vendredi 22 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > SPIRITUS LEGIS > La sanction de (...)

La sanction de Parfaite et de l’Abbé Mathias VIGAN est-elle légitime ?

Nous venons avec cet article donner une réponse à ceux qui critiquent la sanction de l’Évêque d’Abomey et de la dernière déclaration de la Conférence des Évêques du Bénin par rapport au phénomène de Banamè.

LA CEB DECLARE L’excommunication, comme la suspense et l’interdit, est une censure ou une peine médicinale : elle est infligée ou déclarée comme un remède ou moyen de guérison du délinquant. Son inflixion doit être le dernier recours pour le bien du sujet. C’est pourquoi, en cas de délit, avant l’ouverture d’une procédure judiciaire ou administrative pour punir d’une censure, il faut d’abord utiliser tous les moyens de la sollicitude pastorale de la correctio (correction paternelle et fraternelle) ou de la correptio (la réprimande).

Ainsi avant l’excommunication de Vicentia TCHRANVOUKINI dite Parfaite et de l’Abbé Mathias VIGAN, l’évêque du diocèse d’Abomey avait personnellement rencontré les intéressés. Il leur avait fait des avertissements devant le Collège des Consulteurs le 04 janvier 2010. Ensuite, selon les dispositions du droit, après l’avertissement, l’ordinaire du lieu, doit laisser aux coupables un temps convenable pour qu’il vienne à résipiscence (c. 1347 § 1). Ne voyant aucun signe d’amendement, il a fait, un an après, une autre monition (avertissement), à traves l’Instruction du 20 janvier 2011 car l’avertissement doit être écrit (c. 1339 §§ 1.3)

Après toutes ces mesures et précautions et devant « l’obstination dans les erreurs » et « l’absence totale de repentir et d’amendement et de soumission » des coupables, car l’Abbé Mathias VIGAN a violé la sanction canonique de suspense a divinis et aggravé son cas « en permettant à Parfaite de lui conférer, sans qualité et compétence une charge épiscopale et papale, l’autorité compétente a été obligée de porter le décret d’excommunication le 25 janvier 2013, soit un an après l’Instruction ci-dessus mentionnée. Dans le cas des délinquants, il y a eu les deux éléments objectif et subjectif constitutif de tout délit (l’apostasie et le schisme pour le cas en étude) à savoir : la violation externe d’une loi et l’imputabilité des sujets après les enquêtes (Cf. c. 1321 § 1). Il n’y a eu aucune cause excusant d’imposer la peine (c.1323), aucune circonstance atténuante (c. 1324) ou pouvant adoucir la peine ou la remplacer par une pénitence canonique.

Au regard de tout, nous pouvons aisément conclure que le décret d’excommunication porté par l’évêque du diocèse d’Abomey est légitime car il est ad normam iuris et sans aucun vice de procédure. Il a été motivé en fait et en droit. Mais la cause n’est pas perdue car pour Dieu aucun homme n’est perdu. Si les sanctionnés reviennent dans la fidélité à la foi de l’Église, l’excommunication peut être encore levée

Père Jacques Mahougnon AGOSSOU,

Docteur en droit canonique