jeudi 24 mai 2018



A c t u a l i t é s
dimanche 20 mai 2018
La paroisse Saint Antoine de Padoue d’Ekpè a (...)

mardi 15 mai 2018
Réunis autour de son Excellence Mgr Aristide (...)

mardi 24 avril 2018
"Tous unis ! Tous frères ! Toutes unies ! (...)

vendredi 6 avril 2018
« Gaudete et exsultate », « Réjouissez-vous et (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Actualités > La force de la (...)

La force de la Parole de Dieu au service de la Foi

"La force de la Parole de Dieu au service de la Foi" C’est le thème de la première rencontre de l’année 2018 pour les mouvements et associations du diocèse de Porto-Novo. C’était le samedi 06 janvier au Centre Pastoral Saint Charles LWANGA de Ouando à 09h. Cette rencontre a connu la participation d’une quarantaine de responsables venus de différentes associations et mouvements. La séance a été animée le Père Clétus BOGNON (Vicaire de la Paroisse Notre Dame de l’Assomption de Vakon) assisté du Père Albert HOUNSINOU (Recteur du Centre Maria-Tokpa).

Mais avant, le Président international de l’Association Efesia, Monsieur Gérard TESTARD, de nationalité française, en visite de travail à Porto-Novo, est venue avec sa délégation, rendre visite aux membres des mouvements et associations en formation. En prenant la parole il a présenté la délégation qui l’accompagnait et a rappelé que l’Association Efesia est une communauté mariale. A l’instar de Jean qui a pris Marie chez lui, eux aussi ont pris Marie dans leur vie, d’où le terme : « Ensemble avec Marie ». Efesia vient du nom de la ville d’Ephèse. C’est une association dans laquelle est développée la culture de la rencontre, où l’on apprend à rencontrer l’autre, différent de soi.

Le Père Clétus BOGNON a ensuite abordé le thème de la rencontre intitulé : « La force de la Parole de Dieu au service de la Foi ». Il ressort de cet enseignement que nous écoutons la Parole de Dieu chaque jour à la messe. Du point de vue anthropologique, la parole en Afrique comme partout dans le monde est sacrée. L’homme ne peut rien faire sans elle. Elle nous permet d’extérioriser nos sentiments. Beaucoup de personnes sont blessées intérieurement à cause des paroles méchantes reçues. La parole est très importante ; elle a une puissance.

Le volet anthropologique de la Parole de Dieu a été abordé dans Jean 1, 1, où il a été dit qu’au commencement, était la Parole… C’est une Parole sans parole. Une Parole qui dit Dieu et Dieu qui dit une parole. Le mystère de l’incarnation opère une divinisation de la parole humaine et une humanisation de la parole humaine. La Création dans le livre de la genèse montre que tout ce qui a été créé par Dieu, l’a été par la Parole. La Parole de Dieu dans ce cas est une parole créatrice. Elle est recréatrice (Cf. Gn 8, 17, la fin du déluge avec Noé). Nous sommes récréés par le Christ. Les sacrements de l’Église font de nous, des propriétés privées de Dieu.

Elle est aussi une parole de bénédiction. Dieu a demandé à Aaron de bénir le peuple d’Israël avec des mots précis (Cf. Nb 6, 22-27). Elle est aussi une parole de libération. Elle combat contre les puissances adverses (Cf. Jos 6, 6-20, le récit de la prise de Jéricho par Josué et le peuple d’Israël). La Parole de Dieu nous libère de nous-mêmes avant de nous libérer des autres. La Parole de Dieu devient un temple, une demeure, un asile pour tous ceux qui sont considérées comme exilés et expatriés au regard des hommes : c’est une Parole-Miséricorde (Cf. Jn 8, 1-11 : le récit de la femme adultère).

