jeudi 21 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Actualités > LA FÊTE DE LA CROIX

LA FÊTE DE LA CROIX GLORIEUSE A PORTO-NOVO : HOMELIE DE Mgr René-Marie EHOUZOU

A la fête de la Croix Glorieuse, au sanctuaire de Gbodjè, Son Excellence Monseigneur René-Marie EHOUZOU, Evêque de Porto-Novo, s’adresse à son troupeau.

« Notre victoire est dans la Croix »

1ère Lecture : Nb 21, 4b-9

2ème Lecture : Ph 2, 6-11

Evangile : Jn 3, 13-17

Chers Pères Concélébrants,

Chers Diacres,

Chères Sœurs Religieuses,

Chers Amis,

Si Maria Tokpa rassemble les fils et filles de ce Diocèse au pied de la Vierge Marie, nous somme réunis en ce lieu ce matin, où nous venons vénérer la Croix glorieuse du Christ. La vénération de la Croix, si on la considère avec raison comme méditation de la Passion de Jésus, revêt une splendeur nouvelle quand avec l’Evangile de Saint Jean, elle met en évidence, la gloire, la « royauté » du Crucifié. Toute la tradition chrétienne exalte l’aspect glorieux de la Croix avec cette hymne bien connue et qui figure dans notre Prière du temps présent : « Les étendards du roi s’avancent, le mystère de la Croix resplendit … Ô Bel arbre resplendissant, paré de la pourpre royale, seul arbre jugé digne de porter les membres de saints … » C’est le premier signe du salut, le premier signe de gloire qui nous marque pour nous configurer au Christ, pour nous introduire dans l’Eglise et nous rappelle la condition essentielle de la vie chrétienne des fidèles-évêques, des fidèles-prêtres, des fidèles-laïcs : « si quelqu’un veut être mon disciple, qu’il se renonce, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. Celui qui veut sauver sa vie la perdra, et celui qui la perd, la sauvera. »

Par la Croix, où le Christ a donné sa vie, il s’est anéanti pour devenir notre vie, notre vérité, notre victoire. Le monde où nous sommes ne peut comprendre cette réalité, ce mystère. Il n’y voit que faiblesse et scandale. Mais nous, nous y apprenons le mystère où Dieu nous ouvre son cœur, le mystère où Dieu déploie sa miséricorde, le mystère où son Amour triomphe du mal et du péché. Son Amour est fidèle. A ce signe, nous vaincrons ; en Lui, Dieu a arrêté le mal qui déferlait sur le monde, pour y répandre son Amour et son Esprit.

Comment ne pas célébrer en cette année jubilaire de l’évangélisation de notre pays par les SMA, ce mystère sublime pour y contempler de nouveau, l’amour du cœur de notre Dieu ? Et si nous le faisons, c’est pour que la Victoire du Christ dépouille nos cœurs du péché et de toute infidélité à Dieu. Implorons les effets de cette victoire sur nos familles. La Croix Victorieuse et le Précieux Sang de Jésus chasseront tout ce qui divise les familles et les empêche de vivre dans la concorde, le pardon, la réconciliation et la paix. Ne célébrons pas la victoire de la Croix seulement ici, au Centre de Pèlerinage, mais par la foi où nous nous accueillons, répandons la confiance miséricordieuse du Seigneur qui supplie pour nous : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. »

La victoire de la Croix se traduit dans la finalité de l’évangile dans les familles et dans les cœurs. Elle nous invite ici et maintenant à triompher de la haine, de la rancune. Cette victoire doit être accueillie dans nos associations, nos chorales, nos communautés où nous n’arrivons pas à surmonter les difficultés de relation, où nous ne trouvons pas encore l’opportunité de communication non violente.

La victoire de la Croix est notre Paix : le Christ n’est-il pas notre Paix par la vérité, le pardon et la réconciliation ? N’allons pas objecter : la Croix est victorieuse, mais cela ne se voit pas. Les dictateurs, les méchants semblent détenir les clés de tout en leurs mains. Si la Croix victorieuse est notre sagesse, comment nous aide-t-elle dans les événements de chaque jour à accomplir et à découvrir la volonté de Dieu. Bien de violences provoquent nos propres violences. Et nous avons envie de nous justifier : le Royaume des Cieux souffre violence et ce sont les violents qui s’en emparent : seulement Jean-Baptiste d’abord et le Christ ensuite, nous engage dans la vraie victoire où celui qu’on immole éclaire et appelle au salut et à la justice celui qui l’immole : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. » lance Jésus du haut de sa croix.

