vendredi 19 janvier 2018



A c t u a l i t é s
vendredi 19 janvier 2018
Du mercredi 24 au vendredi 26 Janvier 2018, (...)

mercredi 17 janvier 2018
Texte intégral de l’homélie de Mgr Aristide (...)

samedi 30 décembre 2017
En 2017, vingt-trois missionnaires catholiques

mardi 5 décembre 2017
C’est au sanctuaire marial à Dassa que la (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Autres articles > L’ARCHEVEQUE ET (...)

L’ARCHEVEQUE ET LE PALLIUM

Le mercredi 29 juin 2011, en la solennité des Apôtres Pierre et Paul, le Pape Benoît XVI a donné le pallium à l’archevêque de Cotonou, qui est un évêque métropolitain. Nous profitons de cette occasion pour explique ce qu’est un métropolitain et le sens du pallium.

Le terme métropolitain évoque en nous l’idée d’une métropole. Celle-ci est communément la grande ville dans un pays ou une grande puissance ayant des colonies. Ainsi par exemple quand les habitants de l’Île de la Réunion veulent parler de la France aujourd’hui, ils l’appellent la Métropole. Aller en métropole signifie pour eux, aller en France.

En droit canonique, le métropolitain est l’évêque du diocèse qui est à la tête d’une province ecclésiastique. Les diocèses de la province sont dits suffragants. Le métropolitain porte le titre d’archevêque. Selon le canon 435, la charge du métropolitain n’est pas élective ou variable mais elle est liée à un siège épiscopal déterminé ou approuvé par le Pape. Le Bénin a deux sièges métropolitains : les archidiocèses de Cotonou et de Parakou.

Pendant des siècles, le pouvoir du métropolitain a été très ample. Mais dans la législation actuelle, il a une compétence de vigilance et de suppléance pour garantir le bon fonctionnement des diocèses suffragants. Cependant il ne peut directement intervenir dans leur gouvernement interne. Il lui appartient de veiller à ce que la foi et la discipline ecclésiastique soient observées soigneusement ; d’effectuer la visite canonique si le suffragant la néglige avec l’accord préalable du Saint Siège ; de nommer l’administrateur diocésain si celui-ci n’a pas été élu conformément aux dispositions du droit (cc. 436 ; 421 § 2 ; 425 § 1). Ses autres attributions sont de caractère judiciaire et liturgique : le diocèse d’appel des diocèses suffragants est le tribunal du siège métropolitain (c. 1438).

Le métropolitain peut célébrer les fonctions sacrées dans tous les diocèses suffragants, après avoir averti l’évêque diocésain s’il s’agit d’une Cathédrale. Le signe du pouvoir du métropolitain est le pallium.

JPEG - 4.9 ko
Le Pallium de l’archevêque

Il s’agit d’un vêtement à col circulaire semi-rigide, tissé de laine blanche d’agneaux porté autour des épaules (sur la chasuble), avec deux pendants, l’un sur la poitrine et l’autre sur le dos, orné de six croix et des franges noires. Le port du pallium symbolise un lien personnel et institutionnel avec le pape.

Selon le canon 437, le Métropolitain est tenu par l’obligation, dans les trois mois à partir de la consécration épiscopale, ou s’il a été déjà consacré, à partir de la provision canonique, de demander lui-même ou par procureur au Pontife Romain le pallium. Il peut porter le pallium selon les lois liturgiques, dans toute église de la province ecclésiastique qu’il préside, mais absolument pas hors de celle-ci, même pas avec l’autorisation de l’Évêque diocésain. Si le Métropolitain est transféré à un autre siège métropolitain, il a besoin d’un nouveau pallium.

Notre prière se fait fervente pour Mgr Antoine GANYE, Archevêque de Cotonou qui a reçu à Rome le pallium des mains de sa Sainteté le pape Benoît XVI, le mercredi 29 juin 2011, en la solennité des bienheureux Apôtre Pierre et Paul. Nous portons aussi dans nos prières Mgr Pascal N’KOUE, administrateur apostolique du diocèse de Natitingou et Archevêque de Parakou. Tous deux représentent pour l’Eglise de notre pays de grandes figures, à cause des fonctions qui sont les leurs comme évêques diocésains et comme métropolitains.

Notre Eglise locale doit revaloriser le rôle de ses deux sièges métropolitains pour qu’ils soient effectivement au service de la foi et de la discipline ecclésiastique, deux aspects de l’Eglise qui semblent se ternir aujourd’hui.

Plusieurs demandent encore après la mort du Cardinal Bernardin GANTIN : "Quand notre Eglise locale aura-t-elle un autre Cardinal ?". Certains disent même que la visite du Pape au Bénin nous apportera le nom de ce nouveau cardinal béninois. Il est permis de rêver grand, dans la foi en l’Eglise. Mais il faut être réaliste, car la visite pastorale au Bénin n’est pas l’officialisation de la nomination d’un nouveau Cardinal. Le Bénin ne dispose d’ailleurs d’aucun siège cardinalice. Certes, rien n’est impossible à Dieu. Mais la chose qui importe et compte est que tous les fidèles béninois vivent pleinement leur foi en Dieu, en l’Eglise, en ses pasteurs et témoigne de la charité envers le frère pour vivre dans l’espérance de la vie bienheureuse.

Père Jacques Mahougnon AGOSSOU

Canoniste