lundi 25 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > DOUBLE JUBILE > Lundi de la 5ème (...)

Lundi de la 5ème semaine de Carême

LUNDI V

Textes du jour :
- 1ère lecture : Dn 13, 1-9.15-17.19-30.33-62
- Psaume : 22, 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6
- Évangile : Jn 8, 12-20

Thème du jour : Miséricorde et jugement.

Parole du jour : « Vous vous jugez de façon purement humaine. Moi, je ne juge personne. » Jn 8, 12

Témoin du jour : Jacques Fresch. : Jacques Fesch est un criminel français condamné à mort pour un braquage commis le 25 février 1954 à Paris, suivi par le meurtre d’un gardien de la paix. Incarcéré à la prison de la santé durant trois ans. C’est dans cette prison qu’il fera une fulgurante ascension vers la sainteté en rencontrant le Seigneur et sa miséricorde. Il raconte lui-même son expérience : « Petit à petit, amené à réviser mes conceptions, je n’avais plus la certitude de l’inexistence de Dieu, je devenais réceptif sans pourtant avoir la foi. J’essayais de croire par la raison, sans prier ou si peu ! Et puis, au bout de huit mois de détention, il m’est arrivé une douleur affective très forte qui m’a fait beaucoup souffrir et brutalement, en quelques heures, j’ai possédé la foi, une certitude absolue. La grâce m’a visitée, une grande joie s’est emparée de moi et surtout une grande paix. Tout est devenu clair en quelques instants. J’ai maintenant la certitude de commencer à vivre pour la première fois, alors que je n’étais qu’un mort vivant. Mais que de drames pour en arriver là ! Que de mal ai-je pu faire autour de moi par mon égoïsme et mon inconscience ! C’est pour moi, la redécouverte de l’enfant prodigue : Dieu est un Père qui pardonne. Son amour est miséricordieux. N’a-t-il pas répondu à mes crimes par son amour ?

Pensée  : « Ce qui se passe n’est que miséricorde. Si je suis rejeté par les hommes c’est parce que le Seigneur veut me donner le plus grand des biens : la gloire dans le Christ ressuscité ».