lundi 25 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Actualités > LA FORNICATION

LA FORNICATION

Beaucoup de jeunes, pendant les vacances se livrent allègrement au rapport sexuel, un acte exclusif réservé au mariage.

Bientôt les vacances, où plusieurs jeunes, débarrassés de toutes contraintes académiques, chercheront beaucoup plus à exprimer leur ‘’liberté sexuelle’’ surtout à travers la fornication. Encore un peu de temps et la courbe de l’avortement atteindra son point culminant.

En effet, la fornication est l’union charnelle en dehors du mariage entre un homme et une femme libre. Avec la révolution sexuelle de nos jours, la fornication devient monnaie courante dont les conséquences sont multiples : ou bien cette union illégitime est forcée (le viol) ou bien elle aboutit à une grossesse souvent non désirée dont l’avortement demeure la seule solution. Spirituellement, elle entache notre intimité avec Jésus et brise le pont qui nous relie aux personnes divines. Du coup, notre élan spirituel est hypothéqué.

S’il est vrai que le désir sexuel est commun à tous les êtres humains, aucune question ne se pose par rapport à son objectivité : Toute femme et tout homme quelque soit leur statut, le ressent à des degrés différents. Le problème que pose la fornication est beaucoup plus subjectif : qui doit se donner à l’acte sexuel ? Tout homme ou toute femme ? Et pour quelle finalité ? De ces interrogations qui s’enchainent et se complètent découle un autre problème, celui de sa nécessité : est-il nécessaire pour tout homme ou pour toute femme de satisfaire son désir sexuel ? Autant d’interrogations qui nécessitent une mise au point satisfaisante.

La différence sexuelle, avant d’être une richesse, est d’abord une volonté divine. Dieu, dès le commencement, a créé le sexe masculin et le sexe féminin, c’est-à-dire l’homme et la femme en leur donnant l’ordre de procréer, nécessairement par l’utilisation de leur sexe. Selon la volonté de Dieu, le droit du rapport sexuel est exclusif et ordonné à la génération et à l’éducation des enfants. Le rapport sexuel est donc la maturité et l’aboutissement d’un parcours à plusieurs étapes : découverte de l’amour, reconnaissance mutuelle, décision d’aller au mariage, fiançailles et mariage. Il est propre au mariage en tant que ‘’dons exclusifs’’ des époux. Il n’appartient donc pas à tout le monde d’user du droit du rapport sexuel. On peut aimer l’autre sexe sans pour autant consommer le sexe. Même si dans un couple ce droit est permis, encore faudrait qu’il soit ordonné à la procréation.

Il est donc clair que, faire le rapport sexuel avant le mariage ou en dehors du mariage est un mensonge contre la vérité de l’amour conjugal et de son propre corps qui est membre du Christ ; c’est un mensonge contre la vérité de la vie comme don.

Il est utile pour tout homme et toute femme de se maîtriser devant le sexe et de respecter celui de son prochain en évitant certains vices qui conduisent à la fornication : la pratique de la masturbation (excitation volontaire des organes génitaux afin d’en tirer un profit vénérien), la visualisation des publicités pornographiques (le fait de rendre publique ce qui est caché pour susciter l’envie) , l’exhibitionnisme (le culte de la nudité), les boîtes de nuits (devenues aujourd’hui pour la plupart des lieux par excellence de la dépravation des mœurs), la consommation de l’alcool et des drogues (sous toutes leurs formes), la soif de l’argent et des cadeaux (qui a pour sexe comme récompense), l’union libre (la création spontanée de vie commune entre un garçon et une fille sous réserve du mariage).

Une vie spirituelle bien fondée sur la prière quotidienne, l’adoration fréquente, la confession régulière et la lecture méditée et appliquée de la Parole de Dieu nous permettra d’acquérir une maîtrise de soi devant nos passions affectives et sexuelles afin de vaincre la fornication source de tous les maux qui minent le réseau juvénile.

Quelques textes bibliques sur la fornication

- Dans l’Ancien Testament

Exode 22 : 16-17.

« Si un homme séduit une vierge qui n’est pas fiancée, et couche avec elle, il paiera sa dot et la prendra pour femme. Si le père refuse de la lui accorder, le séducteur paiera l’argent qu’on donne pour la dot des vierges. »

Deutéronome 22 : 13-21S.

« Si un homme, qui a pris une femme et est allé vers elle, éprouve ensuite de l’aversion pour sa personne, s’il lui impute des choses criminelles et porte atteinte à sa réputation, en disant : J’ai pris cette femme, je me suis approché d’elle, et je ne l’ai pas trouvée vierge, alors le père et la mère de la jeune femme prendront les signes de sa virginité et les produiront devant les anciens de la ville, à la porte. Le père de la jeune femme dira aux anciens : J’ai donné ma fille pour femme à cet homme, et il l’a prise en aversion ; il lui impute des choses criminelles, en disant : Je n’ai pas trouvé ta fille vierge. Or voici les signes de virginité de ma fille. Et ils déploieront son vêtement devant les anciens de la ville. Les anciens de la ville saisiront alors cet homme et le châtieront ; et, parce qu’il a porté atteinte à la réputation d’une vierge d’Israël, ils le condamneront à une amende de cent sicles d’argent, qu’ils donneront au père de la jeune femme. Elle restera sa femme, et il ne pourra pas la renvoyer, tant qu’il vivra. Mais si le fait est vrai, si la jeune femme ne s’est point trouvée vierge, on fera sortir la jeune femme à l’entrée de la maison de son père ; elle sera lapidée par les gens de la ville, et elle mourra, parce qu’elle a commis une infamie en Israël, en se prostituant dans la maison de son père. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi

Dans le Nouveau Testament

1 Corinthiens 6 : 15-20.

« Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres de Christ ? Prendrai-je donc les membres de Christ, pour en faire les membres d’une prostituée ? Loin de là ! Ne savez-vous pas que celui qui s’attache à la prostituée est un seul corps avec elle ? Car, est-il dit, les deux deviendront une seule chair. Mais celui qui s’attache au Seigneur est avec lui un seul esprit. Fuyez la fornication. Quelque autre péché qu’un homme commette, ce péché est hors du corps ; mais celui qui se livre à l’impudicité pèche contre son propre corps. »

Père Georges Willibrord GAYET, gayetleparisien@yahoo.fr