jeudi 14 décembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 5 décembre 2017
C’est au sanctuaire marial à Dassa que la (...)

mercredi 29 novembre 2017
« Rendez grâce au Seigneur, éternel est son (...)

mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Actualités > L’EGLISE DU BENIN

L’EGLISE DU BENIN REND LES DERNIERS HOMMAGES AU PERE DAGNON GILBERT.

Cette terre de Ouidah qui l’a accueilli il y a 87 ans la reçoit en ses entrailles ce 21 juin dans l’espérance de la résurrection des morts. Tout est parti de la paroisse saint Jean Baptiste à Cotonou. Après messes, veillées de prière succédant les unes aux autres depuis le transfert de la dépouille mortelle du père Dagnon Gilbert en cette église le soir du 20 juin. C’est en effet là qu’il pris sa "retraite sacerdotale" en 2005.

La messe de requiem présidée par l’archevêque de Cotonou, Mgr Antoine Ganyé, entouré de ses compères évêques, a connu la participation d’une foule de prêtres et d’une multitude de religieux et religieuses, les autorités politico-administratives aux plus hauts niveaux. Le jeu en valait bien la chandelle. L’auteur et le géniteur de l’AUBE NOUVELLE, l’hymne national de tout un pays, un homme pluri-dimensionnel qui s’est donné et qui a tout donné par amour pour Dieu, pour le pays et pour l’homme.

Dans l’homélie qu’a prononcée Mgr Paul Vieira, évêque de Djougou, il peint et dépeint l’homme, le chrétien, le patriote-citoyen, le prêtre, le professeur, le musicien, et l’artiste, le mystique, le médecin des âmes, le directeur national des OPM, le curé de paroisse, le père spirituel et fondateur de 2 instituts (Les frères de Jésus et les fille de Padre Pio), le malade, l’amoureux de Jésus et de la croix, l’ami de la Vierge et des saints surtout sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et Saint Pio, l’humble serviteur,etc.

La nation aussi l’a décoré, malgré les multiples décorations qu’il a déjà reçues de son vivant. Midi sonnait quand le cortège funèbre s’est ébranlé de la paroisse saint Jean Baptiste de Cotonou pour le grand séminaire Saint Gall de Ouidah. Une dernière absoute dans la chapelle du séminaire, et ce fut l’inhumation au cimetière du dit séminaire, au milieu de nombreux autres prêtres.

L’alléluia d’une vie prend fin là, dans ce cimetière. Non, elle commence plutôt là pour se déployer dans l’océan de la vie divine reçue au baptême et entretenue durant toute l’existence terrestre.

V. Frumence