mardi 12 décembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 5 décembre 2017
C’est au sanctuaire marial à Dassa que la (...)

mercredi 29 novembre 2017
« Rendez grâce au Seigneur, éternel est son (...)

mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > DOUBLE JUBILE > LA GRACE DE DIEU...

LA GRACE DE DIEU...

Si « la foi grandit et se renforce en croyant », retenons également que « la foi sans la charité ne porte pas de fruit » . Il s’agit d’abord et avant tout de la charité vécue comme vertu théologale, dont la force est en Dieu qui nous a aimés le premier. C’est en réponse à son amour que nous devons l’aimer, Lui, de « tout notre cœur, de toute notre force, de toute notre âme et de toute notre intelligence » et aimer le prochain comme nous-mêmes. Notre amour pour le prochain s’inspire, lui aussi, de l’amour et de l’attention du Christ pour chacun, particulièrement pour les pauvres, dans leurs besoins matériels, culturels et spirituels. En méditant Mathieu 25,31-46, nous pouvons nous rendre compte, encore aujourd’hui, que les pauvres nous sont confiés et que, sur cette responsabilité, Dieu nous jugera. La visite du Cardinal Robert SARAH, Président du Conseil Pontifical Cor Unum, au Liban du 7 au 10 novembre 2012, comme envoyé spécial du Pape Benoît XVI, pour manifester la charité de l’Église catholique au peuple syrien est une indication pour nous de la nécessité d’ouvrir nos cœurs à la souffrance de tout homme. C’est là une dimension de la mission qui caractérise la foi catholique que nous professons. Et le Pape Benoit XVI lui-même, dès les premières pages de l’encyclique Caritas in veritate, avait déjà souligné que « la charité est la voie maîtresse de la doctrine sociale de l’Église. Toute responsabilité et tout engagement définis par cette doctrine sont imprégnés de l’amour qui, selon l’enseignement du Christ, est la synthèse de toute la Loi »

Si « la foi grandit et se renforce en croyant », retenons également que « la foi sans la charité ne porte pas de fruit » . Il s’agit d’abord et avant tout de la charité vécue comme vertu théologale, dont la force est en Dieu qui nous a aimés le premier. C’est en réponse à son amour que nous devons l’aimer, Lui, de « tout notre cœur, de toute notre force, de toute notre âme et de toute notre intelligence » et aimer le prochain comme nous-mêmes. Notre amour pour le prochain s’inspire, lui aussi, de l’amour et de l’attention du Christ pour chacun, particulièrement pour les pauvres, dans leurs besoins matériels, culturels et spirituels. En méditant Mathieu 25,31-46, nous pouvons nous rendre compte, encore aujourd’hui, que les pauvres nous sont confiés et que, sur cette responsabilité, Dieu nous jugera. La visite du Cardinal Robert SARAH, Président du Conseil Pontifical Cor Unum, au Liban du 7 au 10 novembre 2012, comme envoyé spécial du Pape Benoît XVI, pour manifester la charité de l’Église catholique au peuple syrien est une indication pour nous de la nécessité d’ouvrir nos cœurs à la souffrance de tout homme. C’est là une dimension de la mission qui caractérise la foi catholique que nous professons. Et le Pape Benoit XVI lui-même, dès les premières pages de l’encyclique Caritas in veritate, avait déjà souligné que « la charité est la voie maîtresse de la doctrine sociale de l’Église. Toute responsabilité et tout engagement définis par cette doctrine sont imprégnés de l’amour qui, selon l’enseignement du Christ, est la synthèse de toute la Loi »