vendredi 22 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Autres articles > VISITE DU PAPE (...) > JOURNEE DU 19 NOVEMB

JOURNEE DU 19 NOVEMBRE AU BENIN

La deuxième journée du saint Père pour son second voyage apostolique en terre africaine a été marquée de 4 points essentiels : la signature de l’exhortation apostolique post-synodale Africae munus, et la visite au grand séminaire saint Gall à Ouidah, la rencontre des enfants orphelins du foyer Paix et joie tenu par les missionnaires de la Charité, et la rencontre avec les forces vives de la nation au palais présidentielle à Cotonou.

S’il y a un événement de taille qui doit marquer la visite du pape et qui dépasse les frontières du Bénin et même celles du continent africain, c’est bien la signature de l’exhortation post-synodale Africæ munus. C’est la conclusion et le fruit du 2nd synode pour l’Afrique qui s’est déroulé à Rome en octobre 2009. Mais mieux encore, c’est la feuille de route pour l’évangélisation, la nouvelle évangélisation en Afrique, Madagascar et les îles pour les décennies à venir. Et c’est surtout pour cette raison que les 35 conférences épiscopales et les 7 conférences régionales ont été invitées au Bénin pour cette 2nde visite de Benoit XVI en Afrique. Le document a été paraphé par le souverain pontife dans la basilique mineure dédiée à la Vierge, Notre Dame de l’Immaculée Conception à Ouidah, petite ville côtière située à 40 km de Cotonou. C’est aussi à Ouidah que se trouve le Grand séminaire Saint Gall fondé en 1914 par les Pères SMA.

Avant de se rendre à la Basilique de Ouidah pour parapher le document post-synodal, sa Sainteté est allé au grand séminaire Saint Gall de Ouidah pour s’incliner sur la tombe de son « frère d’arme » le cardinal Gantin. C’est là qu’il a donné rendez-vous au prêtres, religieux et religieuses, novices et séminaristes et une foule de laïcs…

Voici le témoignage qu’il a fait du feu cardinal dans l’avion qui l’amenait à Cotonou le vendredi 18 novembre : "J’ai vu le cardinal Gantin pour la première fois à mon ordination comme archevêque de Munich en 1977. Il était venu parce que l’un de ses étudiants était un de mes disciples (Cet étudiant était le Père Adoukonou Barhélémy, aujourd’hui évêque et secrétaire du Conseil Pontifical pour la Culture : Note du rédacteur) ainsi, idéalement, il existait déjà entre nous une amitiés, sans que nous ne nous soyons vus. En ce jour important de mon ordination épiscopale, c’était très beau pour moi de rencontrer ce jeune évêque africain rempli de foi, rempli de joie et de courage. Ensuite, nous avons énormément travaillé ensemble, surtout lorsqu’il était le préfet de la Congrégation pour les évêques et puis dans le Collège des cardinaux. Je me suis toujours émerveillé de son intelligence profonde et pratique, de son sens du discernement pour ne pas succomber à des belles phrases idéologiques mais comprendre ce qui est essentiel et ce qui n’a pas de sens. Il avait également un vrai sens de l’humour qui était magnifique. Par-dessus tout, c’était un homme de foi et de prière profondes. Tout cela faisait du cardinal Gantin non seulement un ami, mais un exemple. C’était un grand évêque catholique africain, et je suis vraiment heureux de pouvoir prier sur sa tombe et sentir sa proximité, sa grande foi, qui en fera toujours pour moi un exemple et un ami."

Dans l’après-midi de ce même jour du 19 novembre 2011, Benoît XVI a rencontré des enfants orphelins au foyer « Paix et joie » des missionnaires de la charité. C’est à la paroisse sainte Rita à Cotonou. Après avoir dit le Pater noster et l’Ave Maria avec eux et béni ces innocentes âmes, le Pape a été encadré par les enfants, puis conduit en procession à l’église de la paroisse pour des échanges de messages. Les enfants habillés aux couleurs du Vatican et de la Vierge Marie rivalisent d’ardeur dans les chants et slogans à la vue du Pape. Il était difficile de les ramener au calme, au silence et le tout dans un décor festif. C’est à Mgr René Marie Ehouzou, évêque de Porto-Novo et président du Commission épiscopale chargée de l’action social (Caritas) qu’est revenu le devoir et l’honneur d’introduire le message des enfants au Saint Père en l’invitant à les écouter.

Dans leur adresse au pape présentée par leur représentante, les enfants expriment leur joie d’être reçu par le Saint Père, signe d’une considération de sa sainteté à leur égard. Et pour matérialiser leur amour au Pape, les enfants lui offrent un tableau-souvenir. Sensible à leur message, le Pape les a invités à aimer aller rencontrer Jésus présent au tabernacle et à prier le rosaire en récitant au quotidien le chapelet. Il les a aussi exhortés à inviter les parents à prier avec eux. Après ce parcours de combattant, le saint a eu à rencontrer à la nonciature apostolique les évêques du Bénin pour des échanges.

Signalons que c’est par le palais présidentiel à Cotonou que sa Sainteté a commencé la journée du samedi. Il y a rencontré les forces vives de la nation, puis il a rendu une visite de courtoisie au président Thomas Yayi Boni avant de se mettre en route pour Ouidah.

Tout le long du parcours ce sont des foules immenses, qui bravant la canicule estivale ce massent de part et d’autres de la voie pour voir, saluer et ovationner le pape au passage.

Père V. Frumence