jeudi 23 novembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)

samedi 21 octobre 2017
Le missionnaire n’est jamais seul et la (...)

lundi 16 octobre 2017
Le weekend des 07 et 08 octobre 2017 restera (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Autres articles > L’EPREUVE DU JUSTE

L’EPREUVE DU JUSTE

Nous fêtons Saint Joseph le 19 mars. Profitons-en pour mieux connaitre l’homme. Saint Bernard nous servira de guide.

L’épreuve de Joseph.

Pourquoi voulut-il la renvoyer ? Écoutez, ici encore, non pas mon sentiment, mais celui des Pères.

Joseph voulut renvoyer Marie pour la même raison qu’invoquait Pierre pour éloigner le Seigneur : Retire-toi de moi, Seigneur, parce que je suis un pécheur (Lc 5,8), comme aussi le centurion pour l’écarter de sa maison : Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit (Mt 8,8).

Ainsi en était-il de Joseph qui, se jugeant, lui aussi, indigne et pécheur, se disait : « Elle est si parfaite, si sainte que je ne dois pas plus longtemps partager son intimité ; sa dignité étonnante me dépasse et m’effraie. » Sous l’empire d’une crainte religieuse il la voyait porter le signe certain d’une présence divine et, ne pouvant en pénétrer le mystère, il voulait la renvoyer.

Pierre, lui, fut saisi de crainte devant la grandeur de la puissance, le centurion devant la majesté de la présence. Quant à Joseph, une frayeur bien naturelle s’empara de lui et, devant la profondeur de ce mystère, il voulut en secret la renvoyer. Peux-tu être surpris si Joseph se jugeait indigne de vivre en commun avec la Vierge, quand tu entends que sainte Élisabeth, elle aussi, ne put supporter sa présence qu’avec crainte et respect ? Voici ses paroles : Comment m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne chez moi ? (Lc 1,43).

Voilà donc pourquoi Joseph voulut la renvoyer. Mais pourquoi en secret et non au grand jour ? Pour éviter toute enquête sur le motif de la séparation, ce qui exigeait d’en rendre compte.

S’il avait dit son sentiment et la preuve qu’il s’était faite de la pureté de Marie, les gens ne l’auraient-ils pas tourné en dérision et n’auraient-ils pas lapidé Marie ? Comment auraient-ils cru en la Vérité encore muette au sein maternel ? Que n’auraient-ils pas fait au Christ encore invisible ? C’est donc avec raison que cet homme juste, pour n’être pas réduit à mentir ou à exposer au blâme une innocente, voulait en secret renvoyer Marie.

Saint Bernard de Clairvaux Extrait de la deuxième homélie "super missus"