dimanche 22 octobre 2017



A c t u a l i t é s
samedi 21 octobre 2017
Le missionnaire n’est jamais seul et la (...)

lundi 16 octobre 2017
Le weekend des 07 et 08 octobre 2017 restera (...)

mardi 26 septembre 2017
Créée en 1932, la communauté catholique de Zian, (...)

jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)


En vrac !
mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > JOUR DU SEIGNEUR > 24 JUILLET 2011 (...)

24 JUILLET 2011 : 17ème DIMANCHE ORDINAIRE ANNEE A.

Cherchons, sous la conduite de Jésus-Christ, la perle précieuse et le trésor caché et abandonnons tout pour acquérir avec joie la vie qu’il nous donne.

  • 1R3,5.7-12
  • Rm8,28-30
  • Mt13,44-52

    Le chrétien est un croyant qui vit du Christ et pour le Christ (cf. Ga2, 20). Il juge toutes choses à sa lumière ; pour se laisser saisir par lui, il renonce à tout le reste (Ph3, 12-14), n’épargnant aucun effort, aucun sacrifice. Cet attachement profond ne va peut-être pas le transformer beaucoup aux yeux des autres. Il continuera à vivre sa vie de tous les jours, à assumer ses responsabilités quotidiennes, à se débattre avec ses défauts, mais habité par une passion nouvelle qui, d’une certaine manière, en fera un autre homme. Il a trouvé sa raison de vivre. Voilà brièvement ce à quoi la liturgie de ce jour voudrait ouvrir nos esprits.

Le 1er livre des Rois, en 1ère lecture, nous présente le roi Salomon qui ne demande à Dieu ni longue vie, ni richesse, ni puissance, mais la sagesse qui lui permettra de gouverner son peuple dans une parfaite dépendance à l’égard du Seigneur, et une totale fidélité à son projet de salut.

Et pour soutenir notre espérance, Paul rappelle tout ce que Dieu a déjà fait pour nous et retrace les étapes du plan divin à notre endroit. Elles s’enchaînent l’une à l’autre : prescience, prédestination, appel, justification, glorification.

Tout devient plus clair pour notre appel au salut dans le témoignage concret que le Christ veut nous faire vivre. Après la parabole de l’ivraie sur la discrimination des bons et des méchants, avant celle du filet qui met l’accent uniquement sur la condamnation de ces derniers, l’évangéliste illustre par deux brèves paraboles la conduite requise des bons. C’est dans la joie de l’espérance et non dans la crainte du châtiment qu’ils se détacheront de tout pour acquérir le royaume. Quiconque découvre le royaume dans les paroles de Jésus, celui-là connaîtra un enthousiasme qui le rendra capable de sacrifier ses anciennes sécurités : telle fut l’expérience de Saint Paul, tel est l’appel adressé en vain au jeune homme riche. Car chacun se verra juger selon le choix qu’il aura fait en connaissance de cause, comme le suggère la parabole du filet. Il y a un temps pour pêcher et un temps pour trier. Aussi le disciple doit-il supporter qu’aujourd’hui le mal se mêle au bien dans le royaume et faire confiance à Dieu qui opérera le tri. Celui qui a entendu « les choses cachées depuis la fondation du monde » et a reçu la grâce de découvrir la perle et le trésor, celui-là serait inexcusable de ne point agir en conséquence. « Celui qui a des oreilles, qu’il entende. »

Sachons donc tirer du trésor qu’est la parole de Dieu, du neuf et de l’ancien. Que Dieu nous en donne la grâce.

Père Apollinaire DAH-HLOHOUNNON Vicaire à Avrankou.