La Croix victorieuse où pend celui qui est dépouillé de tout est le miroir qui laisse découvrir le visage du Christ en tous ceux qui souffrent, dans les malheureux, les laissés pour compte. Comme chaque année, nous apporterons les dons de nos communautés, en hommage au Christ crucifié et glorieux. Ils serviront à venir au secours des nécessiteux. Que ce soit de véritables expressions de notre générosité. Que ce ne soient pas des apports de routine. Imitons la générosité de notre Seigneur Jésus-Christ, qui par son incarnation et sa Croix, de riche qu’il était, s’est fait pauvre pour nous enrichir de sa pauvreté. Nous pourrions prendre de nouvelles initiatives pour manifester la victoire de la Croix sur nos misères, sa générosité et sa fécondité dans nos vies. La victoire de la Croix du Christ se manifeste chaque fois qu’une main secourable vient au secours des enfants abandonnés sur les tat d’ordures et récupérés dans nos pouponnières. La victoire de la Croix du Christ se manifeste quand des cœurs généreux se penchent sur des personnes âgées pour se mettre à leur service. Je pense ici aux Petites Sœurs des Pauvres de Tokan qui sont là ce matin au milieu de nous.

La victoire de la Croix du Christ doit se manifester en chaque âme consacrée, prêtres ou religieuses qui vont à la rencontre des pauvres et des malheureux. Aussi voudrais-je vous inviter tous à travers vos offrandes et dons pour les pauvres, à signifier cette victoire de la Croix du Christ. Même les tout jeunes prêtres, qui ont célébré ici même leur messe d’action de grâce feront leur offrande pour dire au Seigneur ce qui était la conviction du tout premier prêtre de notre pays inhumé le 15 août dernier à la Cathédrale. En se dépouillant de tout son avoir pour les autres, il disait : « La Providence ne m’a jamais fait défaut ! »

La Croix glorieuse a tellement marqué et signé sa vie qu’il s’imposait une austérité joyeuse. Il avait compris, et il importe que nous le comprenions avec lui. La Croix glorieuse est le couronnement de la Parole du Ps 40 que Jésus disait en entrant dans le monde : « Tu n’as voulu ni holocauste, ni victime, mais tu m’as façonné un corps, alors je viens pour faire ta volonté » (Heb 10 …) Sur la Croix, cette parole s’est totalement accomplie pour notre salut, à la gloire du Père dans les mains de qui le Vainqueur rend son Esprit pour qu’il soit répandu sur nous. Que la Croix glorieuse nous obtienne donc une nouvelle Pentecôte pour la fécondité de l’évangélisation, de la catéchèse et de toutes les activités pastorales de nos paroisses. Les énergies que nous déployons, les sacrifices que nous consentons participent à la gloire de la Croix. Et cette même gloire nous met à notre place de serviteurs et d’amis avec qui Jésus partage ce qu’il a reçu de son Père. Même si tous les fidèles contribuent et doivent contribuer par leur vie de foi, d’espérance et de charité et leur apostolat à la splendeur de la Croix qui nous sauve, les prêtres configurés au Christ-Tête, qui concélèbrent in persona Christi (dans la Personne du Christ) y sont tenus ex officio, par leur ministère même. Qu’ils contemplent donc la Croix du Christ pour y puiser sagesse et amour débordant pour le service de Dieu et des hommes. Avec l’évangélisation, la disponibilité à écouter le Christ dans les malheureux qui frappent à leur porte, qu’ils deviennent le miroir où le Christ est à l’œuvre pour le bien des hommes. La Croix glorieuse est le signe de la mission. C’est elle que l’évêque remet aux missionnaires envoyés sur d’autres contrées : Que dans votre voix résonne celle du Christ afin que ceux qui vous écoutent soient amenés à obéir à l’Evangile.

Que cette fête relance et redynamise l’œuvre de l’évangélisation dans notre diocèse avec notre reconnaissance pour les 14 nouveaux prêtres que nous avons accueillis le 15 août dernier. Qu’elle produise beaucoup de fruits de saintes familles, de saints laïcs, de saints religieux, de saintes religieuses et de saints prêtres. Que la Croix du Christ soit notre unique orgueil et notre espérance par l’intercession de Marie, Notre dame de la Compassion.

Amen !