vendredi 23 février 2018



A c t u a l i t é s
mardi 20 février 2018
Du samedi 10 Février 2018 au Dimanche 11 (...)

jeudi 1er février 2018
Ils étaient au total 2116 participants qui ont (...)

vendredi 26 janvier 2018
Ce mercredi 24 janvier 2018, les populations (...)

mercredi 24 janvier 2018
Ce samedi 20 janvier 2018, ils étaient au (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Autres articles > LE CHAPELET SAUVEUR.

LE CHAPELET SAUVEUR.

Le mois d’octobre est encore traditionnellement appelé "le mois du Rosaire".u 1er au 31 octobre, en famille, en association comme en église on les chrétiens catholiques s’adonnent à prier Dieu par Marie. Que Marie nous soutienne à accroitre notre dévotion mariale en ce mois. Qu’elle nous conduise à son Fils. Amen.

Notre Grand-père était ardoisier. Chaque matin, il se rendait à son travail, à pied, en récitant son chapelet. A cette époque, il n’y avait pas encore d’autobus. Il y mettait une demi-heure pour l’aller et autant pour le retour. Il employait son temps à prier.

Un matin, après avoir fait un assez long parcours il se rend compte qu’il a oublié son chapelet. Que faire ? Continuer la route ou retourner aller le chercher ? Sa décision est vite prise. Il retourne à la maison en courant, puis revient en toute hâte. Il se hâte donc, mais en vain : il arrive sur les lieux avec dix minutes de retard. Là, ses compagnons de travail devaient l’attendre, car, comme responsable il avait les clefs du chantier. Ensemble, ils se rendent à la mine.

Juste avant de descendre, ils entendent un vacarme de tonnerre. Les hommes se regardent terrifiés. Quelque chose a dû s’effondrer. La montagne a dû s’affaisser. Grâce à Dieu, aucun ouvrier ne se trouvait dans la mine. Après un premier contrôle, on constate que d’énormes blocs de rochers se sont détachés à l’intérieur et ont obstrué plusieurs galeries ...

Si, ce jour-là, grand-père n’avait pas été en retard, beaucoup d’ouvriers n’auraient pas survécu à ce malheur. Lui non plus ! Dans cet événement, tous ont reconnu la protection de Dieu et de la Sainte Vierge. Lorsqu’en rentrant, grand-père m’a raconté la nouvelle, je tremblais de tous mes membres.

Depuis ce temps, le chapelet est à l’honneur dans notre famille. N’oublions pas qu’il nous a préservés de bien des malheurs.

Inge Kowalski, dans "Retendes Gottes volk", Receuilli et traduit par Fr. Albert Pfleger, mariste, pour le Recueil marial. Source : Marie de Nazareth.