jeudi 14 décembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 5 décembre 2017
C’est au sanctuaire marial à Dassa que la (...)

mercredi 29 novembre 2017
« Rendez grâce au Seigneur, éternel est son (...)

mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Actualités > LES JMJ, REMEDE (...)

LES JMJ, REMEDE CONTRE LA FATIGUE DE CROIRE

... Un remède contre cette fatigue de croire a cependant été apporté par les JMJ de Madrid. Benoît XVI indique à la curie romaine les 5 éléments fondamentaux pour la « nouvelle évangélisation » vécus aux JMJ :

La fraternité universelle

Le pape met en lumière tout d’abord une « nouvelle expérience de la catholicité, de l’universalité de l’Eglise » : « Ce qui a touché tout de suite les jeunes et tous ceux qui étaient présents, c’était qu’ils venaient de tous les continents. Et, même si nous ne nous étions jamais vus avant, nous nous connaissions ».

Et la clef de cela, c’est le Christ : « En vertu de notre rencontre intérieure avec Jésus-Christ, nous avons reçu dans notre être intime la même formation de la raison, de la volonté et du cœur ».

Ainsi, « le fait que tous les êtres humains sont frères et sœurs, n’est pas seulement ici une idée, mais cela devient une expérience commune réelle qui crée la joie ».

Faire le bien

Ensuite, le pape relève une « nouvelle manière de vivre le fait d’être hommes, le fait d’être chrétiens. »

« Une des expériences les plus importantes de ces journées a été pour moi, confie Benoît XVI, la rencontre avec les bénévoles des JMJ ». Quelques 20.000 jeunes qui avaient tous donné leur disponibilité pendant des semaines ou des mois pour « collaborer à la préparation » de l’évènement.

« A la fin, fait remarquer le pape, ces jeunes étaient tangiblement remplis d’un grande sentiment de bonheur, car leur effort avait un sens. En donnant de leur temps et de leurs forces, ils avaient trouvé la vie ».

« Ces jeunes, ajoute le pape, ont fait du bien, même si cela a été rude et a demandé des sacrifices. Simplement parce que faire le bien c’est beau. Etre pour les autres c’est beau. Il suffit seulement d’oser faire le saut. »

Mais plus profondément, le pape indique la source de ce dévouement : « Tout cela est précédé de la rencontre avec Jésus-Christ, une rencontre qui allume en nous l’amour de Dieu et des autres et nous libère de la recherche de notre ego ». Le cite en exemple les sœurs de Mère Teresa « qui se dépensent pour les enfants abandonnés, malades, pauvres et souffrants, sans se poser de questions sur elles-mêmes », et c’est pour cela qu’elles « deviennent intérieurement riches et libres » : Telle est « l’attitude proprement chrétienne ».

L’adoration, pour aimer avec Dieu

Dans les JMJ, Benoît XVI tient à souligner un « troisième élément » : l’adoration. Il évoque aussi, dans le même sens, ses visites pastorales au Royaume-Uni et en Croatie, où nous avons constaté, dit-il, comme à Madrid, que « Dieu est omniprésent ».

« Mais la présence corporelle du Christ ressuscité est encore quelque chose d’autre, quelque chose de nouveau. Le Ressuscité vient parmi nous », fait observer le pape.

« L’adoration est avant tout un acte de foi », l’acte de foi par excellence : « Dieu n’est pas une quelconque hypothèse possible ou impossible sur l’origine de l’univers. Il est là », fait observer le pape avec des accents du curé d’Ars.

Et nous entrons dans cette certitude de l’amour incarné de Dieu pour nous, et nous le faisons en aimant avec lui. C’est cela l’adoration, et cela laisse ensuite une empreinte dans ma vie. Ce n’est qu’ainsi que je peux célébrer aussi l’eucharistie de façon juste et recevoir le Corps du Seigneur avec droiture ».

La confession, pour repartir vers le haut

Le pape souligne un autre élément important des JMJ : la présence du sacrement de pénitence, dans lequel « nous reconnaissons que nous avons continuellement besoin de pardon et que pardon signifie responsabilité ».

« Il existe dans l’homme la disponibilité à aimer et la capacité de répondre à Dieu dans la foi, qui vient du Créateur. Mais il existe aussi, provenant de l’histoire du péché de l’homme », la tendance au mal.

A cette tendance de l’homme « contraire à l’amour », s’ajoute, fait remarquer le pape, sa tendance « à l’égoïsme ». « C’est pourquoi nous avons besoin de l’humilité qui toujours à nouveau demande pardon à Dieu, qui se laisse purifier et qui réveille en nous la force contraire, la force positive du Créateur, qui nous attire vers le haut », explique le pape.

La joie d’être aimé et d’exister

Enfin, Benoît XVI souligne une autre caractéristique de la spiritualité des JMJ : la joie. Mais « d’où vient-elle ? » et « comment s’explique-t-elle ? » Pour le pape, elle s’explique par « cette certitude qui vient de la foi : je suis voulu », « j’ai une mission., je suis accepté, je suis aimé ».

« L’homme ne peut s’accepter lui-même, poursuit Benoît XVI, que s’il est accepté par quelqu’un d’autre. Il a besoin qu’un autre lui dise, et pas seulement en paroles : c’est bien que tu existes ».

« C’est seulement s’il est accepté que le moi peut s’accepter lui-même. Celui qui n’est pas aimé ne peut pas s’aimer lui-même. Ce fait d’être accueilli vient d’abord de l’autre personne », ajoute le pape.

Il fait aussitôt remarquer que « tout accueil humain est fragile ». C’est pourquoi il conclut : « En fin de compte, nous avons besoin d’un accueil inconditionnel. C’est seulement si Dieu m’accueille et que j’en deviens certain, que je sais définitivement : c’est bien que j’existe. C’est bien d’être une personne humaine. »

Benoît XVI constate ainsi que « là où l’homme a le moins la perception d’être accueilli par Dieu, d’être aimé de lui, la question de savoir s’il est vraiment bien d’exister comme personne humaine ne trouve plus aucune réponse ».

« Le doute sur l’existence humaine devient toujours plus insurmontable. Là où le doute sur Dieu devient dominant, le doute au sujet de l’être même des hommes suit inévitablement, et nous voyons aujourd’hui comment ce doute se répand. Nous le voyons dans le manque de joie, dans la tristesse intérieure qui peut se lire sur tant de visages humains », explique le pape.

« Seule la foi me donne la certitude de l’existence », conclut Benoît XVI : « C’est bien d’exister comme personne humaine, même dans des temps difficiles. La foi rend heureux à partir de l’intérieur ».

A. S. Bourdin avec Anne Kurian (Zénit)

Illustration : P. Aurel AVOCETIEN