jeudi 23 novembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)

samedi 21 octobre 2017
Le missionnaire n’est jamais seul et la (...)

lundi 16 octobre 2017
Le weekend des 07 et 08 octobre 2017 restera (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Autres articles > LES CLARIFICATIONS

LES CLARIFICATIONS DE MGR GANYE

La Croix du Bénin : Excellence, nous sommes venus vers vous pour comprendre les motivations qui sous-tendent une éventuelle correspondance que vous auriez adressée aux opérateurs économiques, pour leur suggérer de ne pas se présenter à l’élection présidentielle de 2016.

Mgr Antoine Ganyé : Des amis sont allés me voir récemment, pour me parler de l’éventualité des candidatures d’opérateurs économiques de renom dont celles de Messieurs Sébastien Ajavon et Patrice Talon à l’élection présidentielle de février 2016. Ma réaction a été immédiate, franche et sincère : « Ah ! Ils ne devraient pas faire cela ! », leur ai-je répondu. Je leur ai donc clairement signifié mon opposition à ces projets de candidature : A mon avis des personnes de leur rang et bien d’autres opérateurs économiques doivent rester neutres vis-à-vis de la politique. C’est une conviction personnelle. Car leur neutralité apporte beaucoup à la société béninoise.

Messieurs Sébastien Ajavon et Patrice Talon ont un statut social et une notoriété reconnus. S’ils gardent leur neutralité, ils pourront intervenir avec compétence et efficacité en cas de difficultés que pourrait connaître notre Pays. Au cours de notre entretien, je suis revenu avec insistance sur cette neutralité que doivent observer les opérateurs économiques.

En effet, il ne faudrait pas que ce soit seulement leurs Majestés, les Têtes Couronnées et les « Religieux » qui soient les seuls à garder la neutralité dans les affaires politiques. La neutralité observée par certaines composantes de notre société est un atout majeur pour notre Pays. C’est autour de celle-ci et de son efficacité, que j’ai échangé avec mes amis. Je tenais à les décourager de se porter candidats à cette élection. Je pense profondément que tout le monde ne peut pas tout faire. Et les deux personnes dont il s’agit ont déjà une situation qui garantit leur autorité au sein de la Nation, en leur permettant d’intervenir pour l’intérêt supérieur de celle-ci.

Après le départ des amis, j’ai éprouvé le désir d’écrire à Messieurs Talon et Ajavon, pour leur faire part de mon avis. Ce qui a été fait le 6 Août 2015. Mon unique souci, c’est la sauvegarde de la paix et de notre devise : « Fraternité – Justice- Travail ». Car une devise n’est pas une simple formalité, cela s’assume, cela se vit au quotidien.

Excellence, vos motivations sont sans doute aussi celles de la Conférence Episcopale du Bénin.

Mgr Antoine Ganyé : C’est un autre aspect qu’il faut préciser : c’est par mon motu proprio, par mon mouvement propre, que cette lettre a été écrite. En cela, le Père Eric Okpeïtcha, Directeur de la cellule de communication de la Conférence Episcopale du Bénin, a raison de dire ce qu’il a dit dans certains médias, parce que je ne me suis pas référé à la Conférence Episcopale du Bénin à ce propos. Je n’ai donc pas écrit au nom de la Conférence Episcopale.

Excellence, si nous comprenons bien, est-ce juste un conseil privé que vous prodiguez à Messieurs Ajavon et Talon, qui jouent par ailleurs un rôle important dans la vie de la société Béninoise ?

Mgr Antoine Ganyé : Plusieurs candidats potentiels sont déjà venus me voir pour demander conseils. Tous les prélats qui ont été nommés ici, ont toujours été sollicités pour donner leurs conseils, conseils suivis ou pas. C’est donc un conseil et non un décret ! Ce n’est pas non plus une condamnation, ni un pouvoir coercitif, pour empêcher quelqu’un de se présenter à une élection. Car c’est un droit constitutionnel pour tout Béninois remplissant les conditions exigées par notre loi fondamentale du 11 décembre 1990, de se présenter aux élections présidentielles. Je ne savais pas que mon acte allait créer tant d’incompréhensions ! Puisque c’est une lettre personnelle et privée, signée de moi-même – et non un tract – envoyée par les services de DHL à Monsieur Talon et par Top Chrono à Monsieur Ajavon le 10 Août 2015. J’y ai donné des conseils dont chacun peut faire ce qu’il veut. Je suis sur le droit chemin de Pasteur, cherchant à instaurer la paix dans la société Béninoise.

Excellence, au-delà des opérateurs économiques, quel message voudriez-vous adresser aux autres composantes de la société Béninoise ?

Mgr Antoine Ganyé : Je demande à la presse d’être patiente, qu’elle sache faire des recherches, qu’elle sache faire des analyses approfondies dans les situations qu’elle rencontre, avant d’informer le public, parce que les informations forment. Et quand les informations sont fausses, elles déforment.

Je souhaiterais que les hommes des médias aillent à la source de l’information pour faire la part des choses. Des commentaires mal documentés provoquent beaucoup plus de psychoses, d’incertitudes, d’inquiétudes chez les lecteurs, que l’événement lui-même.

Je souhaite que les Partis Politiques qui feront la campagne, veillent au bon ordre pour éviter les troubles. Ils se respecteront mutuellement, ne mettant pas à l’index leurs concitoyens. Ils essaieront plutôt de donner leur programme de société, et expliqueront comment ils entendent gouverner le Bénin, s’ils gagnaient les élections.

Je souhaite au peuple Béninois de bien préparer l’élection présidentielle du mois de février 2016, dans les meilleures conditions, afin que tout se passe fraternellement, sans trouble, sans casse, en permettant à chacun de s’occuper de son travail. Que chacun prenne donc des garanties pour que la paix soit sauvegardée !

Et pour cela, mobilisons-nous comme toujours dans la prière. Que Dieu vous bénisse et bénisse tout le Bénin !

Propos recueillis par l’abbé Crépin Acakpovi, directeur du journal catholique "La Croix du Bénin