La Parole de Dieu est source de consolation. Jésus l’a dit à Marthe, la sœur de Lazare décédé : « Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu (Cf. Jn 11, 40). Elle est profonde, impossible de la sonder. Elle est aussi une parole de délivrance et de guérison spirituelle. Dans les différents Évangiles, Jésus a guéri les hommes par la Parole. La Parole de Dieu est une parole de réanimation. Jésus a ressuscité la fille de Jaïre en lui disant « Ta li takoum » Lève-toi (Cf. Luc 8, 54)

La Parole de Dieu est un ferment d’accroissement spirituel. En effet, le Dieu chrétien est un Dieu qui parle et qui dialogue. Il est un Dieu qui se fait proche contrairement aux dieux qui attendent qu’on vienne à eux et qui sèment la terreur. Il est un Dieu qui se laisse découvrir dans la brise légère, donc dans la douceur et la patience. La Parole de Dieu fait créer une amitié entre Lui et nous. Elle nous rend éternels et toujours jeunes. (Exemple d’Abraham, de Marie et de Jésus. Jésus a réalisé heure par heure, dans son humanité parfaite, la volonté du Père. Il a écouté sa voix et lui a obéi de tout son cœur. Il connait le Père et il observe sa Parole (Cf. Jn 8, 55). Il nous raconte les choses du Père (Cf. Jn 12, 50).

Le prologue de Saint Jean est un texte admirable qui offre une synthèse de toute la foi chrétienne. De cette expérience de rencontre avec le Christ, Jean a tiré une certitude intime : Jésus est la Sagesse divine incarnée. Que l’amour de cette parole nous pousse comme Jean à appuyer notre tête sur sa poitrine d’où ont jaillit du sang et de l’eau, symbole des sacrements de l’Église.

Par ailleurs, il existe un lien entre la Parole de Dieu et le mystère de la croix. En effet, le Verbe se tait, il devient silence de mort, car il s’est « dit » jusqu’à se taire, ne conservant rien de ce qu’il devait communiquer. De manière suggestive, l’un des Pères de l’Église, saint Maxime le Confesseur, contemplant ce mystère a mis sur les lèvres de Marie cette expression : « Sans parole est la parole du Père, laquelle a créée toute la nature parlante, sans mouvement sont les yeux éteints de celui par la parole et le geste de qui est mû tout ce qui se meut ».

Dans le mystère lumineux de la résurrection, ce silence de la Parole se manifeste dans sa signification authentique et définitive. Le Christ, Parole incarnée, crucifiée et ressuscitée est le Seigneur de toutes choses, le pantokrator. Parole de lumière et lampe de nos routes.

Le Père Clétus n’a pas manqué de souligner dans son enseignement qu’un chrétien qui ne lit pas la Parole de Dieu souffre des maladies telles que le Kwashiorkor spirituel : maladie des chrétiens qui semblent avoir une grande vie spirituelle mais qui en réalité sont sans aucune ressource spirituelle ; l’anémie spirituelle : manque du sang du Christ. La Parole apporte aussi les nutriments spirituels pour le corps mystique ; le rachitisme ou le nanisme spirituel : ils ont de grande taille mais un petit esprit chétif aux muscles croisés par défaut de nutriments.

La Parole de Dieu dans la vie du chrétien est le nerf sciatique de la vie chrétienne. Elle est l’engrais de la semence de la foi. La Parole de Dieu est la structure formelle du chrétien. Elle est le fondement de toute théologie et de la liturgie : foi écoutée, foi vécue, foi célébrée, foi témoignée trouvent sa source et sa racine dans la Parole de Dieu.

Comment la Parole de Dieu peut-elle servir dans notre vie de foi ? La foi est un don de Dieu. C’est en écoutant la Parole que Dieu nous fait grâce. Et comme l’a dit le Pape François, traitons la Bible comme nous traitons nos portables. Nous devons prendre l’habitude au réveil comme au coucher de méditer la Parole de Dieu pour notre propre bien.

Le Père Clétus BOGNON a profité de cette occasion pour souhaiter une année de grâce divine aux associations et mouvements. Pour finir, cette première rencontre de l’année 2018 s’est achevée par la bénédiction du Père.

Dominique G. VIEYRA

et

Mme Rolande RAHIMY née AGOLEKOU