mardi 21 novembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)

samedi 21 octobre 2017
Le missionnaire n’est jamais seul et la (...)

lundi 16 octobre 2017
Le weekend des 07 et 08 octobre 2017 restera (...)


En vrac !
vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Actualités > Le dimanche des (...)

Le dimanche des 4 papes

Les papes Jean XXIII et Jean-Paul II ont été déclarés saints par le pape François en présence du pape émérite Benoît XVI ce 27 avril, dimanche de la Miséricorde. Ce dimanche est ainsi devenu le « dimanche des quatre papes », devant 800.000 fidèles venus à Rome.

Le pape François a défini Jean XXIII comme le pape de la « docilité à l’Esprit Saint » de par son initiative de convoquer le concile Vatican II et Jean-Paul II comme « le pape de la famille », à l’heure où l’Eglise suit une démarche synodale sur la vie familiale.

Moment unique et privilégié de son histoire, ce « dimanche des quatre papes » a été l’occasion de manifester l’unité et la continuité de l’Église dans la complémentarité de ses grands serviteurs, d’un siècle à l’autre, face aux grands défis de la sécularisation du monde moderne.

De nombreuses personnalités venues de plusieurs régions du monde ont assisté à cet événement exceptionnel à la croisée des siècles et des époques. Parmi ces personnalités, la France était représentée par le Premier ministre Manuel Valls, qui, à la veille même de la cérémonie, s’est déclaré heureux d’être venu en cette occasion historique. Saints papes du concile

Le pape François a rappelé que Jean XXIII et Jean-Paul II, comme papes du XXe siècle, « en ont connu les tragédies, mais n’en ont pas été écrasés », car « en eux, Dieu était plus fort », ainsi que « la proximité de Marie ».

Bien au contraire, ils ont su faire rayonner autour d’eux « l’espérance et la joie », reçues « en don du Seigneur ressuscité », à l’image de la « première communauté des croyants à Jérusalem ». Une image qui est celle de l’Église « que le concile Vatican II a eu devant lui », a considéré le pape d’aujourd’hui, estimant que Jean XXIII et Jean-Paul II « ont collaboré avec le Saint Esprit pour restaurer et actualiser l’Église selon sa physionomie d’origine ». C’est-à-dire « la physionomie que lui ont donnée les saints au cours des siècles », les saints « qui vont de l’avant et font grandir l’Église ». Ouverture et fidélité

En l’occurrence, Jean XXIII, avant son successeur immédiat Paul VI, aura été l’artisan du concile, facteur de fidélité et d’ouverture, l’une ne pouvant aller sans l’autre, la fidélité par l’ouverture et l’ouverture dans la fidélité. Et Jean-Paul II aura été le premier grand héritier de ce renouveau de l’Église que Paul VI aura achevé de préparer en annonçant la « civilisation de l’amour ». La civilisation de l’amour mûrie lors du concile, dans l’esprit des Béatitudes, ces promesses pleines d’espérance paradoxale énoncées par Jésus-Christ dans l’Évangile.

L’Église y travaille toujours, face à un monde où la volonté de puissance temporelle semble pouvoir tout emporter dans des torrents de cynisme ou de haine, mais où la force spirituelle compensatrice de la vérité et de la douceur suit des courants appelés vers l’Au-delà. D.L.

Source : libertépolitique.com