où l’Église s’implante. Je me réjouis du faite que partout où je suis passé les gens ont vu et apprécié mon identité sacerdotale et les services que j’ai rendus au nom de l’Église. Certes mon statut de prêtre missionnaire enrichi par le contact d’autres cultures sera un atout dans mon approche pastorale.

3. Quelle est votre devise ? Expliquez-nous un peu vos armoiries : éléments constitutifs….

+ Mgr François GNONHOSSOU : Elles sont composées de quatre symboles fondateurs de ma foi au cœur de l’Église.

- 1. La Bible ouverte, Parole de Dieu qui nourrit notre foi. Elle est la source où nous devons puiser la sagesse qui nous aide à faire la volonté de Dieu.

- 2. Le Calice et l’Hostie, symboles de l’Eucharistie qui nourrit notre foi et nous unit à Jésus, source de la vie Éternelle.

JPEG - 20.9 ko
Mgr François GNONHOSSOU

- 3. La Colombe en vol inondant la Bible et l’Hostie de ses rayons  : c’est par et dans l’Esprit-Saint que nous accueillons la parole de Dieu et communions au corps du Christ.

- 4. Les trois collines sont un symbole de solidité dans la foi en la Trinité, que Jésus et Marie nous aident à découvrir et aimer.Ce symbole traduit ma dévotion inconditionnelle à l’Eucharistie, Corps du Christ et à Marie. Désormais c’est sur les saintes collines de Dassa-Zoumè, que se fera ma dévotion à l’Eucharistie et à Marie.

- 5. Les couleurs sont celles du drapeau béninois, signes de mon identité à la nation béninoise qui accueille l’Église et la Bonne Nouvelle. Le Vert : l’espoir, le Rouge : le courage des ancêtres et le jaune : conserver la puissance du pays par le travail et la fraternité. Le tout se résume par la devise : « SERVIR LE SEIGNEUR AU MILIEU DE SON PEUPLE. » (1 ROIS 3, 8)

4. Vous recevez la consécration épiscopale et prenez la charge du diocèse de Dassa-Zoumè à un moment critique de la vie sociopolitique de notre pays : deux élections en vue (législatives et municipales) et une 3ème (présidentielle) pour dans un an. Quelle part active l’Eglise doit-elle prendre pour que tout se déroule selon les règles de l’art ?

+ Mgr François GNONHOSSOU : Serviteurs de Dieu, nous sommes appelés à être des porteurs d’espoir, des veilleurs de conscience des peuples avec lesquels nous travaillons. Pour ce faire il faudrait que nous-mêmes nous nous laissions éclairés par la lumière du Saint Esprit. Que notre vie soit exemplaire reflétant l’image du Christ Serviteur à travers la Bonne Nouvelle. Nous ne pouvons donner que ce que nous avons.

Un peuple vaillant, travailleur, priant, créateur de richesse fait naître une église à son image. Le peuple béninois dans un passé récent était reconnu comme un vaillant peuple avec un clergé sérieux, et courageux, un épiscopat fort, uni et respecté dans la sous région ouest africaine. Aujourd’hui, avec toute proportion gardée on peut dire que la donne a quelque peu changé.

Le Bénin comme tout peuple qui grandit est entrain de traverser un moment difficile sur le plan économique, social, politique et religieux. La situation n’est pas si alarmante pour nous verser dans le pessimisme sans issue. Le peuple béninois est reconnu pour sa capacité à transcender les moments difficiles. Il sait au moment venu trouver des solutions adéquates ou même surprenantes à ses problèmes. Le clergé béninois à besoin de se ressaisir pour redonner espoir au peuple qui lui a toujours fait confiance, le respecte et accueille son message d’invitation à la foi en Dieu à l’unité fraternelle et au travail.

Mon plan pastoral avant et après tout s’inscrit dans la même visée de celle de la Conférence Épiscopale du Bénin et en particulier aux besoins du peuple de Dassa-Zoumè.

J’hérite d’un diocèse qui regorge d’énormes richesses humaines et naturelles pour satisfaire ses besoins. Nous allons patiemment, intelligemment, méthodiquement, sagement et courageusement ensemble explorer nos ressources que nous allons valoriser et faire fructifier pour le bien de tous, je dis bien pour le bien de tous.

En réponse aux points que vous soulignez, je crois que nous devons toujours être vigilent et faire confiance à Dieu, tout en sachant que la prière seule ne suffit pas pour trouver la solution appropriée à nos problèmes. Il revient à chaque béninois et béninoise d’être patriotiquement responsable et travailler pour le bien commun de notre patrie.

5. Quel message particulier avez-vous à adresser au fidèles de Dassa-Zoumè (Clergé, consacré(e)s, jeunes, familles) ?

+ Mgr François GNONHOSSOU : Un évêque ne peut faire grand chose sans la collaboration de son clergé, l’engagement franc des agents pastoraux dans son diocèse et la participation effective des fidèles à la réalisation des projets et plan pastoraux du diocèse. Nous sommes tous : évêque, prêtres, religieux et religieuses, et tous les fidèles, appelés à unir nos efforts et savoir-faire pour relever les défis qui sont les nôtres.

Les prêtres, les religieux et religieuses et tous les fidèles laïcs doivent s’unir autour de leur évêque, c’est dire former une union sacrée en mettant en commun les richesses et les talents des uns et des autres pour bâtir un idéal commun dans le diocèse.

+ François G. GNONHOSSOU

Propos recueillis par V. Frumence